Hernandez affole les supporters mexicains

6508 fois


Avec le Mexique qui débutera la Coupe du Monde face à l'Afrique du Sud, les fans de United ne vont pas attendre longtemps avant de pouvoir se faire une idée sur Javier Hernandez.

Si les performances du joueur âgé de 21 ans - surnommé 'Chucharito' [petit pois] - lors des éliminatoires sont insuffisantes pour le moment pour le juger, ce qu’il montrera cet été pourrait enchanter les fans de Manchester United et accroître les craintes de nos rivaux.

Hernandez, qui sera transféré de Guadalajara à Old Trafford après la Coupe du Monde, est le dernier de la longue lignée des attaquants Mexicains - depuis Hugo Sanchez dans les années 80 - à porter les espoirs de toute une nation.

Chicharito, du haut de son 1.75 m, a peu fait pour atténuer l’espérance des fans après avoir marqué quatre fois lors de ses cinq premières apparitions avec la sélection Mexicaine et les vidéos de YouTube montrant ses buts démontrent qu’il est un talent rare, capable de marquer des buts spectaculaires des deux pieds.

Et sachant que le Mexique se trouve dans un groupe - groupe A - avec une faible équipe d'Afrique du Sud, une France fragile et un Uruguay imprévisible, cela devrait également amplifier les espoirs des fans de voir leur équipe réaliser un joli parcours.

Les Mexicains n'espèrent pas que leur équipe puisse rejoindre les gros calibres d'Amérique Latine tels le Brésil ou l'Argentine, ils pensent qu'elle est déjà à leur hauteur, malgré que leurs résultats ne parlent pas pour eux.

La meilleure équipe du Mexique est arrivée par 2 fois en quart de finale de Coupe du Monde, et cela fût les 2 fois où la coupe se jouait chez eux en 1970 et en 1986.

Il y a un an de cela, la perspective d'atteindre l'Afrique du Sud, sous les ordres du sélectionneur Sven-Goran Eriksson, semblait bien sombre. La moitié des matchs de qualifications étaient déjà passés et ‘El Tri’ – surnom de l’équipe du Mexique - espérait désespérément finir dans les quatre premiers de la zone CONCACAF, sachant que les trois premières places sont synonymes de qualification directe.

A son arrivée, Javier Aguirre, le nouveau sélectionneur, a promptement exhorté le meneur de jeu de 37 ans, Cuauhtémoc Blanco, de sortir de sa retraite et une réelle alchimie a transformé le milieu de terrain et la ligne d’attaque du Mexique, comprenant Andres Guardado du Deportivo La Corogne, Guillermo Franco de West Ham et le jeune Carlos Vela d’Arsenal, en or aztèque.

Le Mexique est rapidement remonté au classement, remportant cinq de leurs sept derniers matchs qualificatifs et en ne perdant qu’une seule fois pour prendre la deuxième place du classement final, à un point des Etats-Unis.

Est-ce que Hernandez, qui est encore étudiant dans le monde des affaires et dont le père et grand-père ont aussi joué pour le Mexique, pourrait être le catalyseur d’un succès en Afrique du Sud ?

Il y a un an, alors que le Mexique avait de la peine en qualification, le joueur lui-même, qui vit encore chez ses parents, avait des doutes sur son temps de jeu.

"Il doutait de lui-même, il doutait de sa capacité à jouer en première division", a déclaré Javier Hernandez senior au New York Times.

"En tant que parents, nous lui avons dit qu'il fallait être patient, mais en tant que jeune joueur, il était impatient. Nous lui avons dit d'être persistant et qu’avec le temps, tout allait venir."


Donc, il s'est avéré que son repositionnement dans le jeu a été reconnu par Aguirre, un ancien coéquipier d'Hernandez senior, qui fait maintenant aussi partie de ceux qui doivent atténuer non seulement les attentes du Mexique, mais également celles de Chicharito.

"Il fait son travail, tout comme les autres, avec son club et avec l'équipe nationale", avait déclaré Aguirre en mars, lors d'une série de matchs amicaux aux Etats-Unis, qui a vu Hernandez marquer un but spectaculaire de la tête contre la Nouvelle-Zélande.

"Je comprends que beaucoup d'entre vous ne vont pas être satisfaits de ceux que je vais prendre, mais Javier traverse une très bonne période et j'espère que cela va durer."
Source(s) : TeamTalk.com (rédigé avec Bobby Charlton)