Report : Manchester United 1-1 Everton

969 fois


Comme à son habitude, Manchester United a peiné face à un mal classé, ce dimanche à Old Trafford, et ne doit son salut qu'à l'entrée en jeu de Mason Greenwood (1-1).

Dim. 15 déc. 2019 - 15:00
Premier League - 17e journée
Manchester United
1
1
Everton

Voir la feuille de match - Noter les Red Devils - Echanger sur notre forum

Les compos : comme face à City

Ole Solskjaer alignait la même équipe que contre Manchester City le week-end précédent, la plupart des cadres ayant été reposés lors de la victoire sur l'AZ Alkmaar du milieu de semaine. En face, Duncan Ferguson effectuait quatre changements par rapport à a formation qui avait battu Chelsea 3-1 lors de leur dernière rencontre. Mina, Bernard, Coleman et Davies faisaient leur retour, tandis que Walcott, Schneiderlin, Sidibe et Sigurdsson faisaient place nette, n'apparaissant même pas sur le banc.

United (4-2-3-1) : De Gea, Wan-Bissaka, Lindelöf, Maguire, Shaw, McTominay, Fred, James. Lingard, Rashford, Martial.

Everton (4-2-2-2) : Pickford, Coleman, Mina, Keane, Holgate Davies, Iwobi, Bernard Calvert-Lewin Richarlison.

Première période : United au ralenti

La rencontre aurait pu débuter sur des bases folles nous concernant, Jesse Lingard se voyant crédité d'une belle occasion après 20 secondes de jeu, autant dire directement sur l'engagement, mais sa frappe en pivot passa à côté du but de Jordan Pickford (1'). Les Toffees n'étaient pas en reste et laissaient leur latéral Mason Holgate à la manoeuvre, d'abord en manquant de lober De Gea sur un centre qui semblait anodin (2'), puis sur une frappe cadrée stoppée par le portier espagnol (7').

United réagissait avec deux offensives coup sur coup, mais les tentatives de Rashford, sur son pied gauche dans un angle fermé à gauche après un très bon ballon de Lindelöf (10'), et celle de James, depuis le côté droit, bien servi par McTominay (11'), passèrent hors du cadre. La rencontre était assez équilibrée, mais les Red Devils ne parvenaient pas à faire peser un danger constant sur la défense de leurs visiteurs, qui défendaient très bas en un bloc compact et ne réalisaient que très peu de pressing, voire pas du tout dans notre moitié de terrain.

Après un premier quart d'heure pas énormément animé mais pas soporifique non plus, les acteurs décidèrent de nous envoyer à la sieste en tuant complètement le rythme de la partie. En dehors d'un coup franc de Rashford claqué par Pickford (26') ou d'une frappe puissante de Calvert-Lewin consécutive à une erreur de relance de Shaw (30'), rien à se mettre sous la dent. Aucun tempo, peu de rythme, peu d'occasions, et de notre côté, trop de joueurs courant dans le vent, avec un Lingard inefficace et un Martial bien difficile à trouver notamment.

La suite des opérations n'allait pas tourner en notre faveur. Sur une relance ratée de Shaw, les Toffees obtenaient un corner frappé par le nouvel entrant Leighton Baines, qui a remplacé Lucas Digne sorti sur blessure. Le pied gauche précis du latéral anglais trouvait la zone parfaite, David de Gea se trouait, bien aidé par le bras de Calvert-Lewin dans son visage, et Victor Lindelöf voyait le ballon rebondir sur son protège-tibia avant de rouler doucement dans le but vide (0-1, 36'). Le but aurait sans doute être dû annulé par le VAR, mais il n'en fut rien, et honnêtement, United a tendu le bâton pour se faire battre.

Seconde période : Greenwood frappe encore

Face à une formation d'Everton bien regroupée, il y avait fort à parier que les Red Devils n'allaient pas sortir en mode rouleau-compresseur du tunnel, quel que soit le discours du manager à la mi-temps. Les vingt minutes après la reprise n'offrirent rien de spécial au niveau du jeu ni des occasions, d'un côté comme de l'autre. Il fallut attendre l'entrée de Greenwood, positionné sur l'aile, et le repositionnement de James sur le côté du vieillissant Leighton Baines, pour qu'Everton commence un peu à souffrir.

Les demi-occasions se succédèrent alors, une frappe de James sur Pickford (69'), un enroulé de Lindelöf juste au-dessus de la lucarne suite à un corner mal dégagé (70')... Mais United restait brouillon en plus d'une occasion, et la défense bleue parvenait systématiquement à repousser. Jusqu'au coup d'éclat de Mason Greenwood, servi par James à l'entrée de la surface plein axe, et dont la frappe du gauche magnifiquement placée vint mourir le long du poteau gauche d'un Pickford enfin battu (1-1, 77'). Son troisième but de la semaine après le doublé planté contre Alkmaar jeudi.

Le meilleur moyen de célébrer 4000 matchs consécutifs avec toujours au moins un jeune formé au club dans le groupe? En réalité, cela aurait été de gagner cette rencontre, mais les Mancuniens, trop brouillons, n'y parviendraient pas. Et avec cet acte manqué s'envole la perspective de revenir à deux points de Chelsea, quatrième. Si nous passons devant Sheffield à la différence de buts, Tottenham nous grille également la cinquième place à la faveur de leur victoire à Wolverhampton. Décidément, cette équipe de Manchester United ne veut pas passer la seconde.

Prochain match : Colchester

Manchester United reçoit Colchester United mercredi 18 décembre à 21h CET, en quarts de finale de la Carabao Cup. Les U's sont actuellement 9èmes de League Two, la quatrième division anglaise.


Sur le forum