Manchester United 3-3 Everton : un Everton réaliste profite du sabordage des Red Devils

Match Reports

Ce titre vous dit quelque chose ? Ce mardi, c'était Southampton qui se tirait une balle dans le pied d'entrée de jeu. Ce samedi soir, c'est Manchester United qui a fait la même face aux Toffees.

Sam. 6 févr. 2021 - 21:00
Premier League - 23e journée
Manchester United
3
3
Everton

Manchester United : De Gea, Shaw, Lindelöf, Maguire, Wan-Bissaka, Pogba (Fred 39'), Fernandes, McTominay, Greenwood (Tuanzebe 90'), Rashford, Cavani.

Everton FC : Olsen, Holgate, Godfrey, Keane, Digne, Doucoure (King 81'), Gomes, Davies (Iwobi 75'), Richarlison, James (Sigurdsson 69'), Calvert-Lewin.

Buts : Cavani (24' ← Rashford), Fernandes (45' ← Wan-Bissaka), McTominay (70' ← Shaw) pour Manchester United ; Doucouré (49'), James (52'), Calvert-Lewin (90'+5) pour Everton FC.

Arbitre central : Jonathan Moss. Assistants : Marc Perry, Dan Robathan. Quatrième arbitre : Andy Madley. VAR : Andre Marriner. Assistant au VAR : Andy Halliday.

Tout paraissait pourtant sous contrôle. C'est le constat que nous avons pu faire à la pause, alors que United menait tranquillement, deux buts à rien, contre une équipe d'Everton pas franchement dans le coup. Tous les voyants étaient au vert, ou presque, si on excepte la sortie sur blessure de Paul Pogba peu avant la pause (39'). On a enfin vu, sur cette première période, un vrai bloc : des défenseurs mancuniens très haut sur le terrain, une paire de milieux défensifs McTominay - Pogba avec la mainmise totale sur la partie, des attaquants faisant un vrai pressing, à défaut de se procurer beaucoup d'occasions.

On a aussi vu deux jolis buts, pour ne rien enlever à notre plaisir. Le premier sur un centre magnifique de Marcus Rashford depuis le côté droit, qui trouve Edinson Cavani au second poteau, quasiment à bout portant : l'Uruguayen se glisse derrière Michael Keane pour reprendre victorieusement (1-0, 24'). Le second, une vraie pépite signée Bruno Fernandes. Le Portugais, à dix-huit mètres, légèrement excentré à droite, semble d'abord s'orienter vers un centre, et choisit finalement une frappe flottante qui lobe Olsen, remplaçant de Pickford, pour terminer dans la lucarne opposée (2-0, 45'). Le score, à la pause, autorise un sourire.

Il y avait cependant des signes avant-coureurs de la suite, dès la première période. Un dégagement contré de Lindelöf aurait pu profiter à Richarlison qui ne trouva pas le cadre dans un angle fermé (41'). Plus gros encore, le duel raté par Calvert-Lewin face à De Gea, l'attaquant anglais manquant le cadre dans son face-à-face avec le gardien espagnol (45'+1). Mais bon, on se dit que ce n'était que des trous d'air passagers et que tout va rentrer dans l'ordre. Ou pas.

2-0 à la reprise donc, avec des Toffees qui n'ont pas cadré une frappe en 45 minutes. Et 2-2 sept minutes plus tard. Un gros coup derrière la nuque. Métamorphosés au retour des vestiaires, vestiaires que ne semblent pas avoir quitté nos joueurs, les hommes de Carlo Ancelotti ne font pas dans les sentiments. Un centre depuis la gauche de Calvert-Lewin mal repoussé par De Gea dans les pieds de Doucouré, et la réduction du score tonne comme un avertissement (2-1, 49'). Le milieu français ne compte pas s'arrêter là : excentré à droite, il trouve un James Rodriguez bien seul à l'entrée de la surface, et le maître à jouer toffee conclut d'une frappe pure à ras de terre (2-2, 52'). Que s'est-il passé ?!

Quelque part après la sidération et la colère, vient l'acceptation et la quête de renouveau. Le tout s'opère assez rapidement côté mancunien, avec des Red Devils qui privent leurs adversaires du cuir après cette égalisation et repartent vers l'avant, avec dix minutes de retard. Est-on capables de reprendre l'avantage après un tel retournement de situation ? S'il y a bien un homme dont on peut être sûr qu'il ne lâche rien, c'est notre Scott McTominay, qui remet le couvert de la tête sur un coup franc bien frappé par Luke Shaw (3-2, 70'), profitant bien d'une détente que l'on qualifiera de faible d'Olsen.

Pas de blague cette fois, pas vrai ? Alors qu'on avance dans la partie et qu'Everton ne se montre pas plus dangereux (aucune frappe au but entre leur égalisation et la 85e minute), le scénario d'une nouvelle égalisation perd en épaisseur. Oui mais voilà, quand on affronte une équipe qui porte sur son logo la mention "Seul le meilleur est suffisant", faire l'erreur de les sous-estimer quel que soit le stade de la rencontre est fatal. Après l'occasion du break ratée par Rashford (79'), les visiteurs donnent tout. Maguire dépossédé du ballon à 30 mètres de son but est heureux de voir la frappe de Richarlison passer hors cadre (88').

Ole Solskjaer décide que c'est le bon moment pour remplacer Greenwood par Axel Tuanzebe alors qu'il reste trois minutes d'arrêts de jeu à disputer. Le malheureux défenseur central, sans doute pas à son pic de confiance vu ce qu'il a pris dans la tronche après la défaite face à Sheffield avec de nombreuses injures racistes à son encontre sur les réseaux sociaux, et le fait qu'il n'a plus fait un bon match depuis un petit moment, provoque la faute qui amène le coup franc décisif. Le centre de Lucas Digne est dévié par Michael Keane dans l'axe, Dominic Calvert-Lewin n'est pas suivi et finit de près juste avant le coup de sifflet final (3-3, 90'+5).

Frustrant ? Rageant ? On vous laissera trouver les adjectifs pour qualifier ce scénario. La réalité des chiffres est quant à elle plus froide : avec deux matchs disputés de plus, United reste second à deux points de City. Un fossé est potentiellement en train de se creuser, logiquement, sous nos yeux.

Next

Manchester United va recevoir pour la troisième fois consécutive mardi 9 février, en accueillant West Ham au cinquième tour de la FA Cup. Le coup d'envoi aura lieu à 20:30.


Sur le forum