Manchester United 3-2 Arsenal : une bouffée d'air frais !

Match Reports

Manchester United se remet dans le sens de la marche face à une des équipes en forme du championnat. Une victoire bienvenue pour se redonner de l'air au classement.

Jeu. 2 déc. 2021 - 21:15
Premier League - 14e journée

Manchester United : De Gea, Telles, Lindelöf, Maguire, Dalot, Fernandes (van de Beek 90'), McTominay, Fred, Sancho, Ronaldo (Martial 88'), Rashford (Lingard 79').

Arsenal : Ramsdale, Tomiyasu, White, Magalhães, Tavares, Martinelli, Partey, Elneny, Emile Smith Rowe (Saka 70'), Ødegaard (Nketiah 79'), Aubameyang (Lacazette 79').

Buts : Fernandes (44'), Ronaldo (52', 70' s.p.) pour Manchester United ; Smith Rowe (13'), Odegaard (54') pour Arsenal.

⭐ Notez les joueurs mancuniens ici ⭐

Michael Carrick aura fait le job. Trois ans et demi après sa dernière victoire sur les Gunners, Manchester United a fait ce qu'il fallait à Old Trafford pour prendre trois points bienvenus. Après un but évitable qui nous a vus menés au score, après une égalisation qui aurait pu faire douter, le résultat est là. Merci Michael et bonne chance à Ralf pour la prochaine étape.

De l'envie mais du déchet

La première période est agréable à regarder, avec deux équipes qui ne ferment pas le jeu, désireuses de porter le premier coup. Arsenal met la pression d'entrée de jeu, avec trois corners consécutifs dont l'un est dégagé de façon très heureuse par Rashford au ras de sa transversale (3'). Dalot répond avec une frappe du gauche à vingt mètres, sans problème pour Ramsdale (8'), tandis que la frappe écrasée de Cristiano Ronaldo passe bien à côté alors que Rashford était mieux placée (12').

Les Mancuniens vont concéder l'ouverture du score sur un but qu'on pourrait qualifier de comique, s'il n'était pas en notre défaveur. Sur un corner pour Arsenal, Fred écrase la cheville de son gardien, qui s'écroule de douleur. L'action se poursuit et Emile Smith-Rowe tente la volée à l'entrée de la surface, voyant notre portier à terre, sans que Martin Atkinson n'intervienne. Malgré l'incompréhension de nos joueurs, le but est maintenu sans que l'on puisse franchement trouver à y redire du point de vue du règlement (16', 0-1).

Contrairement à ce qu'on a pu voir depuis le début de la saison, l'intensité est là côté United pour tenter de revenir dans la partie, mais le problème est qu'elle ne fait pas tout. La désorganisation totale de notre ligne offensive rend très compliquée toute tentative de lancer le jeu vers l'avant. Ronaldo force toutes ses frappes en mode automate. Fred connaît une première période particulièrement difficile, entre pertes de balle, passes mal ajustées, coups francs concédés en mauvaise position.

Les efforts finissent cependant par payer au bon moment, avec une égalisation signée Bruno Fernandes juste avant la pause. Après une bonne percussion de Sancho à gauche, Fred sert de relais dans la surface côté gauche et trouve bien le Portugais au point de penalty, qui termine hors de portée de Ramsdale (44', 1-1).

Carrick soigne sa sortie, le 800e pour Ronaldo

Une première période intéressante donc, et la seconde repart sur des bases encore plus élevées, avec un premier quart d'heure particulièrement rempli. De Gea (46') et Ramsdale (47') sortent chacun un gros arrêt, respectivement devant Gabriel Martinelli de la tête sur corner et Cristiano Ronaldo qui avait éliminé avant de frapper dans un angle fermé.

La prochaine est la bonne pour notre numéro 7 après un bon mouvement collectif côté droit. Un ballon est perdu par Arsenal à quarante mètres de ses buts côté droit et un Dalot intelligent lance immédiatement Rashford dans le couloir droit. Notre attaquant voit Ronaldo au point de penalty et lui donne la passe en retrait parfaite, qu'il termine au ras du poteau (52', 2-1). Le 800e but de sa carrière, excusez du peu...

L'avantage est de courte durée cependant, avec les Gunners qui remettent les pendules à l'heure immédiatement ou presque, sur un but étonnamment similaire à celui du 2-1. Martinelli est trouvé sur notre côté droit et remet en première intention vers Odegaard, seul plein axe. Le Norvégien ne commet pas d'erreur au moment de conclure (54', 2-2).

Cela peut basculer des deux côtés désormais, aucune formation ne ferme ni ne ralentit le jeu. Et cela bascule enfin sur une action impliquant deux des hommes-clés de cette rencontre, à savoir Odegaard, buteur, et Fred, malheureux jusque-là mais auteur d'une passe décisive. Le Brésilien fait un excellent appel dans la surface et est fauché par derrière par son vis-à-vis, ce qui donne lieu à un penalty évident (sauf pour Martin Atkinson, et là on dit merci le VAR). Ronaldo transforme en force au centre du but (70', 3-2).

Arsenal ne baisse pas les bras mais se heurte au mur rouge. David de Gea dégoûte Aubameyang (75', 78'), et la défense tient le choc, avec une paire Maguire - Lindelöf très solide, suppléée par un excellent retour de Fred quand nécessaire (87'). Tuer le match serait une bonne idée, mais les jambes n'y sont plus, comme en témoigne la passe à peine mal ajustée de Sancho après un contre emmené par notre ailier en solo sur soixante mètres, qui ne permet pas à Bruno de conclure dans les meilleures conditions (88').

3-2 sera donc le score final de cette rencontre, pas toujours maîtrisée certes, mais qui a permis de voir des choses intéressantes dans la détermination, en plus d'être une très bonne opération comptable.

Next

Ralf Rangnick sera sur le banc de Manchester United pour la première fois ce week-end pour la réception de Crystal Palace à Old Trafford. Le coup d'envoi sera donné à 15 heures, dimanche 5 décembre. Retrouvez le calendrier complet ici.


Sur le forum