Aston Villa 0-3 Manchester United : United continue de briller

932 fois


Manchester United a facilement disposé d'Aston Villa ce jeudi soir à Villa Park, et continue de se rapprocher du podium.

Jeu. 9 juil. 2020 - 21:15
Premier League - 34e journée
Aston Villa
0
3
Manchester United

Aston Villa (4-4-1-1) : Reina - Taylor, Mings, Hause, Konsa - Trezeguet, McGinn (Nakamba 59'), Douglas Luiz (Vassilev 84'), El Ghazi (Hourihane 58') - Grealish - Samatta (Davis 59'). Remplaçants : Elmohamady, Guilbert, Jota, Nyland, Lansbury.

Manchester United (4-2-3-1) : De Gea - Shaw, Maguire, Lindelöf, Wan-Bissaka (Williams 66') - Matic (McTominay 66'), Pogba, Fernandes (Fred 71') - Rashford, Martial (Ighalo 79'), Greenwood (James 79'). Remplaçants : Romero, Andreas, Mata, Bailly.

Buts : Fernandes (27' s.p.), Greenwood (45'+5), Pogba (58') pour Manchester United.

On ne change pas une équipe qui gagne : c'est en substance ce que s'est dit Ole Solskjaer au moment d'aligner pour le quatrième match consécutif le même onze de départ. Côté Villains, Dean Smith faisait appel  à une équipe sans surprise, si ce n'est peut-être la titularisation de Samatta au lieu de Davis en pointe.

Les Mancuniens ont mis un peu de temps à rentrer dans leur partie, avec une première demi-heure d'hésitations avant de véritablement enclencher. Les locaux, plus patients dans la construction pendant que United avait tendance à se précipiter et à perdre vite les ballons, auraient pu faire mouche par Grealish d'abord, sur un excellent centre de Konsa mal conclu au second poteau (18'), mais surtout par Trezeguet ensuite, sur une perte de balle évitable de Pogba à 30 mètres de nos buts, lançant l'Egyptien et ses deux coéquipiers d'attaque en trois contre deux, avec heureusement pour conclusion une frappe peu convaincante sur la base extérieure du poteau (25').

Il n'en fallut pas plus aux Red Devils pour se réveiller et prendre l'avantage dans la foulée. Sur une faute pas franchement évidente de Konsa, plus impuissant qu'autre chose sur une percussion de Fernandes qui lui tombe dessus, Jon Moss accorde un penalty que le Portugais transforma en prenant l'ex-Scouser Pepe Reina à contrepied (1-0, 27'). La machine rouge était lancée, comme en témoignaient les vagues successives que Martial (33') ou Greenwood (36') ne purent malheureusement convertir en buts, forçant chaque fois l'arrêt du portier adverse, tandis que Fernandes manquait une tête qui aurait dû être une formalité sur un bon centre de Shaw (45').

Pas le temps de gamberger cela dit, Greenwood doublant l'avance des siens dans les arrêts de jeu du premier acte, d'une frappe violente à 18 mètres qui laissa Reina sans réaction, après une bonne récupération d'un Anthony Martial particulièrement actif dans le jeu ce soir (2-0, 45'+5).

Sans doute fatigués par l'enchaînement des rencontres, surtout en prenant en considération le fait que le même onze de départ est utilisé de façon systématique, les visiteurs baissèrent le pied en seconde période pour passer dans un mode plus gestionnaire. Ils se procurèrent cependant l'essentiel des occasions, alors que Villa n'a cadré qu'un tir en 90 minutes. Le score aurait pu être bien plus lourd qu'un simple 3-0, entre le but refusé à Rashford pour un hors-jeu de Pogba sur la trajectoire de la frappe (56'), la tête ratée par Wan-Bissaka à bout portant (49') ou la barre transversale trouvée par Martial sur un décalage de Bruno (61').

Entre temps, United avait fait le break quoi qu'il arrive, Fernandes frappant un corner à ras de terre vers Pogba à 20 mètres, peu attaqué, que le Français conclut d'une frappe facile légèrement enroulée à mi-hauteur, le long du poteau gauche de Pepe Reina (3-0, 58').

United est désormais à six points de la sixième place, et à un point de la quatrième, avec un calendrier normalement assez abordable pour la fin de saison (réceptions de Southampton et West Ham, déplacement à Crystal Palace, avant la dernière journée plus chaude à Leicester). La Ligue des Champions paraît plus que jamais à portée de pied.

Quelques stats (avec Opta et BBC Sport)

  • C'est la première fois depuis novembre 2006 que Manchester United aligne le même onze de départ dans quatre rencontres de Premier League consécutives.
  • Les 13 penalties obtenus en championnat cette saison représentent le plus haut total jamais obtenu par une équipe sur une saison de Premier League, à égalité avec Leicester 2015-2016 et Crystal Palace 2004-2005.
  • Manchester United est la première équipe dans l'histoire de la Premier League à remporter quatre matchs consécutifs avec au moins trois buts d'écart.
  • Avec une implication directe dans 13 buts en 10 matchs (7 buts et 6 passes décisives), Bruno Fernandes est la recrue la plus décisive de l'histoire de la Premier League si l'on considère les 10 premiers matchs joués par chaque joueur, ex aequo avec Mick Quinn à Coventry en 1992-1993.
  • Mason Greenwood est le quatrième joueur de moins de 19 ans à réussir à marquer au moins neuf buts en une saison de Premier League, après Michael Owen, Robbie Fowler et Wayne Rooney.
  • Après cette rencontre, David de Gea devient le joueur non-britannique à avoir joué le plus de matchs pour Manchester United (399).

Sur le forum