Finale Fa Cup: United 2-1 Crystal Palace

2418 fois


Manchester United s’impose 2-1 en prolongation après avoir été mené 1-0 jusqu'à la 82e minute puis réduit à 10 après l'expulsion de Smalling. On a pourtant craint le pire lorsque Puncheon trompait De Gea d'une frappe imparable à la 78e minute. Mais Mata a remis les pendules à l'heure 4 minutes plus tard seulement. Lingard a délivré les siens en inscrivant le but victorieux à la 110e minute.


Après une décevante cinquième place en championnat et une qualification manquée pour la Champions League, cette victoire en FA Cup arrive comme une bouffée d’oxygène pour le club et surtout pour les fans, qui attendaient ce titre depuis douze longues années et un succès 3-0 sur Millwall au Millenium Stadium de Cardiff, au temps béni des Giggs, Ronaldo et Van Nistelrooy.

En souvenir de la fameuse finale de FA Cup 1990 entre United et Palace, ce sont les deux managers de l’époque, Sir Alex Ferguson et Steve Coppell, qui amenènent le trophée sur le terrain. Le coup d’envoi est retardé en

raison des festivités d’avant-match, particulièrement prodigues, qui voient la chanteuse Tinie Tempah se produire accompagnée d’une chorale et d’un orchestre de cuivres, le tout sous les détonations des feux d’artifices.

Nombre de spécialistes avaient pronostiqué une possession de balle mancunienne, avec une équipe de Palace évoluant en contre. Cette tendance se confirme dès les premières minutes, les Red Devils prenant le contrôle des opérations et multipliant les frappes, à l’image de Marcus Rashford, Wayne Rooney et Marouane Fellaini, de retour de suspension.

C’est ensuite au tour de Palace de placer des banderilles, par l’intermédiaire de Connor Wickham. Après s’être débarrassé de Chris Smalling et Daley Blind, l’attaquant des Eagles pense tromper David De Gea, sans remarquer que l’arbitre Mark Clattenburg avait sifflé une faute à l’entrée de la surface (18e). Premier coup de chaud pour United.

Dans la foulée, Juan Mata oblige Wayne Hennessey à se détendre, puis Fellaini manque d’ouvrir le score de la tête au terme d’une première période très équilibrée. Rashford, si bon en demi-finale, donne le tournis à Pape Souaré d’une série de passements de jambes, avant de servir idéalement Anthony Martial au second poteau. Mais la reprise du frenchie est contrée sur sa ligne par Joel Ward.

United est à deux doigts de débloquer la situation à la 53e minute, lorsque Fellaini, affamé après trois matches de suspension, trouve le poteau d’une frappe surpuissante. La malchance semble poursuivre United puisque sur l’action suivante, Martial trouve le poteau opposé d’une tête décroisée, alors que le gardien était clairement battu.

À l’heure de jeu, le physique commence à prendre le dessus et c’est Marcos Rojo qui en fait les frais après une collision avec Damien Delaney. L’arrière gauche est suppléé par Matteo Darmian, bientôt suivi de Rashford, victime quant à lui des crampons de Johan Cabaye.

Le bateau mancunien semble chavirer à la 78e minute, lorsque Palace prend les devants grâce à Jason Puncheon. Alerté par une longue transversale de Delaney à la limite du hors jeu, le remplaçant se retrouve seule face à De Gea au second poteau et allume sous la barre côté fermé. Une réalisation curieusement similaire au but décisif

de Lee Martin lors du replay de la finale 1990. Heureusement, United égalise trois minutes plus tard. L’étincelle vient une fois de plus de Rooney,  qui traverse la surface d’ouest en est avant de centrer au second poteau pour Fellaini. Le Belge remet intelligement de la poitrine pour Juan Mata, qui n’a plus qu’à trouver la faille à bout portant. 

Lentement mais sûrement, la prolongation se dessine. Après une brève causerie, Rooney repart sur son rythme de marathonien et vient glisser un tacle in extremis pour contrer Wilfried Zaha, parti seul face à De Gea. Quelques secondes plus tard, revoilà Rooney qui tente sa chance en attaque à l’entrée de la surface. Les deux équipes se répondent coup pour coup et Yannick Bolasie est tout proche de trouver le cadre d’une frappe lointaine. Peu de temps après, l’attaquant congolais est accroché par Smalling, qui laisse ses camarades à dix après avoir récolté son deuxième jaune.

Palace accentue sa pression dans la deuxième prolongation. Dwight Gayle tente sa chance, mais c’est Jesse Lingard qui envoie les Red Devils au nirvana d’une reprise instantanée dans la lucarne après un centre contré de Valencia. Dix minutes plus tard, c’est la délivrance : après 12 ans d’attente, United peut soulever sa 12e FA Cup.

 

STATISTIQUES À LA FIN DU MATCH
POSSESSION :
Palace 33% United 67%
TIRS : Palace 14 United 24
TIRS CADRÉS : Palace 6 United 3
CORNERS : Palace 8 United 12

COMPOSITIONS

United : De Gea, Valencia, Smalling, Blind, Rojo (Darmian 66e), Carrick, Fellaini, Mata (Lingard 90e), Rooney, Martial, Rashford (Rashford 72e). 
Remplaçants non utilisés : Romero, Jones, Schneiderlin, Herrera.
Avertissements: Smalling (exclu), Rojo, Mata, Fellaini, Lingard

Crystal Palace : Hennessey; Ward, Dann (Mariappa 90e+3), Delaney, Souare ; Zaha, Cabaye (Puncheon 72e), McArthur, Jedinak, Bolasie ; Wickham (Gayle 86e). 
Remplaçants non utilisés : Speroni, Kelly, Sako, Adebayor.
Avertissements : Dann, Delaney, McArthur

 

Source(s) : Manutd.com