Istanbul Basaksehir 2-1 Manchester United : nouveau rendez-vous manqué en Turquie

Match Reports

Manchester United, toujours en galère en Turquie, toujours en galère face aux blocs bas, toujours à la recherche de l'illumination, a été à nouveau battu face à l'Istanbul Basaksehir, qui a marqué les premiers buts et pris les premiers points de son histoire en Ligue des Champions.

Mer. 4 nov. 2020 - 18:55
UEFA Champions League - 3e journée
Basaksehir
2
1
Manchester United

Istanbul Basaksehir (4-3-3) : Gunok, Rafael, Skrtel, Epureanu, Bolingoli, Aleksic, Ozcan (Topal 87'), Kahveci (Ponck 90'), Visca, Ba (Gulbrandsen 79'), Turuc. Remplaçants : Babacan, Kivanc, Giuliano, Kaplan, Karakus. Entraîneur : Okan Buruk.

Manchester United (4-1-2-1-2) : Henderson, Wan-Bissaka (Fosu-Mensah 76'), Tuanzebe (McTominay 45'), Maguire, Shaw, Matic, Mata (Cavani 61'), Van de Beek (Pogba 61'), Fernandes, Rashford (Greenwood 76'), Martial. Remplaçants : De Gea, Lindelof, Mengi, Williams, Fred, James, Ighalo. Entraîneur : Ole Gunnar Solskjaer.

Buts : Ba (13' p.d. Visca), Visca (40' p.d. Türüç) pour Istanbul Basaksehir ; Martial (43' p.d. Shaw) pour Manchester United.

Arbitre central : Davide Massa. Assistants : Filippo Meli (Slovénie), Stefano Alassio (Slovénie). Quatrième arbitre : Gianpaolo Calvarese. VAR : Marco Di Bello. Assistant au VAR : Maurizio Mariani.

Donny van de Beek est de nouveau aligné en C1 après sa titularisation face à Leipzig dans un onze de départ qui voit quelques changements supplémentaires, comme l'inclusion d'Henderson, Tuanzebe, Mata ou encore Martial, suspendu en championnat. Le milieu de terrain Matic - Mata - van de Beek - Fernandes est clairement pensé pour jouer l'offensive, peut-être un poil trop. Côté stambouliote, notre ancien latéral droit Rafael est bien sur la pelouse, tout comme l'ex de Chelsea Demba Ba et l'ancien Scouser Martin Skrtel.

Les zèbres se font promener

La première période mancunienne est une réelle abomination, dans la droite lignée d'Arsenal et de Chelsea, United ayant apparemment activé le mode Premier League + Old Trafford pour démarrer cette rencontre européenne. Devant quelques supporters turcs qui donnent de la voix, les Red Devils, qui tiennent plus du zèbre dont ils portent la tenue que du prédateur, se font promener après deux tentatives timides, une volée de Fernandes sur un service de Maguire complètement dévissée (7') et un centre-tir de Shaw que Rashford et Martial ne peuvent pas reprendre (10').

Ayant perdu leurs deux dernières confrontations en Turquie (Galatasaray 0-1 en 2012 et Fenerbahce 1-2 en 2016), les Mancuniens se mettent dans de bonnes dispositions pour réaliser la passe de trois lorsque sur un corner dans le camp turc, Nemanja Matic reste seul en position de dernier défenseur bien à l'intérieur de la moitié de terrain adverse, à bien dix mètres de Demba Ba qui joue la carotte. Trop d'honneur pour Edin Visca qui dégage son camp au niveau de la ligne médiane, permettant à son attaquant, pourtant pas un modèle de vitesse, de se présenter seul face à Henderson pour le finir facilement du plat du pied (1-0, 13'). Un laissez-aller qui aurait réduit de quarante ans l'espérance de vie d'un défenseur central à l'époque de Roy Keane capitaine.

On se dit alors que United va attaquer pour rétablir une certaine logique dans le résultat, mais les visiteurs semblent désemparés, peut-être abasourdis par le vacarme causé par les dix supporters turcs en tribune. Quiconque était présent au stade Ali-Sami Yen de Galatasaray en 1993 ne pourra pas leur en tenir rigueur. Semblant désorientés, pris de court à chaque ballon long des locaux (Tuanzebe s'en sort avec un jaune pour un vilain tirage de maillot à la 20'), et incapables de construire quoi que ce soit, les Red Devils sont dominés dans les duels, laissant la part belle au milieu stambouliote.

Toujours moins vite, toujours moins haut, toujours moins fort !

Ca ne pardonne pas à ce niveau, même contre une équipe qui reste sur deux défaites dans cette édition de la Champions League : Mata est dépossédé du ballon par Türüç à quarante mètres de son but, lequel percute et cherche l'axe à l'entrée de la surface d'Henderson. Demba Ba laisse filer et Visca, au second poteau, ne fait pas d'erreur quand il s'agit de conclure sans être attaqué (2-0, 40').

Anthony Martial parvient à réduire l'écart juste avant la pause, sur un centre de Luke Shaw depuis la gauche sur lequel il se faufile bien entre les deux centraux adverses (2-1, 43'). Mais cela ne doit pas faire oublier la pauvreté de la première période mancunienne. A la pause, Ole Solskjaer décide de sortir Tuanzebe pour faire entrer McTominay, pour passer dans un 3-5-2 et éviter de se retrouver à dix contre onze après le jaune pour notre central, se dit-on. Mais c'est finalement Matic qui passe en défense centrale tandis que McTominay prend la place du Serbe au milieu.

La seconde période ressemblera à un long chemin de croix pour United et probablement ses supporters, tant les Mancuniens ont été incapables de faire passer le moindre frisson sur le but d'un Mert Günok qui a passé une soirée franchement tranquille. Incapables de jouer ensemble, incapables de produire du jeu, malgré les entrées de Greenwood, Cavani ou Pogba. Face à un vrai bloc stambouliote, dur, bas, solidaire, à l'image d'un Rafael au four et au moulin, un Manchester désuni s'est à nouveau cassé les dents et les questions qui semblaient mises en suspens après Paris ou Leipzig ne manqueront pas de se poser à nouveau. Surtout, Man United manque l'opportunité de s'éloigner en tête du groupe et reste donc à la merci du retour de ses deux rivaux dans la course aux huitièmes de finale.

Next

Retour à la Premier League samedi avec un déplacement à Everton. Coup d'envoi à 13h30 CET. Les Toffees sont actuellement quatrièmes du classement.


Sur le forum