Face à une équipe de Bâle invaincue à Old Trafford (deux nuls en 2003 et 2011), José Mourinho devait se passer des services de sa paire défensive titulaire en Premier League, Phil Jones et Eric Bailly, tous deux suspendus. Cela signifiait donc une première titularisation pour Victor Lindelof, aux côtés de Chris Smalling. Valencia reposé, c’est Ashley Young, un autre ailier de formation, qui démarrait à droite, tandis que Daley Blind commençait à gauche, le tout devant David de Gea.

Au milieu, les habituels Pogba, Matic et Mata formaient le trio central. Mkhitaryan et Anthony Martial, préféré à Marcus Rashford étaient alignés sur les ailes, tandis que Romelu Lukaku allait évoluer en pointe.

En l’absence d’Antonio Valencia, avec Michael Carrick sur le banc et Ander Herrera pas sur la feuille de match, c’est Paul Pogba qui sortit du couloir avec le brassard de capitaine au bras. Alors que l’hymne de la Champions League retentit, on put lire une certaine émotion sur le visage du Français, qui avait quitté le club en 2012... sur une élimination de United dès la phase de groupes de la Champions League, devancé sur le fil par le FC Bâle justement.

Côté suisse, Raphaël Wicky effectuait deux changements par rapport à l’équipe battue 1-2 à domicile par Lausanne, pourtant lanterne rouge du championnat suisse, samedi. Un choix audacieux avec une composition en 3-4-3. Parmi les noms les plus connus, nous pouvons citer le numéro 9 Ricky van Wolfswinkel, qui s’est notamment fait connaître au Sporting Lisbonne, a passé une saison en France sous le maillot de l’AS Saint-Etienne et une à Norwich City. Ou encore le milieu Taulant Xhaka, frère du joueur d’Arsenal Granit et international suisse.

Après 3 victoires lors de leurs 4 premières journées de championnat, les Bâlois ont montré des signes inquiétants fin août avec deux nuls, signes confirmés par cette défaite malvenue de ce week-end donc.

Le XI de United (4-2-3-1) : De Gea – Blind, Smalling, Lindelöf, Young – Matic, Pogba – Martial, Mkhitaryan, Mata – Lukaku. Remplaçants : Romero, Valencia, Darmian, Fellaini, Carrick, Lingard, Rashford.

Le XI de Bâle (3-4-3) : Vaclik – Balanta, Suchy, Akanji – Riveros Galeano, Zuffi, Xhaka, Lang – Elyounoussi, van Wolfswinkel, Steffen. Remplaçants : Sayed Gaber, Salvi, Fransson, Oberlin, Schmid, Bua, Callà.

Première période

Dès la première minute de jeu, sous une pluie fine mais bien présente, United fut à deux doigts de frapper fort sur la tête des Suisses. Sur un corner frappé depuis la droite par Juan Mata, Romelu Lukaku arma une reprise du droit au point de penalty qui prenait le chemin des filets, mais fut contrée in extremis bloquée par Manuel Akanji devant Tomas Vaclik qui semblait battu.

Les Mancuniens prenaient le jeu à leur compte dès le début de la rencontre. Après 10 minutes de jeu, la possession affichait 70% en faveur des Red Devils, mais cette domination était stérile malgré quelques phases intéressantes dans la construction, notamment entre Juan Mata et Henrikh Mkhitaryan.

Cela aurait pu changer à la 13e minute, sur une belle action collective. Un long ballon de Lindelof trouva Lukaku à l’entrée de la surface. Forcé de ressortir côté droit, le Belge trouva Martial en soutien, dont la passe en cloche en première intention lança Juan Mata dans la surface. Sans contrôle, l’Espagnol adressa un bel extérieur du droit sur la tête de Mkhitaryan qui ne cadra pas aux 6 mètres, sa tête passant au-dessus.

2 minutes plus tard, United eut encore une bonne opportunité. Un bon travail de récupération de Lukaku lui permet ultimement de récupérer le cuir à l’entrée de la surface plein axe, mais devant une forêt de jambes suisse, et sa frappe du gauche n’inquiéta finalement pas Vaclik.

De belles intentions, mais un coup de tonnerre à la 17e minute. Sur un contact a priori anodin, Paul Pogba était forcé de demander son remplacement par Marouane Fellaini, pour un problème à la cuisse. Les applaudissements ténus d’Old Trafford pouvaient ressembler à une certaine forme d’inquiétude, le Français ayant brillé au milieu du pré jusqu’ici cette saison. Ashley Young récupérait le brassard.

Tandis que le FC Bâle continuait de ne rien offrir, ou si peu, face à une équipe rouge quadrillant bien le terrain et laissant peu d’espaces, Henrikh Mkhitaryan eut une occasion énorme d’ouvrir le score à la 23e minute. Lukaku déborda bien Riveros Galeano à droite de la surface avant de centrer fort à ras de terre pour l’Arménien à 6 mètres. La reprise instantanée sans conviction du numéro 22 vint taper le poteau gauche de Vaclik, le ballon lui revint mais sa deuxième tentative fut stoppée par le gardien tchèque en deux temps !

Après 30 minutes de jeu, la possession atteignait un impressionnant 75% pour United, avec 9 tirs... mais seulement 2 cadrés. Les Suisses n’avaient qu’un tir non cadré à leur actif, aucun cadré, mais à la 33e minute, Luca Zuffi fit passer un frisson dans les tribunes du Théâtre des Rêves avec une frappe puissante de l’extérieur du gauche aux 18 mètres, qui passa finalement hors cadre.

Peut-être que ce fut le signal pour les Red Devils pour forcer la décision ? Toujours est-il que 2 minutes plus tard, les Mancuniens prenaient l’avantage. Sur un excellent centre de Young depuis la droite, le remplaçant Marouane Fellaini sauta plus haut que Suchy et Akanji pour catapulter aux 6 mètres la balle dans le but de Tomas Vaclik, impuissant (1-0, 35’) !

A la 38e minute cependant, une nouvelle alerte sur le but de De Gea. Sur un coup franc bien tiré depuis l’aile gauche, Ricky van Wolfswinkel, libre de tout marquage, put reprendre de la tête de près, mais écrasa heureusement sa tentative qui ne surprit pas le gardien espagnol ! Ce sera la dernière occasion franche de la première période.

A retenir de la première période :

  • 45 minutes largement dominées par United en termes de possession et d’occasions
  • De rares incursions suisses et une vraie occasion de but, heureusement mal finalisée
  • La sortie sur blessure de Paul Pogba à la 17e minute
  • Des ailiers peu en réussite, entre un Mkhitaryan en vue mais brouillon dans le dernier geste, et un Martial transparent
  • Des cadres solides, tels que Smalling, Fellaini, unique buteur de la première période, et Young, passeur décisif   

Deuxième période

Les Red Devils attaquaient face à Stretford End en seconde période, avec la ferme intention sans doute de faire le break afin de ne pas laisser la place au doute. Les mêmes 22 joueurs reprenaient place sur le terrain, des deux côtés du rond central.

Cependant, contrairement à la première mi-temps, ce sont les Suisses qui posèrent d’entrée le pied sur le ballon. Pendant 5 minutes, ils conservèrent bien la possession du ballon et firent courir les locaux. Mais sur la récupération qui suivit, Anthony Martial repiqua depuis la gauche et frappa à l’entrée de la surface, une frappe a priori écrasée mais qui généra un corner.

Sur celui-ci, joué à deux, Daley Blind adressa un centre parfait au second poteau. Romelu Lukaku, au physique, prit le meilleur sur ses gardes du corps et sa tête bien placée ne laissa aucune chance à Tomas Vaclik, battu pour la deuxième fois ce soir (2-0, 52’). Un deuxième but de la tête, et encore une fois, sur un excellent centre d’un de nos latéraux. Et le Belge confirme encore son bon début de saison, avec son cinquième but en cinq matchs cette saison.

10 minutes plus tard, Martial obtint un bon coup franc côté gauche. Le centre de Mkhitaryan trouva idéalement Lukaku au second poteau, mais notre numéro 9 piqua sa tête et cela suffit à Vaclik pour être en mesure de la capter en deux temps.

Les Suisses eurent une réaction d’orgueil à la 63e minute, lorsqu’une mauvaise passe de Mkhitaryan lança un contre bâlois. Le ballon parvint finalement à van Wolfswinkel côté gauche, suivi de près par Lindelöf. L’attaquant hollandais feinta la frappe, déclenchant le tacle de Lindelöf qui le déséquilibra... mais pas suffisamment pour le faire tomber, même s’il faut reconnaître qu’il aurait pu obtenir un penalty avec plus de vice. Il se remit sur son pied droit et frappa au but dans un angle fermé, mais De Gea sortit le ballon en corner d’une belle claquette !

3 minutes plus tard, un centre à ras de terre de Fellaini, contré, trouva Martial dans la surface mais en total déséquilibre, et le Français ne put cadrer sa reprise à 6 mètres du but, à son plus grand désarroi... surtout que ce serait sa dernière action du match, Lingard le remplaçant à la 69e minute. Après une première période terne, le numéro 11 s’est montré plus en vue après la pause, étant notamment à l’origine du corner qui amène le second but.

Le dernier remplacement côté mancunien interviendrait à la 77e minute, Juan Mata sortant au profit de Marcus Rashford. Le jeune Anglais eut rapidement l’occasion de se mettre en évidence en gagnant un coup franc et en l’exécutant, mais sa frappe dévissée passa loin du cadre.

Face à une équipe de Bâle paraissant fatiguée, les Mancuniens enfoncèrent le clou à un peu plus de 5 minutes du terme, justement par Rashford. Un bon jeu à trois côté droit permit à Lukaku de décaler son compatriote Fellaini dans le couloir. Le chevelu prit son temps pour adresser un bon centre, bien que contré, qui éluda Mkhitaryan mais pas Rashford, qui conclut parfaitement du droit (3-0, 84’). Les séries continuent pour notre pépite, qui marque pour ses débuts en Champions League, après avoir marqué dans à peu près tous les débuts qu’il a faits en tant que joueur (début pro, début en championnat, en Europa League, en sélection...).

Ce serait la dernière action de la rencontre. 3 points pris avec la manière par les Red Devils.

A retenir de la seconde période :

  • Le réveil d’Anthony Martial
  • L’excellente performance de Fellaini, parachevée par un but et une passe décisive
  • Le but de Rashford pour son premier match dans la compétition

Notre homme du match

Marouane Fellaini. Un but, une passe décisive, et une sérénité au milieu qui aurait pu faire croire que Pogba n’était pas sorti finalement.