Report : United 3 Stoke 2

1975 fois


Alors que Manchester United semblait se diriger vers une défaite surprise à domicile contre Stoke, les champions en titre sont revenus pour remporter une victoire mémorable sur le score de 3-2.

Grâce à l'ouverture du score de Peter Crouch, et au but de Marko Arnautovic suite à l'égalisation de Robin van Persie, les visiteurs étaient aux portes de leur première victoire à Old Trafford depuis 1976. Du moins jusqu'à la 80e minute, où Chicharito inscrivait le but de la victoire, après la tête décisive de Wayne Rooney deux minutes plus tôt.

Le déchaînement de joie qui saisissait Old Trafford était à la hauteur de la frustration qui montait dans les tribunes pendant la majorité du match, à partir du moment où Stoke débloquait le tableau de marque sur sa première attaque de la rencontre. Crouch déviait avec beaucoup de réussite un dégagement de Jonny Evans pour battre un David de Gea à terre suite à sa première parade.

United égalisait peu avant la pause cependant : Asmir Begovic repoussait une tête à bout portant de Rooney dans les pieds de Van Persie, qui faisait mouche de volée. Mais les Potters réagissaient immédiatement, sur un coup franc direct d'Arnautovic dans la lucarne, suite à une faute de Phil Jones aux abords de la surface.

La seconde période changeait du tout au tout, à l'image du nombre d'avertissements distribués par l'arbitre Lee Mason. La défense de Stoke continuait à multiplier les exploits, avant de s'écrouler face à la pression imposée par les Red Devils. C'est d'abord Rooney qui marquait de la tête sur un corner de Van Persie, avant que Hernandez ne convertisse un centre de Patrice Évra pour arracher la victoire.

L'analyse : victorieux et soulagés

Le match : Peter Crouch a donné le ton d'une après-midi frustrante en ouvrant le score avec réussite dès la 3e minute de jeu, imité ensuite par Marko Arnautovic qui redonnait l'avantage aux Potters juste après l'égalisation de Robin van Persie. Mais les champions en titre tenaient bon et prouvaient leur valeur en inscrivant deux buts en trois minutes, d'une tête de Wayne Rooney sur un corner de Van Persie, puis une autre signé Chicharito sur un centre de Patrice Évra, arrachant une victoire que la joie disputait au soulagement.

Les buts : Van Persie a prouvé son instinct de buteur sur son égalisation, en se saisissant d'un ballon repoussé par Asmir Begovic sur une tête de Rooney. Juste retour des choses, le Néerlandais déposait plus tard un corner sur la tête de Wayne pour une deuxième égalisation. Chicharito arrachait la victoire en s'imposant pour reprendre l'excellent centre d'Évra et marquer son cinquième but contre Stoke.

En vedette : David De Gea a maintenu les Red Devils dans le match en première période, avec notamment des parades décisives face à Jon Walters et Marko Arnautovic qui lui valaient les chants d'Old Trafford. Une fois les ambitions offensives de Stoke revues à la baisse, c'est Rooney qui s'illustrait en décrochant souvent pour animer le jeu, avant de marquer une égalisation vitale.

En filigrane : excellent coaching de David Moyes, qui a changé le cours du match en trois changements. Dès son entrée en jeu, Adnan Januzaj a provoqué plusieurs cartons jaunes, puis la pression ajoutée par l'arrivée de Chicharito et Antonio Valencia a fini par avoir raison des Potters.

L'adversaire : après un début de saison difficile, les hommes de Mark Hughes étaient arrivée plein d'intentions à Old Trafford. Compacts et solides en défense comme dans l'entrejeu (mention spéciale à Stephen Nzonzi et Wilson Palacios), ils fermaient bien l'axe et dédoublaient efficacement sur les côtés. Stoke s'est procuré plusieurs actions et s'incline seulement sur deux buts bien amenés des Red Devils.

L'action du match : une belle combinaison a permis à Évra de s'échapper sur l'aile gauche pour offrir un centre millimétré à Chicharito, qui n'avait plus qu'à glisser le ballon au fond des filets pour obtenir la victoire.

En tribune : suite à l'expérience animée d'un virage réservé aux chants, cette semaine contre la Real Sociedad, les fans visiteurs retrouvaient leur place habituelle, dans le quart sud-ouest. Cette minorité a chanté le plus fort pendant la majorité du match, vu les évènements, mais les rugissements qui ont accueilli le but décisif de Chicharito n'avaient rien à envie aux plus grandes clameurs de l'histoire du stade.
Source(s) : Manutd.com