Manchester United 1-3 Manchester City : la finale s'éloigne pour United

846 fois


United a volé en éclats en première période face à une équipe de City largement au-dessus, avant de limiter la casse dans le second acte. La finale de la Carabao Cup s'éloigne.

Voir la feuille de match - Noter les Red Devils

Les compos : Guardiola change tout, Jones titulaire

Après la victoire face à Port Vale en FA Cup, Guardiola s'est payé le luxe de changer huit joueurs dans son onze de départ. Seuls Claudio Bravo, Gündogan et Sterling, en pointe ce mardi soir à Old Trafford dans un onze sans avant-centre de formation, étaient titulaires lors de la dernière rencontre. Ce qui signifie des jambes fraîches pour les De Bruyne, Mahrez, Bernardo Silva and co.

Solskjaer faisait également tourner son effectif en ne reconduisant que cinq des joueurs qui étaient alignés au coup d'envoi à Molineux samedi dernier, à savoir Lindelöf, Williams, Pereira, James et Greenwood. United se présentait donc sur la pelouse avec un milieu expérimental, Fred - Pereira - Lingard, une défense centrale Lindelöf - Jones, et un Mason Greenwood titulaire en pointe, Rashford se voyant donc excentré sur le côté gauche avec le brassard de capitaine, au moins sur le papier.

Manchester United (4-2-3-1) : De Gea - Williams, Lindelöf, Jones, Wan-Bissaka - Fred, Pereira - Rashford, Lingard, James - Greenwood.

Manchester City (3-4-2-1) : Bravo - Otamendi, Fernandinho, Rodri - Mendy, Gündogan, De Bruyne, Walker - Silva, Mahrez - Sterling.

Men versus children

Si United a commencé avec de bonnes intentions, meilleures que celles aperçues à Arsenal et Wolverhampton, celles-ci ont très rapidement volé en éclats sous les coups de boutoir d'une équipe de City sûre de son fait et de sa superiorité sur le papier. Le premier quart d'heure a été équilibré, avec quelques combinaisons intéressantes impliquant Rashford et Greenwood notamment, tandis que les Citizens faisaient tourner autour de notre surface sans se précipiter.

Mais cette équipe de City est bourrée de talent, et n'a pas besoin de dix occasions pour en mettre une au fond, comme démontré par Bernardo Silva. Pas attaqué à vingt mètres du but sur son pied gauche, le Portugais se chargea de nettoyer la lucarne d'un De Gea impuissant d'une frappe limpide (0-1, 17'). Ce fut le début du mode démonstration de l'équipe de Pep Guardiola, un mode qui restera actif jusqu'à la pause.

Chaque passe, chaque prise de balle, donnait l'impression que notre défense, bien pressée par le secteur offensif sky blue, pouvait exploser. Et c'est à peu près ce qui se produisit. Mais City ne précipita pas les choses, prenant tout son temps pour nous éteindre méthodiquement avant de nous transpercer d'un ballon bien senti. Silva se mua en passeur, en ouvrant notre défense centrale en deux d'une simple passe dans la profondeur pour un Mahrez qui contourna De Gea avant de finir dans le but vide (0-2, 33'). Les Citizens remirent le couvert six minutes plus tard, De Bruyne couchant littéralement Jones d'un dribble chaloupé avant de frapper sur notre gardien espagnol, le ballon rebondissant sur un Pereira impuissant avant d'entrer dans le but (0-3, 39').

Sous les yeux des anciennes gloires Nicky Butt, Ryan Giggs, Wayne Rooney, Sir Alex Ferguson, United se décomposait, et on se demandait bien sur quel score cette rencontre allait terminer.

Cela aurait pu être pire

Sans Jesse Lingard, fantômatique en première période et remplacé à la pause par Nemanja Matic, la seconde période des Red Devils fut moins catastrophique que la première. Loin de nous l'idée de faire une relation de cause à effet cependant. Les Citizens ont également d'autres échéances en vue et ont sans doute un peu levé le pied dans le second acte, mais il faut reconnaître que United a été moins mauvais que dans les trois premiers quarts d'heure, à commencer par notre charnière centrale Lindelöf - Jones qui avait souffert le martyre.

Cela ne suffirait pas à remonter l'écart de trois buts creusé par les hommes de Guardiola, qui eurent même quelques opportunités de creuser l'écart en seconde période, notamment via un remuant Riyad Mahrez, auteur d'une frappe sur le poteau dans un angle très fermé (54') et d'une autre nécessitant une bonne intervention de De Gea (69'). United n'eut pas vraiment plus d'opportunités que dans le premier acte, mais eut au moins le mérite d'en saisir une, lorsque sur un bon pressing d'Angel Gomes, entré à la place de Daniel James, Mason Greenwood récupéra le cuir et servit parfaitement Marcus Rashford dans la profondeur, notre capitaine du soir s'occupant du reste en face-à-face avec Claudio Bravo (1-3, 70').

Trop légers pour espérer faire souffrir l'armada bleue, les Red Devils ne s'en tirent donc pas si mal, surtout si on se souvient des déculottées subies face à Liverpool en 2009 ou City en 2011 au Théâtre des Rêves. Avec un effectif de bien moins bonne qualité, sans réel fond de jeu depuis des mois, mais également moins percutants dans l'engagement que la plupart des équipes que nous jouons, les hommes de Solskjaer ne joueront sans doute pas la finale de la Carabao Cup. Il faudrait un authentique exploit à l'Etihad Stadium dans trois semaines pour qu'il en soit autrement.

Prochain match : Norwich

Les Red Devils accueilleront les Canaries samedi 11 janvier, avec un coup d'envoi à 16h CET, pour la 22e journée de Premier League. En recevant la lanterne rouge du championnat (14 points en 21 rencontres), United n'a pas le droit à l'erreur.


Sur le forum