RB Leipzig 3-2 Manchester United : opération sabotage terminée

Match Reports 1325

Indigent, hors du coup, dépassé, Manchester United a attendu d'être mené 0-3 pour tenter le come-back désespéré. Raté. Les Mancuniens quittent la Ligue des Champions, trop forte pour eux.

Mar. 8 déc. 2020 - 21:00
UEFA Champions League - 6e journée
RB Leipzig
3
2
Manchester United

RB Leipzig : Gulácsi, Mukiele, Orban, Konate, Angelino (Halstenberg 87'), Haidara, Sabitzer, Kampl (Adams 75'), Olmo (Kluivert 56'), Nkunku, Forsberg (Poulsen 56').

Manchester United : De Gea, Shaw (Williams 61'), Telles (van de Beek 45'), Lindelöf (Tuanzebe 77'), Maguire, Wan-Bissaka (Fosu-Mensah 77'), Matic (Pogba 61'), McTominay, Fernandes, Rashford, Greenwood.

Buts : Angelino (2'), Haidara (13'), Kluivert (69') pour RB Leipzig ; Fernandes (80' s.p.), Pogba (82' ← Fernandes) pour Manchester United.

Arbitre central : Antonio Mateu Lahoz (Espagne). Assistants : Pau Cebrián Devís (Espagne), Roberto del Palomar (Espagne). Quatrième arbitre : Fabio Verissimo (Portugal). VAR : Alejandro Hernández (Espagne). Assistant au VAR : Ricardo de Burgos (Espagne).

A force de tirer sur la corde, ça devait arriver. Etre menés d'un but, voire deux, et arriver à revenir ou à s'imposer, c'est quelque chose qu'on peut faire une fois, deux fois, quatre fois peut-être en Premier League. Mais quand on vise le gratin européen et qu'on se laisse aller au point de prendre trois pions sans en rendre un seul, et qu'en plus de cela, on fait des remplacements qui ne montrent pas spécialement une envie de revenir, on ne peut que s'en prendre à nous-mêmes.

L'ange sky blue abat le diable rouge

Comme souvent, United a débuté la rencontre de la pire des façons. Complètement perdus dans leur défense à cinq, les Mancuniens se font avoir comme des poussins sur un long centre de Sabitzer depuis la droite, qui renverse complètement vers Angelino bien seul dans la surface côté gauche. Le latéral gauche, prêté à Leipzig par Manchester City (qui va pouvoir lui construire une statue), termine en première intention du gauche, parfaitement placé (1-0, 2'). Même pas cent-vingt secondes de jeu, et United est virtuellement éliminé pour la première fois depuis le début de cette compétition.

United est sous perfusion, semble parfois remuer un orteil, mais pas plus. Angelino, encore seul, frappe sur De Gea (7'). Six minutes plus tard, Haidara double la mise pour Leipzig en se retrouvant seul au second poteau à la réception d'un centre d'Angelino depuis la gauche (2-0, 13'). De nouveau imparable pour De Gea, complètement abandonné par ses joueurs. Le score peut s'aggraver à tout instant : Forsberg manque l'immanquable aux six mètres sur un nouveau caviar d'Angelino (16'). A la demi-heure de jeu, Konaté reprend un corner de la tête sur le poteau gauche de De Gea, Orban a suivi pour conclure mais est signalé hors-jeu à juste titre (29').

Pour les visiteurs, les occasions de s'enflammer sont inexistantes. Notre défense à cinq ne fonctionne pas, ni sur les phases offensives, ni sur les phases défensives. Matic et McTominay ne proposent rien de particulièrement créatif, comme on pouvait s'en douter, laissant le seul Bruno Fernandes se débattre pour tenter d'allumer l'étincelle. Greenwood et Rashford sont peu trouvés, et si le premier a le mérite de se démener, le second semble une nouvelle fois à côté de la plaque, comme absent, et traverse la rencontre comme une ombre. Un excellent service de McTominay vers notre numéro 10 peu avant la pause est gâché, la course de notre attaquant se perdant dans le côté fermé au lieu d'essayer de prendre de la vitesse sur sa gauche.

Ô rage, ô désespoir...

Frustrant, déprimant, épuisant, comme la première période de United vécue par ses supporters. En marchant, Leipzig se promène. Ole amène du sang neuf à la pause, en faisant entrer le seul van de Beek à la place de Telles, pas le plus mauvais. Il y a du mieux immédiatement, nous sommes moins dominés, plus présents dans le jeu, mais sans occasion, pas possible de marquer. L'heure de faire entrer Pogba et... Williams, pour Matic et Shaw, alors même que sur le banc, Lingard, James, Ighalo et Mata attendent leur tour.

Le foot, ça peut aller vite, dans les deux sens. 66e minute : sur un coup franc obtenu par Williams, le coup franc de Bruno fait vibrer la barre d'un Gulacsi qui pensait passer une soirée pépère. Trois minutes plus tard, les Allemands inscrivent le but du KO sur une séquence digne des meilleurs moments de Bouglione. Un nouveau centre d'Angelino, qui nous aura fait l'amour toute la soirée, dévié cette fois-ci, Maguire et de Gea qui ne se comprennent pas, et Kluivert, entré juste avant, conclut tranquillement à six mètres (3-0, 68').

United a montré ce soir que nous n'avons pas le niveau pour les huitièmes. Mais ce ne serait pas drôle si on ne pouvait pas nous faire espérer un peu. Gulacsi a enfin des opportunités de toucher quelques balles sur des frappes de McTominay, Greenwood ou Bruno Fernandes. Le même Greenwood, repris irrégulièrement par Konaté dans la surface, obtient un penalty transformé par Bruno Fernandes (3-1, 80'). Et deux minutes plus tard, lorsque le corner de Bruno est terminé de la tête par Paul Pogba, on pourrait alors croire qu'un retour est possible (3-2, 82').

Sauf que juste avant les buts, le coaching a parlé : exit Wan-Bissaka et Lindelöf, bienvenue Tuanzebe et Fosu-Mensah. A 0-3, à un doigt d'une élimination de la C1, nous avons fait entrer deux défenseurs et laissé nos cartouches offensives sur le banc. Dix minutes après le second but, incapable de se créer une occasion franche à part sur un centre depuis la droite de Pogba que Konaté manque de détourner dans ses propres buts, Manchester United est éliminé. Sans gloire, sans mérite, sans envie. D'autres veulent la coupe aux grandes oreilles plus que nous : félicitations à Leipzig et Paris, dignes qualifiés pour le tour suivant.

Next

Derby ce week-end, avec la réception de Manchester United à Old Trafford ce samedi en Premier League. Coup d'envoi à 18h30 CET.


Sur le forum