Le style United

5216 fois


Sir Alex Ferguson, en presque trois décennies de règne, aura eu droit à tous les superlatifs, à toutes sortes de compliments, et aura tout gagné...

Nous soulignerons toujours sa longévité, son charisme, son palmarès, ses légendaires coups de colères. Mais il y a une chose aussi qu'il faut mettre en avant, et cette chose, c'est le style donné à Manchester United. Son style d'attaque qui constituera pour toujours, l'une de ses marques de fabrique.

Qui n'a jamais vibré, lors d'un soir de Champions League, à Old Trafford ? Qui n'a jamais été exalté, lors des fameuses contre-attaques, accompagnées par une foule en délire ?
Nous tous, supporters, aurons toujours eu la chair de poule, lorsque les actions commençaient de la défense, sur une récupération, et quatre/cinq secondes plus tard, finissaient à l'approche des derniers mètres...

Eh bien ce genre d'actions, c'est typiquement United. Ces contres éclairs, meurtriers, symbolisant bien la puissance offensive du club mancunien.

Alex Ferguson a toujours misé sur un milieu à deux, constitué de deux joueurs capables de se replier, mais aussi de jouer de l'avant, et capables de produire du jeu. Paul Ince, Paul Scholes, Roy Keane, Darren Fletcher, Michael Carrick, et Anderson également.

Mais aussi sur des latéraux offensifs, suffisamment bons pour combiner avec les milieux excentrés, et aptes à fournir de beaux centres. Il s'agit de Dennis Irwin, Gary et Phil Neville, Patrice Evra, et maintenant les jumeaux Da Silva.

Et pour en revenir aux ailiers, il faut dire qu'il a souvent misé sur eux, pour être le principal danger de son équipe, mais surtout de ses adversaires...

Andreï Kanchelskis, David Beckham, Ryan Giggs, Cristiano Ronaldo, Luis Nani, Antonio Valencia, et maintenant Ashley Young sont les joueurs, sur lesquels le Gaffer aura fondé ses plus gros espoirs.

Il n'aura jamais misé sur un véritable numéro 10, même s'il aurait pu faire quelques exceptions. Aussi bien avec sa volonté d'acheter Zidane, mais aussi Michael Ballack en 2005.
Pour compenser l'absence de ce type de joueurs, tout de même très important, il aura toujours misé sur un collectif, qui exploiterait les joueurs à leur maximum, et dont la solidarité et la souveraineté seraient à l'honneur.

Des joueurs comme Cantona, Valencia, Evra, Yorke, et tant d'autres, sont passés d'un statut de bon joueur à grand joueur.
Des grands espoirs ont pu exploser grâce à une utilisation parcimonieuse, et grâce à un réel ancrage dans le collectif. Ces joueurs qui ne sont autres que : Ryan Giggs, Rooney, C.Ronaldo ou bien encore David Beckham.

Même des joueurs plutôt moyens comme John O'shea, Michael Silvestre, Henning Berg, Fortune, ou encore Nicky Butt, ont pu tirer leur épingle du jeu.

La force de Manchester, a toujours été de pouvoir étirer complètement une défense, la désorganiser, et éviter l’entonnoir pour mieux terminer les offensives.
Nous avons souvent pu voir Cantona, la paire Yorke/Cole, Van Nistelrooy, et récemment le duo Rooney/Chicharito, écarter constamment sur les ailes, pour surprendre d'avantage l'adversaire, et les prendre de court !

Le Gaffer a souvent exigé un pressing intense de ses joueurs, afin d'épuiser l'adversaire, et avoir un bloc équipe haut sur le terrain.

Les transversales ont toujours été utilisées à outrance dans notre jeu. Des défenseurs comme Irwin, Neville, Silvestre, des milieux comme Scholes, Beckham, Giggs, Fletcher, Carrick; des attaquants comme Rooney, auront souvent utilisé ce geste technique afin de renverser le jeu adéquatement, et tenter de déstabiliser toute une organisation.

Finalement, la diversité s'est souvent retrouvée en attaque. Le Gaffer aura connu presque tous les types d'avants-centres.
Des buteurs hors pair comme Mark Hugues, Andy Cole, Ole Gunnar Solskjaer, Van Nistelrooy et récemment Javier Hernandez. Des attaquants complémentaires comme Dwight Yorke, Teddy Sheringham, Louis Saha. Et aussi des génies, des attaquants créatifs qui ne sont autres qu'Eric Cantona et le Golden Boy...

Malgré tout... Il s'est aussi adapté...

Il faut se souvenir des saisons 2007-2008 et 2008-2009, pour s'apercevoir que nous ne jouions plus vraiment de la même manière, et qu'il semblait y avoir une certaine évolution...

Le jeu était plus axial, plus vertical, car les ailiers à proprement parler n'existaient pratiquement plus. Et pour cause, la mutation d'un certain Ronaldo, qui devenait de plus en plus buteur.

Et puis, quand vous aviez un Ryan Giggs qui jouait progressivement au centre, des joueurs comme Wes Brown ou John O'Shea qui occupaient le couloir droit, le véritable ailier se retrouvait en la personne de Patrice Evra. Le seul et unique, qui proposait vraiment des solutions depuis les ailes.

L'Ecossais a voulu s'adapter à l'Europe, voyant que partir à l'abordage sans un minimum de rigueur, pouvait être préjudiciable à un moment ou un autre, dans cette même compétition.
La déculottée lors d'un certain soir à San Siro, aura incité le Gaffer à revoir tout son plan.

Un United beaucoup plus calculateur, rigoureux; mais sachant quand même s'adapter à l'adversaire; aura vu le jour. D'ailleurs aujourd'hui, il y'a encore les restes de cette mutation, comme nous avons pu le voir en C1 l'an dernier.
Cela aura porté ses fruits, car au bout il y eut un sacre en 2008, ainsi que deux autres finales, en 2009 et 2011, malheureusement perdues.

Et si Old Trafford est surnommé le Théâtre des Rêves, c'est pour tout ce qui a été accompli là dedans, mais aussi pour la magie, le football d'attaque qu'on aura souvent vu dans ce stade.

Et en cette année 2011/2012, plus que jamais, Manchester United semble retourner vers ses fondamentaux, avec un nombre déjà impressionnant de buts marqués.
Guidé par plusieurs joueurs, qui auront encore beaucoup à offrir aux supporters, pour cette saison !

À n'en pas douter !


Article rédigé par Doraibu
Source(s) : Doraibu