On leur promettait l'enfer, mais les Red Devils, menés à la pause, sont passés à deux doigts de la victoire sur la pelouse de Chelsea ce samedi, craquant finalement dans les dernières secondes (2-2).

Chelsea FC 2-2 Manchester United
Premier League, 9e journée
Samedi 20 octobre 2018

Chelsea FC : Kepa - Azpilicueta, Rudiger, David Luiz, Alonso - Kanté, Jorginho, Kovacic (Barkley 69e) - Willian (Pedro 73e), Morata (Giroud 78e), Hazard. Non utilisés : Fabregas, Caballero, Zappacosta, Cahill.

Manchester United : De Gea - Young, Smalling, Lindelöf, Shaw - Pogba, Matic, Mata (Herrera 75e) - Rashford (Alexis 84e), Martial (Andreas 83e), Lukaku. Non utilisés : Bailly, Fred, Romero, Darmian.

Buts : Hazard (20e), Barkley (90e+5) pour Chelsea; Martial (54e, 73e) pour United.

Le coach des Blues Maurizio Sarri a fait deux changements par rapport à l'équipe victorieuse 3-0 à Southampton avant la trêve internationale. Ross Barkley et Olivier Giroud ont ainsi été relégués sur le banc au profit de Mateo Kovacic et Alvaro Morata.

José Mourinho, de son côté, a titularisé Victor Lindelöf et Juan Mata, tous deux absents du onze de départ lors de notre victoire haletante face à Newcastle 3-2 deux semaines plus tôt. Eric Bailly et Scott McTominay sont les deux joueurs directement concernés par ces changements.

Première période

Les dix premières minutes de la rencontre furent plutôt équilibrées, les deux formations prenant la mesure de leur adversaire. Les Mancuniens, en 4-3-3, prenaient leur temps dans la construction, faisant tourner le ballon, là où les Blues essayaient de se montrer plus percutants, sans forcément plus de succès.

Les Blues se procuraient rapidement la première occasion très intéressante de la partie, via un Eden Hazard mettant en difficulté notre secteur défensif. Deux coups francs successifs après des fautes sur le Belge de Young, puis Matic, ne donnaient cependant aucun résultat, Willian frappant le deuxième loin au-dessus depuis une position pourtant très dangereuse (10e).

Pour ne pas arranger nos affaires, Mike Dean décidait de faire du zèle, avertissant Matic pour une faute tout à fait banale sur Hazard à 25 mètres des buts de Kepa (13e). L'officiel de la rencontre affichait ainsi clairement sa volonté, tout à fait compréhensible cela dit, de protéger le meilleur joueur des Blues, mais il faut admettre que les contacts qu'il avait subis jusque-là ne paraissaient pas bien conséquents. A l'inverse, le tacle dangereux de Jorginho sur le même Matic ne se voyait pas sanctionné à la même hauteur (16e).

Eden Hazard était au coeur de tous les bons mouvements de son équipe, et son débordement sur la gauche voyait son équipe obtenir le corner à l'origine du premier but. Le coup de pied de coin frappé par Willian depuis la droite était facilement repris par Rüdiger, hors de portée de De Gea (1-0 Chelsea, 20'). L'Allemand était étonnamment seul au moment de reprendre victorieusement le cuir de la tête, Paul Pogba, supposé être au marquage, accusant bien deux mètres de retard à l'arrivée.

Eden Hazard continuait à faire mal, avec notamment de bons redoublements sur la gauche avec Kovacic. Ashley Young recevait le deuxième carton de l'après-midi pour une faute – là encore pas scandaleuse – sur le 10 bleu (27e). Dépassés, les Red Devils passaient tout près de la correctionnelle à la demi-heure de jeu, ne devant leur salut qu'à un mauvais contrôle de Marcos Alonso alors que l'Espagnol avait été trouvé en pleine surface, à trois mètres de notre joueur le plus proche, par la passe longue de Rüdiger (31e).

Même quand United réalisait quelque chose d'encourageant, Hazard se sentait obligé d'intervenir, comme sur ce contre de Rashford côté droit stoppé in extremis, à la limite de la surface, par la faute "tactique" du meneur londonien, sanctionnée d'un jaune (33e). Et des situations encourageantes, il n'y en aurait pas beaucoup plus dans cette première mi-temps. Si les locaux passaient le plus clair de leur temps dans notre moitié de terrain, ils ne paraissaient pas non plus très pressés de passer la cinquième, tandis que les deux ou trois contres menés par les Red Devils étaient annihilés sans trop de mal. A la pause, avantage aux Blues donc.

Mi-temps : Chelsea FC 1-0 Manchester United.

Seconde période

Chelsea démarrait fort les 45 dernières minutes. Jorginho passait au travers de notre milieu comme un couteau dans du beurre passé au micro-ondes, et servait Morata aux seize mètres, dont la frappe était stoppée par De Gea sur sa droite (46e). Hazard s'essayait lui aussi à la frappe deux minutes plus tard dans un angle fermé mais ne trompait pas notre gardien (48e). Même David Luiz se permettait un une-deux avec le meilleur joueur du match pour se retrouver dans notre surface et obtenir un corner (51e).

On peut donc dire que c'est contre le cours du jeu que les Red Devils égalisèrent dans cette rencontre. Un premier centre de Luke Shaw repoussé, Marcos Alonso qui se jette au sol dans sa surface juste devant son gardien, et le ballon tombe finalement dans les pieds d'Ashley Young à droite. La frappe de notre latéral se transforme en passe décisive pour Anthony Martial, aux six mètres, qui a la bonne idée de ne pas frapper dans la tête du défenseur londonien à terre et de crucifier Kepa à la place (1-1, 54e).

S'ensuivit un début de réaction mancunien, mais qui ne dura pas bien longtemps, car les joueurs de Maurizio Sarri avaient eux aussi prévu de ne pas se laisser faire. Hazard et Willian, désormais souvent sur le même côté, s'employaient à nous faire souffrir en appuyant à deux au même endroit. Cependant, et paradoxalement, plutôt que de se débrider, le match devenait hâché, et nos joueurs n'y étaient pas étrangers en commettant de (trop) nombreuses fautes. David Luiz faisait passer un vent de panique dans notre surface en reprenant de la tête, là encore libre de tout marquage, un coup franc de Willian sans parvenir à le cadrer (66e).

Désireux de ne pas laisser filer Manchester City en tête du classement, Chelsea s'en remettait à N'golo Kanté, dont la frappe sèche fut difficilement repoussée par De Gea (70e). Mais à la surprise générale, c'est United qui ajouta un second but! Lancé côté droit, Juan Mata fit le gros du travail, se débarrassant de David Luiz avant de servir Rashford à sa gauche. Le jeune Anglais, en réussite en sélection, changea le jeu vers Anthony Martial côté gauche. Le décalage était créé, et notre numéro 11 enroula une frappe que n'aurait pas reniée Thierry Henry, laissant Kepa cloué sur ses appuis (2-1, 73e).

C'était désormais 100% attaque pour Maurizio Sarri, avec Ross Barkley, Pedro et Olivier Giroud lancés sur la pelouse de Stamford Bridge. Sans surprise, José Mourinho semblait dans un premier temps choisir de blinder, en faisant entrer Ander Herrera pour Juan Mata, avant de lancer Andreas Pereira et Alexis Sanchez à la place d'Anthony Martial et Marcus Rashford, sans doute histoire de tirer le maximum d'éventuels contres.

Sans surprise, Chelsea monopolisa largement le cuir dans les dernières minutes, tentant de sauver ce qui pouvait l'être. Notre défense tenait le choc, avec pas mal de réussite. Tentant désormais de forcer le destin, les Blues se faisaient moins précis, moins percutants. Mais dans la sixième minute des arrêts de jeu, les Red Devils craquaient. Ross Barkley, à bout portant, ne laissait aucune chance à David de Gea en reprenant un ballon mort dans notre surface, après une frappe de David Luiz sur le poteau et un arrêt de notre gardien sur la reprise de Rüdiger (2-2, 90e+6).

La fin de la rencontre ne serait plus que polémique et affrontements, dans les zones techniques et sur le terrain. Laissons cela à la presse à scandale, et concentrons-nous sur l'important : United prend donc un point sur la pelouse de Chelsea. Un résultat qui peut paraître décevant car nous étions proches de prendre les trois, mais un résultat qui doit nous redonner de l'espoir, car non, nous n'avons pas été ridicules ce samedi, comme nous le promettaient bon nombre d'observateurs. Essayons de voir cela comme un boost de confiance clairement bienvenu avant notre prochaine rencontre (voir en toute fin de l'article), avec peut-être un résultat encore plus favorable à la clé.

Fin du match : Chelsea FC 2-2 Manchester United.

On a aimé

Un résultat positif, quoi qu'on en dise, sur le terrain du second de la Premier League.

Le look de Maurizio Sarri, qui ressemble à un papy en survêt' dans son jardin. Ce qu'il est.

La défense de Marcos Alonso sur le premier but de Martial.  

Le second but de Martial, car on n'a plus l'habitude de voir des buts aussi bien construits, il faut dire! 

On n'a pas aimé

Le manque de cohésion global de l'équipe, qui semble encore manquer d'un plan de jeu.

Un secteur offensif trop peu visible en première période, notamment Lukaku qui a touché très peu de ballons (9 en première mi-temps).

Une défense et un milieu trop passifs sur les deux buts que nous encaissons.

Toujours du mal face à Eden Hazard : quel joueur... dommage qu'il porte le mauvais maillot.

A bientôt!

Manchester United enchaîne avec un second choc en quelques jours, puisque c'est la Juventus qui se déplacera à Old Trafford mardi 23 octobre pour la 3e journée de la phase de poules de la Champions League. Coup d'envoi à 21 heures, heure de Paris.