Arsenal 0-0 Manchester United : on ne méritait pas plus

Match Reports

Arsenal et Manchester United se sont neutralisés à l'Emirates Stadium ce samedi soir. Les Red Devils laissent filer Manchester City en tête du classement.

Sam. 30 janv. 2021 - 18:30
Premier League - 21e journée
Arsenal
0
0
Manchester United

Arsenal FC : Leno, Bellerin, Holding, Luiz, Cédric, Partey, Xhaka, Pepe, Smith Rowe (Odegaard 83'), Martinelli (Willian 45'), Lacazette (Nketiah 90'+3).

Manchester United : De Gea, Shaw, Lindelöf, Maguire, Wan-Bissaka, McTominay (Martial 37'), Fernandes, Pogba, Fred, Rashford (Greenwood 80'), Cavani.

Arbitre central : Michael Oliver. Assistants : Stuart Burt, Simon Bennett. Quatrième arbitre : Robert Jones. VAR : Paul Tierney. Assistant au VAR : Andy Halliday.

Un nouveau choc du Big Six qui accouche d'une nouvelle souris. Les deux formations en lice ce samedi n'ont pas réussi à se départager dans un score nul et vierge qui n'arrange personne. Manchester United poursuit sa série d'invincibilité à l'extérieur, mais ce n'est pas en prenant les points un par un que nous arriverons à viser une place de choix dans le classement final.

Le score est logique finalement, car aucune équipe n'a vraiment mérité de repartir avec les trois points. En témoigne le nombre de tirs cadrés : trois sur dix-huit pour les Gunners, trois sur quatorze pour United. Avec un ratio aussi faible, comment viser légitimement la victoire ? D'où notre sentiment que la logique a été respectée ce soir par rapport à la physionomie de la partie.

Il aurait été possible de faire mieux, sans doute. Des deux côtés, des attaquants de talent étaient sur la pelouse. Mais il ne suffit pas d'avoir du talent, encore faut-il l'utiliser à bon escient. Après quelques échanges de bons procédés entre Portugais dans le premier quart d'heure qui ont valu un jaune à Cédric (12') mais pas à Bruno qui s'en est bien tiré quelques instants plus tard, on a commencé à voir de bonnes intentions. La frappe lourde de Lacazette à vingt mètres va dans la niche de De Gea (16'), avant que Fred ne vise la lucarne d'une volée astucieuse joliment déviée par Leno au ras de son poteau (19').

Ce sera, malheureusement, à peu près tout pour la première période. Arsenal commence à dominer au milieu, ratissant tous les seconds ballons, variant le jeu, pendant que les Red Devils peinent à aligner trois passes. Partey (23'), Xhaka (25'), Pépé (30') n'inquiètent pas vraiment De Gea. Les visiteurs laissent passer l'orage et reviennent dans la partie progressivement. Bruno rate de peu la lucarne de Leno (37'), alors que Rashford manque de spontanéité et se fait reprendre alors qu'il avait été trouvé par Shaw dans un no man's land qui s'est vite peuplé (43').

L'entrée de Martial en première période à la place d'un McTominay souffrant (37') ne résout pas les problèmes d'efficacité offensive. Edinson Cavani aura deux énormes occasions de donner l'avantage aux siens, mais manque de peu le cadre par deux fois, sur un bon mouvement à gauche d'abord entre Shaw et Martial et un service dans les six mètres du latéral anglais (58'), et en toute fin de partie, sur une volée acrobatique après un centre de Wan-Bissaka (89'). Rageant, mais le score, encore une fois, est logique. Surtout qu'en face, alors que nos joueurs ont multiplié les fautes dans notre tiers de terrain, un coup franc de Lacazette aurait pu connaître meilleur sort que celui de s'écraser sur la barre d'un De Gea battu (65'), l'Espagnol devant en outre s'employer juste après pour repousser une frappe de Smith-Rowe.

Bref, que retenir de cette rencontre ? Nos latéraux ont été bons, Shaw en tête, et ont fait oublier le fait que nous avons commencé le match avec Pogba sur l'aile gauche (pas un vrai ailier, on est d'accord). Fred a été satisfaisant, récupérant encore beaucoup de ballons dans l'entre jeu. Offensivement... la traversée du désert se poursuit. Quelle frustration de voir un Rashford manquer tout ce qu'il entreprend quand on sait ce qu'il est capable de faire. Fatigue physique ? Psychologique ? Entre lui et Martial, nos armes sont chargées à blanc en ce moment. Difficile de viser les sommets si nous n'arrivons pas à marquer. Pas le temps de trop réfléchir cependant, avec la prochaine échéance dès mardi.

Next

Pas le temps de souffler donc pour United, qui enchaîne avec la réception de Southampton en Premier League mardi 2 février, avec un coup d'envoi à 21 h 15 CET.


Sur le forum