Largement dominés en première période, les Red Devils n'ont ensuite pas su revenir dans la partie et laissent la Juve filer en tête du groupe H (0-1).

Manchester United 0-1 Juventus
UEFA Champions League, 3e journée
Mardi 23 octobre 2018

Manchester United : De Gea - Young, Smalling, Lindelöf, Shaw - Pogba, Matic, Mata - Rashford, Martial, Lukaku. Non utilisés : Bailly, Andreas, Fred, Herrera, Romero, Darmian, Chong.

Juventus : Szczesny - Cancelo (Douglas Costa 87e), Bonucci, Chiellini, Alex Sandro - Bentancur, Pjanic, Matuidi - Cuadrado (Barzagli 81e), Ronaldo, Dybala (Bernardeschi 78e). Non utilisés : De Sciglio, Benatia, Kean, Perin.

Buts : Dybala (17e) pour la Juventus.

José Mourinho renouvelait sa confiance au onze de départ aligné à Chelsea pendant le week-end. A noter l'absence sur le banc d'Alexis Sanchez, et la présence surprise du jeune Tahith Chong, 18 ans!

La Juve de Massimilano Allegri affichait son meilleur visage, avec du lourd à chaque ligne, et bien évidemment, la présence en pointe de l'enfant chéri d'Old Trafford, l'unique Cristiano Ronaldo.

Première période

Bien qu'à domicile, les Mancuniens étaient dominés quasiment dès l'entame par une Juventus entreprenante, qui monopolisait le ballon et le faisait bien tourner. Le trident offensif composé de Dybala, Cuadrado et Ronaldo, aidé par Cancelo et Alex Sandro dans leurs couloirs, parvenaient ainsi régulièrement à créer des décalages sur les ailes.

C'est sur l'un d'eux que les Italiens ouvrirent le score à la 17e minute. Lancé à droite, Cristiano Ronaldo envoya un centre tendu vers les six mètres de De Gea, pensant trouver Cuadrado à l'affût. Bien placé, Chris Smalling parvint à contrer le Colombien, mais c'est Paulo Dybala, seul à bout portant, qui hérita du cuir pour ajuster tranquillement De Gea (0-1, 17e).

Incapables de réagir, dominés dans la possession (28% après 20 minutes de jeu), les Red Devils pouvaient s'estimer heureux de ne toujours compter qu'un but de retard à la demi-heure de jeu. Cancelo obligeait De Gea à s'employer sur une frappe puissante que notre portier repoussait difficilement, et créait le danger par ses débordements à droite. En face, les Anglais commençaient à combiner, Martial et Rashford touchant quelques ballons, mais ne parvenant pas à les exploiter face à la défense des septuples champions d'Italie en titre.

Les débats s'équilibraient dans le dernier quart d'heure de la première mi-temps, mais la Juve se procurait toujours les meilleures opportunités. Un coup franc tendu de Ronaldo ne rendait pas la tâche facile à De Gea, surtout que celui-ci, un brin abandonné par sa défense, devait en plus gérer le rebond sur lequel Matuidi avait tout le loisir de le fusiller du gauche (38e). Dybala tentait sa chance pour le doublé d'une frappe enroulée à 20 mètres, mais celle-ci passait un mètre hors cadre (42e). En face, les Mancuniens faisaient mieux que juste défendre, occupant de plus en plus la moitié de terrain adverse, mais toujours sans se montrer réellement dangereux. Ils ne réussiraient pas à revenir avant la pause, et rentraient au vestiaire avec un but de retard.

Mi-temps : Manchester United 0-1 Juventus.

Seconde période

United repartait d'un bon pied et parvenait à disposer du ballon dans des positions plutôt intéressantes, malheureusement toujours sans aller au bout de ses idées. Martial était ainsi bien lancé par Mata au-dessus de la défense, mais laissait Chiellini revenir le tacler au moment d'armer (49e).

Les Italiens restaient cependant au-dessus de par leur qualité technique et leurs automatismes. En trois passes, Cristiano Ronaldo était ainsi trouvé à l'entrée des seize mètres et envoyait une frappe en direction de la lucarne, que David de Gea détournait in extremis au prix d'un superbe arrêt du bout des doigts (50e).

Le match était quand même plus équilibré qu'en première mi-temps. Les Mancuniens perdaient moins rapidement le cuir et se permettaient plus régulièrement des incursions dans les couloirs. Le vrai problème alors résidait dans la qualité de l'avant-dernier geste : les centres et les passes qui ont trouvé preneur dans les vingt derniers mètres adverses doivent se compter sur les doigts d'une main. Et quand le décalage était créé, c'était le contrôle qui laissait tomber Anthony Martial (68e), Marcus Rashford ou Romelu Lukaku (84e) dans la zone décisive.

De leur côté, les joueurs turinois se montraient également moins précis dans les transmissions et moins juste dans les choix. Déroulant toujours un bon football jusqu'à nos trente derniers mètres, ils se montraient moins inspirés au moment de forcer la décision. En résultait un match toujours ouvert, mais clairement moins reluisant au niveau du jeu. Rendus apathiques par leur adversaire, les Bianconeri? Cela aurait pu leur coûter cher à la 75e : sur un ballon perdu à trente mètres de leurs buts, les visiteurs furent chanceux de voir la frappe du gauche de Pogba s'écraser contre le poteau de Szczesny.

L'espoir était donc permis au vu de la physionomie de cette seconde période face à une Juve moins sereine. Allegri faisait rentrer du sang neuf pour tenir le choc, tandis que Mourinho, à dix minutes du terme, décidait de continuer avec les onze joueurs sur le terrain, les mêmes déjà titulaires face à Chelsea pendant le week-end. Un bon choix? Un mauvais choix? Cela ne signifiait pas grand chose tant les Mancuniens étaient inoffensifs face à Szczesny, qui doit pourtant toujours faire des cauchemars quand il repense aux huit pions qu'il a encaissés à Old Trafford un beau jour de 2011. La frappe de Martial à la 89e résume bien cela : quelques bonnes intentions, mais une réalisation sans aucun mordant.

Il faudra montrer un autre visage pour espérer décrocher autre chose de notre voyage à Turin, le 7 novembre. La qualification passera aussi par là.

Fin du match : Manchester United 0-1 Juventus.

On a aimé

Un match contre un grand d'Europe, quel que soit le résultat, c'est toujours spécial et ça n'arrive pas tous les jours.

Les arrêts de De Gea, qui a brillé toute la soirée, même si ce n'est jamais un bon signe.

Une réaction d'orgueil en deuxième mi-temps, bien qu'insuffisante.

On n'a pas aimé

La Juve largement au-dessus, ce qui n'est qu'une demi-surprise quand on compare les dernières saisons et les effectifs de nos deux équipes.

Lukaku qui ne marque toujours pas : quelle qu'en soit la raison, cela ne va pas l'aider à reprendre confiance.

Un vrai manque de qualité dans la dernière passe, rendant toutes nos offensives caduques.

A bientôt!

Manchester United reçoit Everton dimanche 28 octobre pour le compte de la 10ème journée de Premier League. Le coup d'envoi sera donné à 17 heures, heure de Paris.