Pogba, Blind et autres casse-têtes

3061 fois


Placé en début de saison comme un des deux favoris au titre avec le Manchester City de Pep Guardiola, United est désormais vu comme au mieux un bon dauphin, au pire un 6ème décevant derrière Liverpool, Arsenal, Tottenham et Chelsea. Pourquoi un tel changement de statut et est-ce réellement à raison ?


Jürgen Klopp en poste à Liverpool depuis presque un an, ayant eu le temps de s'adapter au championnat, l'arrivée de Guardiola, de Conte et de Mourinho, l'émergence de Pochettino, tout semblait promettre une saison magistrale en Premier League.
Force est de constater que deux mois après le top départ, on reste un peu sur notre faim.

Cela n'est pas la faute de Klopp et de Liverpool, au contraire : les Reds produisent un jeu offensif à la sauce allemande et avec Firmino et Coutinho, ont la dose de technique nécessaire à nous faire passer des agréables après-midi. Liverpool a joué beaucoup de gros en ce début de saison (Leicester, Tottenham, Chelsea, Arsenal) pour un bilan de 3 victoires (!) et un nul. Rien que ça. Cela place les Reds 3 points devant United et 2 petits points derrière le leader, City. Vous me direz, il est sûrement préférable de jouer les gros en ce début de saison. Oui, certes, mais tout de même, Liverpool a montré une vraie cohésion d'équipe et au-delà de ça ils ont un style qui leur est propre, une identité. Au point même que certains envisagent que cela pourrait être la bonne année pour eux. Nous n'en sommes pas encore là.

Cela n'est pas la faute de Pochettino non plus, qui après son émergence l'an passé continue de faire de belles prouesses avec son équipe de Tottenham, vainqueur solide de City à la dernière journée dans un White Hart Lane chaud bouillant. Harry Kane peine à revenir à son niveau des saisons passées mais Son est là pour prendre la relève. Le virevoltant ailier sud-coréen avait besoin d'une saison pour s'adapter, c'est désormais chose faite. Tout ceci place les Spurs à la seconde place, un point derrière leurs victimes de la dernière journée. Prometteur mais on sait qu'avec Tottenham, il y a des maux récurrents qui risquent de refaire leur apparition. On pense notamment à leurs faiblesses défensives ou bien à ce petit manque de mental, de hargne, ce petit plus des futurs champions.

Alors, me direz-vous, cela doit être la faute de Guardiola. En effet, beaucoup avaient annoncé le Catalan comme un flop annoncé en Premier League, son "jeu de passes moche à voir et de pleureuses ne tiendra pas en Angleterre". Ils se sont trompés... Pour l'instant du moins. Guardiola s'est magistralement adapté à la Premier League et étant un réel travailleur, je pense qu'il a bien tout préparé. Dans une précédente chronique, j'avais lancé l'hypothèse que City pourrait mieux réussir à l'extérieur qu'à la maison, étant donné la volonté de certaines équipes de jouer pour ne pas perdre lorsqu'elles sont hors de leurs bases. C'est une proposition qui reste toujours possible mais sur laquelle j'émets désormais quelques doutes en ayant vu le Catalan aligner Fernando-Fernandinho dans son milieu face aux Spurs. Pourquoi changer ainsi ? Aligner deux récupérateurs est très rare pour Guardiola et il faut avouer que ce fut un échec. A-t-il voulu faire le frileux ? Pensait-il que renforcer sa récupération lui permettrait de mieux asseoir ses attaques ? En tout cas, avec Bravo dans les cages et son jeu long tenté avec parcimonie, on constate que le passage au Bayern Munich (et la qualité de jeu long qu'avait Neuer) a influé sur Pep et qu'il va user de cette arme avec son nouveau gardien pour contrer le pressing, très présent dans la culture de la Premier League.
City n'est donc pas du tout décevant, les joueurs s'étant imprégnés du style de Guardiola (et ça n'est peut-être que le début), ils ont même séduit. Il faut dire qu'il y a de quoi : Agüero (meilleur joueur de Premier League selon moi), De Bruyne (le meilleur si ce n'est pas l'Argentin), Silva, Sterling à un niveau retrouvé...

City est plus que favori désormais à remporter cette Premier League.


Alors, on en vient au sujet qui fâche... C'est bien Mourinho et United qui empêchent pour le moment cette Premier League d'alimenter tous les débats. Bien-sûr, Conte à Chelsea n'est pour l'instant pas en réussite totale, mais il a tout de même le même nombre de points que United, n'a pas investi autant dans les transferts et a pour lui l'excuse de ne pas connaître le championnat. Pas Mourinho.

Le coach portugais connaît parfaitement le championnat et a réussi à obtenir beaucoup de joueurs qu'il désirait : Ibrahimovic, Mkhitaryan, Bailly et bien-sûr le joueur le plus cher de l'histoire, Pogba.
Avec une telle armada offensive, à laquelle on peut ajouter Martial, Rashford ou encore Rooney et Mata, les observateurs se demandaient comment Mourinho allait s'adapter. En effet, plutôt connu pour ses solides schémas défensifs, l'ancien manager des Blues allait devoir s'adapter à la philosophie du club le plus titré du Royaume, chose possible avec de tels joueurs. D'autre part, il a pour lui d'avoir un effectif équilibré avec des joueurs d'expérience, comme Carrick, Valencia et Rooney, des joueurs dans la force de l'âge comme Herrera, Smalling, Blind, Mata ou même Mkhitaryan puis, enfin, des joueurs jeunes et déjà très prometteurs comme Martial, Shaw et Rashford. Ibrahimovic est également un joueur d'expérience mais il ne connaît pas ce championnat et est quand même plutôt âgé. J'ai quelques réserves à son égard.

Quant à Paul Pogba, il a certes une certaine expérience mais il n'a même pas 25 ans et on voit bien qu'il n'est pas à maturité dans son jeu. Il peut être un véritable "coffre à ballons" dans un match, voulant toujours provoquer et dribbler son adversaire direct, puis enchaîner les passes courtes dans un autre et abuser des changements d'aile dans le suivant. Bien-sûr, je grossis volontairement le trait ici mais on sent qu'il n'est pas fixé sur sa façon de jouer la plus optimale. On se souvient notamment de Cristiano Ronaldo qui eut le même problème au club avant la saison 2006-2007.

Le cas Pogba 

Pour tout cela, Pogba est donc le premier casse-tête pour Mourinho. Il est désormais le joueur phare du club, avec un transfert record. Il a lui-même dit et répété qu'il aspirait à être un jour Ballon d'Or, il a une image marketing très forte, il a un talent technique indéniable tout en ayant cette petite folie qui fait son charme. Il tente par exemple assez régulièrement des frappes lointaines, chose qui s'est grandement perdue dans le football moderne depuis l'émergence nouvelle du "tiki taka" de Guardiola qui a influé sur beaucoup de ses confrères. On voit aujourd'hui peu de milieux de terrain utiliser cette arme et d'autant plus à Manchester United. Rooney avait cette capacité mais il ne l'utilise malheureusement pas.
En bref, Pogba a tout pour réussir. Mourinho doit en faire sa pièce maîtresse. Mais comment ? Si le joueur lui-même ne sait pas de quel style il est fait, cela devient très compliqué de le mettre en valeur. Assurément, l'ex Turinois n'est pas fait pour provoquer à tout-va en étant milieu relayeur. A vrai dire, très peu de milieux relayeurs sont faits pour cela. Di Maria l'avait réussi au Real et l'avait prouvé en Ligue des Champions mais, sur la durée, il y a trop de risques. Le dribble est un style de jeu qui a beaucoup de déchets, fatalement, et ce n'est surtout pas ce que l'on désire d'un milieu relayeur.

Dès lors, Pogba doit plutôt se pencher sur l'orientation du jeu, la vision du jeu, prendre les choses en main. Il n'est pas fait pour le travail défensif, d'accord, mais il peut toujours apporter sa présence physique, ce qui gênera les adversaires et on peut ainsi l'aligner aux côtés d'un autre relayeur plus doué pour ses tâches de pressing et d'harcèlement (Herrera) et d'un récupérateur situé plus bas (Blind, Carrick, Schneiderlin). Il ne doit pas abuser du jeu long, il doit jouer juste, comme le faisait Paul Scholes qui était vraiment un milieu relayeur qui pourrait inspirer Pogba. Malheureusement, c'est un style de jeu discret qui ne permettra pas au Français de rayonner sur le plan médiatique. Très peu de jeunes footballeurs rêvaient d'être Scholes. Faire briller ses coéquipiers, marquer rarement et être plus souvent à l'avant-dernière passe qu'à la dernière, ça ne fait effectivement pas rêver. Mais c'est ce que doit faire un milieu relayeur. Même Pirlo, plus médiatisé, ne fait pas réellement rêver les jeunes, en tout cas moins que Zidane ou Iniesta, qui ont brillé plus haut sur le terrain.
Alors, comment Pogba pourrait à la fois être Ballon d'Or comme il le désire et être utilisé de la meilleure façon en milieu relayeur ? Faut-il le positionner plus haut ?
Non ! Pogba peut très bien continuer à jouer dans un milieu à trois avec une pointe basse, sur le côté gauche, jouer juste, alterner jeu court, jeu long, frappes lointaines et devenir un modèle pour les jeunes générations. En imposant son style, forcément. Ses frappes lointaines doivent être travaillées et il suffit d'un but lointain dans un match important de Ligue des Champions pour marquer les esprits. Cela redonnera le goût d'un football un peu perdu de vue. De cette façon, il sera reconnu, un peu à la façon d'un Steven Gerrard, un poil ironique pour un Mancunien.
Mais au-delà de ça, imposer son style à lui, cela serait se servir de ses dribbles pour faire un petit plus, pour faire la différence au moment opportun mais surtout, il ne faudra pas en abuser. Faire des différences dans des matchs importants, faire LE coup d'éclat du match, Paul en est capable. Des coups d'éclat, oui mais ajoutés à une régularité dans le jeu. Car des coups d'éclat, il en fait.déjà. Au début du match face à Stoke, le jeune milieu, à l'entrée de la surface, se décale par rapport aux défenseurs devant lui, et glisse le ballon à Ibrahimovic dans l'intervalle. Malheureusement le Suédois ratera son face-à-face. Sinon, nul doute qu'on aurait parlé du décalage provoqué par le nouveau numéro 6. En fait, une sorte de Verratti amélioré, placé plus haut et doté d'une envie de marquer plus forte serait l'idéal pour Pogba.

Impose ton style Paul, et Mourinho te mettra dans les meilleures conditions. Il a de toute façon le public mancunien derrière lui, et moi le premier.



Blind, milieu récupérateur ? 

Autre problème pour Mourinho : Daley Blind. Le Néerlandais s'est montré très performant depuis le début de la saison, qu'il soit positionné en défense centrale aux côtés d’Éric Bailly ou en latéral gauche à la place de Shaw. De plus, il a des qualités indéniables pour ce qui est des coups de pied arrêtés. Mais quand l'effectif sera au complet, que faire de lui ? Luke Shaw va normalement retrouver sa place en latéral. Chris Smalling, s'il retrouve son niveau de la saison passée sera aligné en défense centrale avec Bailly, le joueur le plus performant de l'effectif pour le moment.
Ainsi, United pourra prolonger sa réputation de top-club faisant jouer des Anglais. Même si leur nombre dans l'effectif est en baisse (et c'est un réel problème, hormis Smalling, Shaw et Rashford, quel Anglais sera encore au club dans 3 ans ?), c'est toujours bien vu d'en titulariser.

C'est pour ces raisons que je milite pour placer Blind en milieu récupérateur, c'est-à-dire la pointe basse de notre milieu. On ne peut pas se passer de sa qualité sur les coups de pied arrêtés, surtout vu la tournure du football actuel, il faut le faire jouer. Même s'il est polyvalent, il ne faut pas qu'il soit le remplaçant des "au cas où". Bien-sûr, cette question se pose uniquement lorsque l'effectif est au complet. Il est la meilleure solution de remplacement à Shaw ou à Smalling. Il sera évidemment le remplaçant de Bailly lorsque celui-ci ira à la CAN. Son intelligence de jeu lui permet de pouvoir le faire. Mais quand tout le monde est présent, pourquoi ne pas l'essayer en récupérateur ? Et s'il en venait à être très performant à ce poste, une épine serait enlevée du pied de Mourinho.


Ander Herrera en relayeur ? 

Cela permet de soulever un autre problème, toujours en lien avec notre milieu : Ander Herrera. En effet, aligné en récupérateur, il est un peu gâché. Certainement que ses qualités d'agresseur sont très utiles à ce poste mais l'équipe ne peut jouir pleinement de ses autres qualités d'orientation du jeu. En relayeur, il toucherait plus de ballons, et serait situé plus haut sur le terrain ce qui nous permettrait de bénéficier de sa qualité technique et de sa malice. Nul doute que l'Espagnol s'épanouirait plus à ce poste également même s'il ne rechigne pas à faire la "sale besogne".

Ainsi, cela sortirait Mata de notre milieu et où le faire jouer alors ? Jouer dans un milieu en losange, avec l'Espagnol en meneur de jeu ? Et dans ce cas, aligner deux attaquants, mais lesquels seraient les plus complémentaires ? Ibrahimovic et Martial ? Ibrahimovic et Rashford ? Tenter de repositionner Rooney en pointe ou tenter Memphis ? Ah non, vraiment, on n'aimerait pas être à la place de Mourinho.
Car il ne faut pas oublier que Mkhitaryan va revenir et nul doute qu'il serait un vrai concurrent pour Mata au poste de meneur de jeu. En outre, ce système poserait probablement des problèmes liés aux ailes mais aurait l'avantage de faire jouer Martial et Rashford à leur poste.

Et quid de l'attaque ? 

Voilà un nouveau problème que je peux aborder : si Martial s'est bien accommodé de son repositionnement, ce n'est pas le cas de Rashford. Certes, le jeune Anglais a pour lui sa vitesse mais il suffit de voir les résumés vidéos de ses matchs pour s'apercevoir que ce poste ne lui convient pas vraiment. La plupart de ses dribbles tentés finissent en sortie de but ou en touche, sa technique de dribble n'est pas assez développée pour ce poste. Dribbler, ce n'est pas pousser le ballon à 5 mètres et courir derrière. Sa prestation face à Zorya parle d'elle-même, il n'est jamais passé. La raison ? Il passait de vitesse son adversaire direct mais, comme il poussait sa balle trop loin, l'adversaire faisant la couverture venait « couper » systématiquement. Et ce n'était que Zorya...
Rashford doit donc jouer en pointe. Et dans le système actuel, il n'y a qu'une seule place... Qu'on sait monopoliser par Zlatan.

Et Zlatan d'ailleurs ? Qu'en est-il ? Ses qualités physiques se sont-elles imposées comme promis ? Pour l'instant, pas vraiment. Le géant suédois a marqué mais depuis quelques matchs, il se fait plus discret. Il ne faudrait surtout pas que son efficacité vienne faire défaut. Pas au moment où United a besoin de points pour rester accrochés au peloton de tête et au rival City. Pas au moment du derby face aux Reds de Klopp qui sont, comme mentionnés au départ de l'article, en excellente forme.

Pour le moral, pour les fans, gagner à Anfield et revenir à égalité de points avec les Reds serait très valorisant. Mourinho a eu toute la trêve internationale pour trouver la solution à ces casse-têtes mais il aura besoin de plus de temps étant donné la complexité de ceux-ci.
En attendant, il serait bien inspiré de nous faire gagner ce derby avec un coup d'éclat dont il a le secret. Et pourquoi pas un éclat venu d'un bijou de Pogba ? Ou de Zlatan. Les deux recrues offensives du manager portugais pourraient être son aspirine, lui qui a tant de maux de crâne. Mais attention, au bout d'un moment, les effets s'estompent...

Source(s) : ohman! pour manchesterdevils