Report : United 0 Everton 1

1153 fois


Le but de Bryan Oviedo à quatre minutes de la fin oblige Manchester United à concéder une défaite précieuse face à l'ancien club de David Moyes, Everton, à Old Trafford.

United voulait doubler les Toffees au classement, mais Wayne Rooney et Danny Welbeck ont fait preuve de malchance devant les buts puisque les montants ont eu raison d'eux. Au final, l'équipe de la Mersey en a largement profité.

Les Red Devils croyaient pourtant ouvrir la marque dans une première période équilibrée mais Rooney trouvait le poteau. Le buteur du moment, qui affrontait son premier club, voyait son tir dévié par Phil Jagielka puis Sylvain Distin avant de rebondir sur le montant. Le gardien Tim Howard empêchait ensuite Shinji Kagawa de profiter du ballon.

Manchester se créait d'autres occasions franches : Kagawa perdait un face à face avec Howard avant que celui-ci ne gagne son duel face à Rooney. Par ailleurs, Jagielka pouvait s'avérer chanceux de ne pas concéder le penalty après avoir touché le ballon de la main dans la surface, puis le centre de Kagawa passait sous les jambes de Rooney.

Les visiteurs ne faisaient pas seulement dans la figuration, cependant, et Romelu Lukaku imposait son physique en attaque et sollicitait l'intervention de David De Gea, tout comme son compatriote belge Kevin Mirallas. Après la pause, Gerard Deulofeu perçait la défense mancunienne dès son entrée en jeu, mais ne parvenait à glisser le cuir sous les jambes de De Gea. Les champions en titre auraient pu ouvrir le score à la 72e minute, mais Howard repoussait une tête puissante d'Évra sur un corner de Rooney puis Welbeck, légèrement en déséquilibre, ne pouvait que pousser le ballon sur la barre transversale.

De l'autre côté, De Gea réalisait un bel arrêt pour empêcher Mirallas de marquer sur coup franc, mais Everton récupérait le ballon et Lukaku envoyait un centre à ras de terre au deuxième poteau. Oviedo, esseulé, attendait et donnait le coup de grâce.

L'analyse : une soirée de misère

Le match Manchester aurait dû ouvrir le score, mais Wayne Rooney et Danny Welbeck tapaient sur les montants. Au lieu de cela, Bryan Oviedo a arraché la victoire pour Everton à quatre minutes de la fin et les Red Devils n'ont pas eu le temps de réagir. Tim Howard a été bon face à son ancien club, avec notamment un arrêt réflexe devant Patrice Évra juste avant la tête de Welbeck sur la barre. Alors que les deux équipes semblaient bien parties pour se séparer sur un score nul et vierge, le pire s'est produit. Arsenal creuse l'écart à 12 points.

Le but David De Gea a produit un bel arrêt pour empêcher Kevin Mirallas de marquer sur coup franc, au plus grand soulagement des fans d'Old Trafford, mais le moment fatal n'était que repoussé : Romelu Lukaku récupérait le ballon à l'extérieur de la surface et envoyait un centre à ras de terre pour Oviedo au deuxième poteau.

Le joueur Évra a été excellent sur son côté gauche, en attaque comme en défense, tandis que Marouane Fellaini a été physique, surtout en première période. Le ballon est passé dans les pieds de Wayne Rooney à maintes reprises, comme souvent récemment, mais le n°10 sera suspendu pour la réception de Newcastle ce week-end à cause de son carton jaune.

En filigrane Le premier match de David Moyes face à son ancien club après un long séjour à Goodison Park a forcément fait couler beaucoup d'encre, même si Fellaini et Rooney étaient également présents face à leurs anciens camarades. L'objectif était de doubler les Toffees au classement. C'est raté.

En face Everton est bien entré dans le match et joue en pleine confiance en ce moment, c'est certain. Roberto Martinez essaie d'imposer son style et Lukaku, prêté par Chelsea, a été extrêmement dangereux et l'homme à tout faire en attaque. Le jeune Belge a même rivalisé de puissance avec Nemanja Vidic et a offert la passe décisive sur le seul but de la soirée.

L'action du match Manchester menaçait sur la droite et Rooney envoyait intelligemment le ballon dans la course de Rafael en première période. Le centre du Brésilien était parfait, mais la tête décroisée de Ryan Giggs passait juste à côté du deuxième poteau.

En tribune Tout le stade a rendu hommage à Bill Foulkes, qui nous a quittés récemment, avec une minute d'applaudissements avant le coup d'envoi. Les supporters adverses ont bien évidemment hué Fellaini à chaque fois qu'il avait le ballon et Moyes aussi un peu. Malheureusement, ce sont eux qui faisaient la fête au coup de sifflet final.
Source(s) : Manutd.com