Southampton 2-3 Manchester United : El Matador achève les Saints

Match Reports 969

Mené 0-2 à la pause à Southampton, Manchester United s'en est remis à l'énorme entrée d'Edinson Cavani pour renverser la tendance et emporter la victoire.

Dim. 29 nov. 2020 - 15:00
Premier League - 10e journée
Southampton
2
3
Manchester United

Buts : Bednarek (24'), Ward-Prowse (34') pour Southampton FC ; Fernandes (60' ← Cavani), Cavani (74', 90' ← Rashford) pour Manchester United.

Southampton FC : McCarthy, Walker-Peters, Vestergaard, Bednarek, Bertrand, Djenepo (Long 72'), Romeu, Ward-Prowse, Walcott, Armstrong (Diallo 90'), Adams.

Manchester United : De Gea (Henderson 45'), Telles (Williams 84'), Maguire, Lindelöf, Wan-Bissaka, Matic, van de Beek, Fernandes, Fred, Greenwood (Cavani 45'), Rashford.

Arbitre central : Jonathan Moss. Assistants : Lee Betts, Ian Hussin. Quatrième arbitre : Mike Dean. VAR : Craig Pawson. Assistant au VAR : Stephen Child.

Inoffensifs lors du premier acte, les Red Devils avaient eu la mauvaise idée de s'exposer au danger numéro 1 de Southampton ce dimanche, nommé James Ward-Prowse. Deux coups de pied arrêtés, deux buts, et une équipe mancunienne qui avait plutôt bien démarré la partie, sans briller outre mesure, se retrouve menée par une formation adverse sûre de son fait.

United puni sur coups de pied arrêtés

Nous aurions pu faire mieux cependant, car tout n'a pas été tout rose pour les Saints. Une erreur individuelle de Vestergaard après 6 minutes de jeu ne profite pas à Mason Greenwood, lequel contourne le gardien Alex McCarthy mais ne peut pas redresser sa frappe et trouve le petit filet (6'). Une tentative de Bruno Fernandes au quart d'heure de jeu effleure le poteau (15'). Les contacts se durcissent, Romeu et Ward-Prowse notamment, sur Bruno et Donny van de Beek, ne se retiennent pas. Les locaux en profitent pour rentrer peu à peu dans la rencontre et se voient offrir sur un plateau deux coups de pied arrêtés pour leur numéro 8.

Un corner joué dans les six mètres conclu par la tête décroisée de Bednarek (1-0, 24'), puis un coup franc concédé inutilement juste à l'entrée de nos seize mètres et magnifiquement transformé par le même artificier (2-0, 34') : on savait le pied droit de Ward-Prowse efficace, en voici la démonstration faite. L'efficacité, c'est désormais un mot qui nous échappe, comme à la demi-heure de jeu quand Greenwood et Bruno Fernandes, coup sur coup, butent sur McCarthy après une offrande du portier anglais. Moche, car nos opportunités en première période nous ont été offertes par les locaux et cela ne durera pas toute la rencontre. A 0-2 à la pause, on a tendance à se dire que la remontada sera très compliquée.

No Cavani, no party

Cependant, si elle pouvait être personnifiée, elle s'appellerait Edinson Cavani. Entré à la pause à la place d'un Mason Greenwood pas dans le coup, l'Uruguayen fait basculer le match en l'espace de 45 minutes qui montrent la différence entre un numéro 9 expérimenté et les joueurs dont dispose aujourd'hui Ole Gunnar Solskjaer. Frustré une première fois juste après la pause alors que Marcus Rashford tente d'y aller en solo, l'oubliant seul dans l'axe (l'Anglais aurait sans doute été signalé hors-jeu quoi qu'il advienne), el Matador se mue d'abord en passeur à l'heure de jeu. Excentré dans le couloir droit, il trouve Bruno au point de penalty d'un centre parfait à mi-hauteur, et le Portugais fait le reste avec un contrôle dos au but et une frappe en pivot pour réduire l'écart (2-1, 60').

Tout devient à nouveau possible, d'autant plus que Southampton montre des signes de fatigue à peine cachés, physique comme psychologique. La couverture douteuse de Jannik Vestergaard sur un corner mal repoussé autorise Cavani, aux six mètres, d'avoir tout l'espace qu'il veut pour finir d'une tête plongeante une frappe contrée de Bruno Fernandes qui partait hors cadre (2-2, 75'). Le positionnement et le geste du buteur : tout y est. Notre nouveau numéro 7 termine admirablement le travail de la même façon dans les arrêts de jeu, en attaquant parfaitement au premier poteau un centre tendu de Rashford et en plaçant sa tête hors de portée de McCarthy, forcé de s'imposer une nouvelle fois (2-3, 90'+2).

Qui aurait misé sur une telle fin de match à la pause ? Pas grand monde, mais lui y a cru jusqu'au bout. Sur chacun de ses appels, de ses pressings, de ses buts, Cavani a mis la pression sur notre front three actuel. Greenwood et Rashford sont passés à côté aujourd'hui, Martial absent galère depuis le début de la saison. Y a-t-il de la place en tant que titulaire pour l'Uruguayen, par exemple à Paris mercredi ? Ne nous emballons pas après ce match, mais il est en tout cas une alternative crédible pour la suite.

United remonte ainsi à la septième place, à cinq points de la tête et avec un match en retard à jouer. Petite inquiétude par contre : la sortie à la pause de David de Gea, touché sur le but du 2-0 de Ward-Prowse après avoir heurté son poteau et remplacé pour la seconde période par Dean Henderson.

Next

Manchester United peut viser la qualification pour les huitièmes de finale de la Ligue des Champions avec la réception du Paris Saint-Germain à Old Trafford, mercredi 2 décembre à 21 heures. Un nul suffira à assurer le passage au tour suivant.


Sur le forum