A Londres, Manchester United a coulé face à West Ham, qui pointait pourtant à la 17e place avant la rencontre (1-3).

West Ham United 3-1 Manchester United
Premier League, 7ème journée
Samedi 29 septembre 2018

West Ham United : Fabianski - Masuaku, Diop, Balbuena, Zabaleta - Rice - Anderson (Diangana 90e+2), Obiang, Noble, Yarmolenko (Snodgrass 72e) - Arnautovic (Antonio 82e). Non utilisés : Adrian, Ogbonna, Fredericks, Pérez.

Manchester United : De Gea - Shaw, Lindelöf (Rashford 57e), Smalling, Young - Fellaini, Matic, McTominay - Pogba (Fred 70e) - Martial (Mata 70e), Lukaku. Non utilisés : Bailly, Grant, Herrera, Darmian.

Buts : Felipe Anderson (5e), Lindelöf c.s.c. (43e), Arnautovic (74e) pour West Ham; Rashford (71e) pour Man Utd.

Avant-match

José Mourinho a créé la surprise dans la nomination de son groupe, en décidant notamment de se passer complètement d'Alexis Sanchez et Jesse Lingard, pas même sur le banc. En comparaison avec l'équipe qui a concédé le nul face à Wolverhampton le week-end précédent, Ashley Young, Nemanja Matic, Scott McTominay et Anthony Martial sont titularisés. Marcus Rashford revient quant à lui de suspension et prend place sur le banc.

Manuel Pellegrini reconduisait quant à lui la formation qui a décroché le point du match nul face à Chelsea, à l'exception de Michael Antonio qui laisse sa place à Marko Arnautovic, de retour de blessure. Le jeune Grady Diangana, produit de l'académie des Hammers et auteur d'un doublé en League Cup trois jours plus tôt contre Macclesfield (8-0) commence la rencontre sur le banc.

Ashley Young se voyait décorer du brassard de capitaine en l'absence dans l'effectif d'Antonio Valencia, Paul Pogba n'étant plus le vice-capitaine du club depuis cette semaine, qui a vu le Français et son entraîneur peu enclins à faire des politesses l'un envers l'autre.

Première période

L'équipe surprise de Mourinho était cueillie à froid dès la 5e minute. Les Hammers combinaient facilement à droite, et Zabaleta, un pied hors-jeu, partit dans le dos de Shaw avant de centrer à ras de terre dans la surface. Plein axe à six mètres, Felipe Anderson eut tout le loisir de claquer une petite Madjer hors de portée de De Gea (0-1, 5e).

Signe peut-être d'une confiance au plus bas, Anthony Martial ne se mit pas particulièrement en évidence six minutes plus tard à la réception d'un centre d'Ashley Young, lorsqu'il manqua totalement une reprise de la tête à moins de dix mètres des buts de Fabianski, sur un bon centre de Young. Le Français était de toute façon hors-jeu, mais cela aurait pu le (et nous) rassurer de voir malgré tout ce ballon mieux utilisé. Le Français ratait ensuite un contrôle à sa portée sur le côté droit alors qu'il avait créé le décalage, voyant désespérément la balle rouler au-delà de la ligne de sortie de but (13e).

Le manque de cohésion dans la composition mancunienne se faisait désormais frustrant. Le manque de logique tout autant. Scott McTominay se retrouvait ainsi très peu à l'aise dans un rôle d'arrière-droit dans ce qui paraissait être un 3-5-2 sur nos phases offensives, Shaw et Young montant alors dans les couloirs. Martial et Lukaku, esseulés, portaient bien trop le ballon et étaient facilement repris par les Irons sur les quelques situations potentiellement intéressantes des 20 premières minutes. Nos deux attaquants étaient en outre aisément mis hors-jeu par la défense adverse, qui annulait ainsi le peu d'occasions que nous pouvions nous créer.

Malgré cela, les Red Devils manquèrent de revenir au score à la 23e minute. McTominay trouva bien Young dans le couloir droit, et le centre de l'Anglais fut repris de la tête par Lukaku, qui avait fait l'effort de venir attaquer le ballon au premier poteau. C'est le poteau qui sauva Fabianski et les siens de l'égalisation.

C'était malheureusement bien trop peu pour renverser le cours de cette rencontre. Après 30 minutes de jeu, United n'avait toujours pas cadré la moindre frappe. Les Hammers jouaient tranquillement,presque en marchant, un fait rageant quand on se souvient qu'ils sont 17èmes de cette Premier League et ont perdu leurs quatre premiers matchs cette saison. Trop prévisibles, dénués de créativité, et pas exemplaires techniquement, les Mancuniens paraissaient à mille lieues de pouvoir inquiéter une équipe londonienne qui n'en demandait pas tant.

Un Paul Pogba très loin de son meilleur niveau semblait pourtant le seul à vouloir, ou pouvoir, prendre sa chance, mais voyait sa tentative détournée en corner (38e). Sur celui-ci, Scott McTominay était déséquilibré dans la surface de réparation par Anderson, mais Michael Oliver jugeait, sans doute à juste titre, que le contact entre les deux hommes n'était pas suffisant pour accorder un penalty (39e).

Les Irons ne paraissaient pas forcément enclins à prendre des risques pour attaquer, mais ils paraissaient tout de même au moins aussi crédibles que leurs visiteurs dans cet exercice. La talonnade d'Arnautovic était à deux doigts de trouver preneur aux six mètres (40e), tout comme sa remise sur le une-deux initié par Felipe Anderson, dégagée en catastrophe par Young (42e).

Ce n'est donc que justice si ce sont les Londoniens qui ont inscrit le second but de cette partie. Sur corner, les joueurs de United ne parvinrent pas à dégager leur camp, et la balle échoua dans les pieds d'Andriy Yarmolenlo au second poteau. Avec Matic, Lindelöf et Shaw en face de lui, l'Ukrainien temporisa un temps mais tenta sa chance tout de même : au prix d'une énorme déviation, De Gea dut se résoudre à regarder la sphère pénétrer lentement dans sa cage (0-2, 43e). Un but qui sera finalement accordé à Victor Lindelöf... contre son camp.

Deux buts de retard à la pause, un désavantage qui n'aurait pas été fatal au Manchester United de l'ère Ferguson. Mais en l'état, au vu de la prestation proposée par nos joueurs, impossible d'imaginer un come-back dans cette rencontre. Avec zéro tir cadré dans les 45 premières minutes, cette équipe mancunienne ne se mettait clairement pas en position de pouvoir prendre un point, alors que dire des trois...

Mi-temps : West Ham United 2-0 Manchester United.

Seconde période

Pas de changement à la reprise, et ce sont les Hammers qui se procurèrent la première opportunité de la seconde mi-temps. Sur une inspiration d'Arnautovic, toujours bon face à nous, Mark Noble se mit en position de frappe mais son tir du droit trop écrasé ne parvint pas à tromper De Gea (48e).

Les Red Devils continuaient à se montrer sous leur mauvais jour en ce début de deuxième mi-temps. Un corner joué côté droit par Young, à ras de terre, était ainsi rendu directement aux Hammers à l'entrée de leurs seize mètres, sans qu'ils n'aient besoin de bouger d'un poil, et conduisit à un contre heureusement mal terminé par Arnautovic (50e). Incroyable de voir un tel déchet dans une équipe qui a fini deuxième du championnat la saison passée.

José Mourinho lança Marcus Rashford à la 57e minute à la place de Victor Lindelöf, pour tenter de peser enfin sur la rencontre. Si United eut un coup de mieux pendant quelques minutes, cela demeurait malgré tout largement insuffisant pour revenir au score, hormis sur une tête de Fellaini trouvé en position de 9 par un centre tendu de Young que Fabianski repoussait in extremis sur sa ligne (64e). De quoi donner un aperçu de notre stratégie pour la dernière demi-heure de jeu.

Tandis que United continuait de dilapider les ballons, West Ham, qui avait pourtant fait le travail, se montrait toujours dangereux. Arnautovic passait ainsi près du 3-0 en manquant un ballon en profondeur parfaitement distillé par Felipe Anderson (68e).

Mourinho décidait alors qu'il avait assez fait confiance à Pogba et Martial, et les sortait avec 20 minutes à jouer pour faire entrer Fred et Juan Mata. Mais c'est le premier des remplaçants entrés en jeu, à savoir Marcus Rashford, qui réduisait l'écart à la 71e minute. Sur un corner frappé côté gauche, le centre pas forcément très bon d'Ashley Young fut magnifiquement converti par notre numéro 10 d'une talonnade instinctive, pour redonner espoir à son équipe (2-1, 71e).

Mais l'espoir ne dura pas puisque trois minutes plus tard, Marko Arnautovic, joliment trouvé par Mark Noble, profitait d'un boulevard entre Smalling et McTominay, doublé d'un alignement plus que douteux, pour se présenter seul face à De Gea et l'ajuster de près (1-3, 74e). Les "Olé!" du London Stadium commençaient à se faire entendre, ce qui eut le don de commencer à énerver nos joueurs qui perdaient de plus en plus le fil de la rencontre.

Plus rien ne serait suffisant pour sauver le soldat mancunien, qui aligne trois matchs consécutifs sans victoire. Les Hammers n'avaient gagné qu'un seul de leurs 19 précédents rendez-vous avec Manchester United. Signe, s'il en fallait, que l'heure est grave.

Fin du temps réglementaire: West Ham United 3-1 Manchester United.

A bientôt!

Si vous aimez souffrir, Manchester United reçoit le FC Valence pour la 2e journée de la Ligue des Champions, mardi 2 octobre. Le coup d'envoi sera donné à 21 heures, heure de Paris. Sinon, sur M6, il y aura "Maison à vendre".