Report : Manchester United 3-0 Sheffield United

846 fois


Pour sa première à Old Trafford depuis la reprise, Manchester United n'a pas tremblé en disposant d'une équipe de Sheffield amorphe grâce au premier hat-trick d'Anthony Martial en pro.

Mer. 24 juin 2020 - 19:00
Premier League - 31e journée
Manchester United
3
0
Sheffield United

Manchester United (4-2-3-1) : De Gea - Shaw, Maguire, Lindelöf, Wan-Bissaka - Matic, Pogba, Fernandes - Rashford, Martial, Greenwood. Remplaçants : Romero, James, Bailly, McTominay, Ighalo, Pereira, Fred, Williams, Mata.

Sheffield United (3-5-2) : Moore - Robinson, Jagielka, Basham - Stevens, Fleck, Norwood, Lundstram, Baldock - Mousset, McBurnie. Remplaçants : Rodwell, Berge, Sharp, Zivkovic, Osborn, Verrips, McBurnie, K. Freeman, L. Freeman.

Buts : Martial (7', 44', 74') pour United.

Les Blades, amoindris en défense, ont traversé la rencontre comme des ombres, alors que United, dans une composition en 4-3-3 alléchante avec un trio Rashford - Martial - Greenwood en pointe et un triangle tout aussi prometteur Matic - Fernandes - Pogba au centre, n'ont jamais paru inquiétés par une équipe qui lorgnait également sur une place européenne la saison prochaine.

Le suspense n'a pas duré. Il ne fallut que 7 minutes à Anthony Martial pour ouvrir le score, sur un très bon centre très fort devant le but de Rashford. Prompt à couper au premier poteau, le Français inscrivait ainsi son onzième but en championnat cette saison. Il serait suivi d'un douzième, juste avant la pause, sur un centre de nouveau depuis l'aile droite, cette fois signé Aaron Wan-Bissaka et consécutif à une bonne séquence de passes mancunienne sur toute la largeur du pré.

Les Mancuniens auraient franchement pu revenir au vestiaire sur un score bien plus lourd, mais par deux fois, Marcus Rashford n'a pas eu la réussite espérée. Frustrant quand on sait qu'il en a inscrit des bien plus difficiles. Au quart d'heure de jeu, sur un contre express, l'Anglais jouait le une-deux avec Martial qui fixait Moore avant de lui donner le cuir face à un but vide... mais il ratait le cadre de façon inexpliquable. Cinq minutes plus tard, rebelote, cette fois sur une passe lobée délicieuse de Pogba, sa reprise manquant le ballon alors que la défense des Blades était aux abois et que Moore paraissait attendre la sentence.

Fernandes et Pogba dans la création, Nemanja Matic restait très bas sur le pré, quasiment entre Maguire et Lindelöf à la relance, et Sheffield ne touchait pas une bille. Et ce, pourtant, sans la gnaque de McTominay ou Fred, le Serbe évoluant quasiment en sénateur à Old Trafford. Un petit tiers de possession à la pause, aucun tir cadré (un constat toujours valable jusqu'à la 82e minute de jeu). Seule petite inquiétude, l'incapacité des Red Devils à s'approcher de la surface adverse dans les vingt minutes précédant la pause, une inquiétude balayée, donc, par le 2-0 signé Martial.

La seconde période ne verrait pas les visiteurs plus tranchants, bien loin de la promesse suggérée par leur surnom. Les hommes d'Ole Gunnar Solskjaer, quant à eux, font dans la gestion. En dehors d'une petite friandise technique de Pogba qui méritait sans doute mieux qu'une frappe de Martial bien au-dessus à l'heure de jeu, pas grand chose à se mettre sous la dent des deux côtés en réalité. Jusqu'à la finition subtile du même Martial, une troisième fois, sur un une-deux avec Rashford à un quart d'heure du terme, piquant son ballon au-dessus du pauvre Moore, abandonné par sa défense expérimentale.

A dix minutes de la fin, l'heure enfin pour United de faire les remplacements, et cinq en même temps tant qu'à faire, histoire de nous rappeler que c'est la règle pendant les mois d'été. Exit nos cinq joueurs offensifs, histoire que nos remplaçants puissent se mettre un peu de temps de jeu dans les jambes, malgré la sensation de faux rythme qui a plané sur la rencontre, le tout sous les vivas de la fausse foule. Le foot en juin, c'est décidément spécial.


Sur le forum