Report : Manchester United 5-2 Bournemouth

1220 fois


Mené au score, United a finalement déchiqueté une équipe de Bournemouth dépassée. Le secteur offensif a été brillant (doublé pour Greenwood, un but et deux passes dé' pour Bruno) et a marqué plusieurs buts magnifiques. United est quatrième en attendant le match de Chelsea. Les voyants sont donc plus que jamais au vert !

Sam. 4 juil. 2020 - 16:00
Premier League - 33e journée
Manchester United
5
2
Bournemouth

Manchester United (4-2-3-1) : De Gea - Shaw, Maguire, Lindelöf (Bailly 46'), Wan-Bissaka - Matic (Fred 67'), Pogba, Fernandes - Rashford (Mata 80'), Martial (Ighalo 80'), Greenwood (James 75'). Remplaçants : Romero, Williams, Andreas, McTominay.

Bournemouth (4-4-2) : Ramsdale - Rico, Kelly, Aké, Smith (Stacey 76') - Stanislas (Wilson 67'), Lerma, Cook (Gosling 67'), Brooks (Danjuma 46') - Solanke (Billing 66'), King. Remplaçants : Boruc, Surman, Travers, Surridge.

Buts : Greenwood (28', 55'), Rashford (35' s.p.), Martial (45'+2), Fernandes (58') pour Manchester United ; Stanislas (16'), King (49' s.p.) pour Bournemouth.

Ole Solskjaer aligne ce qu'on peut désormais sans doute appeler son équipe type pour cette partie, avec le milieu désormais installé Matic - Pogba - Fernandes et le trident offensif Rashford - Martial - Greenwood. La maîtrise technique est logiquement mancunienne dès le coup d'envoi, sans trop forcer, avec même quelques prises de risques dans notre propre tiers de terrain signes d'une équipe sûre son fait, face à une équipe de Bournemouth qui presse haut.

Mais malgré la supériorité affichée techniquement, ce sont les Cherries qui frappent les premiers avec l'ouverture du score de Stanislas peu après le quart d'heure de jeu. Sur un centre venant de notre couloir gauche, la défense centrale se rate et laisse le ballon filer vers le second poteau. Après un premier tir contré, Stanislas récupère la sphère, laisse Maguire venir sur lui et se jeter pour lui passer un petit pont abject de l'extérieur du pied dans un angle très fermé et termine en force entre De Gea et son premier poteau (0-1, 16').

United semble sonné et peine à afficher le niveau lors des dernières sorties. Le jeu est trop souvent arrêté, ce qui ne fait pas l'affaire des locaux. Heureusement, le doute n'a pas le temps de s'installer trop longtemps. Juste après la première pause fraîcheur, les Mancuniens posent une première banderille. Aaron Wan-Bissaka déborde à droite, donne à Fernandes derrière lui qui décale très bien Greenwood de l'autre côté du terrain, à l'entrée de la surface. Le jeune Anglais ne fait pas d'erreur pour s'offrir son septième but en Premier League cette saison, son quatorzième toutes compétitions confondues, et remettre les siens à niveau, avec une frappe forte que Ramsdale, sur la trajectoire, ne peut pas stopper (1-1, 28').

La pression s'intensifie et est récompensée par un second but dans la foulée, un penalty converti par Rashford suite à une main de Smith dans la surface, le premier but pour notre numéro 10 depuis la reprise (2-1, 35'). Une décision justifiée et qui contribue à rétablir un certain équilibre après que Jefferson Lerma ait échappé, on ne sait trop comment, à un carton rouge qui paraissait évident après avoir nettoyé le genou d'Anthony Martial de ses crampons. Les Cherries, qui auraient sans doute pu se retrouver à dix contre onze, prennent quoi qu'il arrive le bouillon en cette fin de première période. Fernandes est une nouvelle fois l'auteur de la passe décisive, mais il faut admettre que le gros du travail est l'oeuvre d'Anthony Martial, qui nettoie la lucarne opposée de Ramsdale d'une frappe somptueuse quasiment depuis l'angle de la surface côté gauche dans les arrêts de jeu (3-1, 45'+2).

United est revenu, United a pris les devants, les trois attaquants ont marqué, et on se demande maintenant comment les Cherries vont bien pouvoir faire pour ne pas se retrouver en confiture. La réponse sera à trouver dans le camp mancunien, prompt à se mettre en difficulté tout seul quand l'opposition n'en demandait pas tant. Une relance complètement ratée de Maguire installe un début de pression sur notre surface, pression finalement rapidement contenue, en guise de premier signal. Moins d'une minute plus tard, une passe haute en retrait de Matic vers Bailly qui vient d'entrer se transforme en un penalty évitable pour un contrôle de l'épaule, alors qu'il n'y avait aucun joueur bleu dans un rayon de dix mètres autour, penalty transformé par l'ancien de la maison Joshua King (3-2, 49').

On croit voir revenir Bournemouth à 3-3 quand le pointu parfaitement croisé de Danjuma trompe De Gea avant d'être annulé pour une position de hors-jeu. Une frayeur suffisante pour que nos joueurs offensifs comprennent l'intérêt de vite faire le trou, un souhait qui deviendra réalité avec deux pions coup sur coup pour nous faire réaliser, si besoin était, la menace offensive que peut représenter United pour n'importe quelle formation. Mason Greenwood s'illustre le premier en percutant sur le côté droit de la surface avant de démonter la lucarne opposée d'une frappe du droit pure (4-2, 54'), et Bruno Fernandes se fait ensuite plaisir avec un coup franc enroulé dans le petit côté après une faute sur Martial plein axe à vingt mètres (5-2, 58').

Cinq buts, et pas du moche s'il vous plaît, que demander de plus ? Peut-être une décision favorable sur le sixième signé Rashford, annulé par le VAR après un hors-jeu de cinq centimètres maximum. Un but pour Ighalo, qui est passé tout près du coche à la 85e sur un excellent service de Mata, signe que nos remplaçants peuvent aussi faire des dégâts. Evidemment, une défense moins hésitante, plus inspirée, De Gea inclus, ce qu'on n'a pas trouvé aujourd'hui. Si ces conditions sont réunies, Aston Villa, dix-huitième et prochain adversaire des Red Devils, et le reste de nos adversaires d'ici à la fin de la saison peut d'ores et déjà commencer à trembler.

Quelques stats (avec Opta)

  • Manchester United n'avait pas encaissé de but à Old Trafford depuis 500 minutes toutes compétitions confondues avant l'ouverture du score de Stanislas.
  • United a inscrit ses six derniers penaltys, toutes compétitions confondues.
  • Anthony Martial est le premier joueur de Premier League à marquer dix buts en 2020, toutes compétitions confondues.
  • C'est la première fois depuis 2007-2008 et le duo Ronaldo - Tevez que deux joueurs du club (Rashford et Martial) dépassent la barre des dix buts en Premier League dans la même saison.
  • C'est la première fois que United marque cinq buts à Old Trafford depuis décembre 2011 et une victoire 5-0 face à Wigan.

Sur le forum