United 1 Bournemouth 0 : vaincre sans convaincre

2867 fois


Manchester United s’est imposé 1-0 face à Bournemouth ce mercredi soir, dans le cadre de la 17e journée de la Premier League.

Mourinho décidait d’aligner une formation en 4-2-3-1, avec Lingard et Martial sur les ailes, Rashford démarrant sur le banc. En l’absence de Pogba, c’est le jeune Scott McTominay qui accompagnait Nemanja Matic au centre du terrain, tandis que Luke Shaw et Phil Jones faisaient leurs retours respectifs en défense.

United : De Gea, Valencia, Smalling, Jones, Shaw, Matic, McTominay, Lingard, Mata, Martial, Lukaku. Sur le banc : Lindelof, Zlatan, Blind, Young, Rashford, Romero, Herrera.

Bournemouth : Begovic, Smith, Francis, Aké, Daniels, Stanislas, Gosling, Arter, Fraser, King, Wilson. Sur le banc : Boruc, S. Cook, Surman, Afobe, L. Cook, Defoe, Ibe.

Arbitre : Graham Scott.

Bournemouth venu pour jouer

Sous une pluie battante, le premier quart d’heure, à défaut d’être le théâtre d’occasions de but, permet à chaque équipe de mettre en avant ses atouts. Les Cherries (dont les couleurs à domicile sont le rouge et le noir) profitent de chaque possession pour essayer de percuter en faisant parler leur explosivité. Les Mancuniens gênent quant à eux les visiteurs avec un pressing haut, notamment par Lingard et Lukaku, permettant de récupérer rapidement le cuir après les pertes de possession. Mais aucune formation ne peut se targuer, après 15 minutes de jeu, d’avoir inquiété le portier adverse, et la possession est équilibrée (55% vs 45%).

Peut-être frustré par cette stérilité, Lukaku l’échappe belle à la 18e minute de jeu en arrivant en retard sur Nathan Aké qui tente de dégager son camp. Le Belge appose une belle semelle sur le tibia de l’ancien de Chelsea, qui n’en rajoute pas des masses sur le coup, un geste qui aurait pu valoir un carton jaune assez clair si l’arbitre avait été plus proche de l’action.

Lukaku enfin

Pendant ce temps, les Cherries confirment leurs intentions. A la 20e minute, il faut la très bonne intervention de Jones devant King qui arme sa frappe pour éviter une déconvenue. David de Gea est ensuite impliqué 2 fois dans les 3 minutes suivantes, détournant bien une frappe puissante de Daniels d’abord, puis boxant une frappe de Gosling.

Heureusement, les Red Devils ont la bonne idée de calmer les velléités de leurs adversaires sans tarder. A la 25e, après un bon travail de Martial sur la gauche, le Français sert en retrait Juan Mata. Le centre de notre meneur de jeu trouve Romelu Lukaku au duel avec Nathan Aké au second poteau, et la tête de notre buteur termine dans la lucarne d’un Begovic impuissant (1-0, 25’).

Un but que le Belge se garde de célébrer. Notre numéro 9, sous le feu des critiques avec un seul but en championnat depuis le 30 septembre, vit certainement une période difficile en ce moment.

Une première période accrochée

 Il est temps de rentrer dans le vif des débats, mais cela se voit plus au niveau des contacts que des actions de jeu. Les quelques duels qui suivent sont assez chauds. Lingard puis Gosling se rendent coupables de fautes assez grossières et évitables, le second écopant d’un avertissement au passage. Le match est plutôt haché, au détriment du rythme qui a baissé d’un ton suite à l’ouverture du score.

Côté jeu, les visiteurs continuent cependant de prendre crânement leur chance et d’accumuler les corners, mais sans parvenir à tromper la vigilance de De Gea malgré quelques tentatives intéressantes. Les locaux ont plus de mal à se montrer véritablement dangereux. En plusieurs occasions, Anthony Martial se montre coupable d’imprécisions ou d’une mauvaise utilisation du ballon, tandis qu’un Lukaku volontaire est plus présent défensivement qu’offensivement, récoltant un carton, ce faisant. Globalement, les joueurs offensifs font des efforts, mais ne démontrent pas suffisamment de qualité pour concrétiser.

Les deux équipes rentrent donc au vestiaire sur ce score de 1-0, non sans une dernière opportunité pour les Cherries via Fraser, dont le centre-tir aurait pu se jouer d’un De Gea heureusement vigilant.

Des Red Devils frustrants et frustrés

Après un quart d’heure plutôt fade, il faut attendre l’heure de jeu pour assister à la première belle occasion de la seconde période. Une belle déviation de Martial dans la surface trouve Lukaku seul mais excentré côté gauche. La frappe contrée du Belge retombe dans les pieds de Martial, plein axe aux 6 mètres... mais le Français, à peine gêné, trouve le moyen de voir sa reprise du plat du pied s’envoler au-dessus du but de Begovic !

Le match s’anime par la suite, mais les Mancuniens ne trouvent toujours pas l’ouverture. Mourinho décide de remplacer Martial par Rashford, le Français paraissant comme toujours déçu de ce changement, mais n’ayant pas vraiment fait suffisamment pour espérer mieux...

Le jeune Anglais est directement mis dans l’action à la 68e minute, trouvé par un ballon un peu fuyant de McTominay, mais sa remise parfaite en retrait vers Lingard idéalement placé a l’air de surprendre ce dernier, qui glisse et manque le ballon. Frustrant de voir une équipe avec des joueurs offensifs de qualité être si hésitants sur ce genre d’actions !

Rashford et Defoe proches du but

Out Lingard, in Herrera pour les 20 dernières minutes. Alors qu’on se dit que la fin du match risque d’être gérée, Marcus Rashford fait passer un gros frisson dans les tribunes en étant à deux doigts de marquer un des buts de la saison : excentré côté gauche à environ 25 mètres des buts, et alors qu’on se dit qu’il va centrer ou enrouler une frappe côté opposé, il envoie un missile coup de pied, qui vient s’éclater contre la barre d’un Begovic aux fraises et retombe devant la ligne !

Les Mancuniens continuent de mettre de l’énergie dans leurs offensives et ne laissent plus respirer leurs adversaires. Mais les Red Devils continuent à faire preuve d’imprécisions et à perdre le ballon sans y être vraiment forcés, suite à de mauvais choix ou des erreurs techniques.

Cela manque d’être sanctionné à la 81e minute par un bon mouvement collectif de Bournemouth, conclu par Jermaine Defoe dont la frappe puissante est repoussée par le genou de David de Gea, qui a bien fermé l’angle.

Plus rien ne serait marqué dans cette rencontre. Un dernier coup franc très bien placé pour les Cherries est conclu par une frappe puissante de Fraser, heureusement plein cadre sur De Gea.

L’important est là : les trois points. Mais alors que City continue de se promener, à domicile comme à l’extérieur, United devrait être capable de faire mieux qu’une victoire 1-0 à domicile face à une équipe qui devrait jouer le milieu de tableau cette saison. Incapables de faire le break, les Mancuniens ont bien rebondi, mais pas sûr qu’ils se soient vraiment rassurés.

Ma note du match : 6/10

Un match ni agréable, ni désagréable, un match plutôt terne finalement. United semble toujours avoir autant de mal à percer les défenses adverses, se procurant finalement assez peu d’occasions franches contre un adversaire pourtant prenable, et n’est pas tout à fait rassuré défensivement, les Cherries s’étant procuré à mon goût trop d’occasions, notamment en première période.

Il y a des motifs de satisfaction : la victoire évidemment, le but de Lukaku, le match de Shaw. Mais aussi des motifs d’insatisfaction, et clairement, l’absence d’un « cutting edge » en l’absence de Pogba malgré l’inclusion dans le groupe d’un Martial, d’un Lingard ou d’un Rashford me vient à l’esprit. Il faut être capables de faire le break dans ce genre de matchs, pour éviter des mauvaises surprises et la perte évitable de points précieux cette saison.

Mon joueur du match : Luke Shaw

Luke Shaw fait partie de ces joueurs qu’on donnait morts : absents de l’équipe pendant une longue période, ouvertement critiqués par Mourinho, en instance de départ dès la fenêtre des transferts ouverte. Mais il est revenu, et comme il faut s’il vous plaît. Titularisé une semaine après son excellent match face au CSKA Moscou en Champions League, Shaw a été impressionnant, très précieux défensivement et offensivement, et a fait preuve d’une énergie et d’une spontanéité qu’on aimerait plus communicatives au sein du vestiaire. Espérons qu’il ne s’agisse pas d’un feu de paille.

Mention spéciale également à Romelu Lukaku, très présent dans le jeu et excellent dans le jeu en déviations, qui ressort match après match comme un de ses gros points forts. Le Belge s’est arraché sur tous les ballons, et sa prestation a été en prime ponctuée d’un but attendu. 

Source(s) : Manchester Devils