Ce qu’il faut retenir de la victoire de United face à Brighton & Hove Albion, ce samedi 25 novembre.

Brighton dans une bonne dynamique

Avant le coup d’envoi, les Seagulls restent sur 5 matchs sans défaite : 3 nuls (à domicile) et 2 victoires (à l’extérieur). Situés à une intéressante 9e place, les promus n’ont donc rien à perdre avant ce match, ne vivant pas sous la pression que peuvent expérimenter les équipes relégables ou presque.

United, en revanche, peine à convaincre après deux premiers mois de compétition où les Mancuniens ont flambé. En témoigne la défaite en milieu de semaine sur la pelouse de Bâle en Champions League, après notamment une seconde période où les Suisses nous ont malmené comme rarement. La victoire face à Newcastle la semaine passée 4-1 apporte néanmoins quelques raisons d’espérer, tout comme le fait que United reste malgré tout sur 38 matchs sans défaite à domicile dans les compétitions domestiques.

Martial encore titulaire dans une composition offensive

On ne pourra pas reprocher à José Mourinho de la jouer petits bras dans ce qui pourrait être une des compositions les plus offensives du coach portugais à date. Un état d’esprit matérialisé notamment par la titularisation simultanée de Rashford et Martial sur les ailes, en support de Lukaku. Au centre du terrain, toujours pas de Mkhitaryan : c’est Mata qui démarre en meneur de jeu, avec Pogba et Matic à ses côtés. Valencia et Young font leur retour sur les côtés de la défense, tandis que Mourinho fait confiance à Victor Lindelof et Chris Smalling pour protéger David de Gea.

La compo de United : De Gea, Valencia, Lindelof, Smalling, Young, Matic, Pogba, Mata, Martial, Rashford, Lukaku. Sur le banc : Romero, Rojo, Fellaini, Herrera, McTominay, Mkhitaryan, Zlatan.

La compo de Brighton : Ryan, Bruno, Duffy, Dunk, Bong, Stephens, Knockaert, Gross, Propper, March, Murray. Sur le banc : Kayal, Hemed, Goldson, Izquierdo Mena, Schelotto, Krul, Brown.

Lukaku démarre mal

United se procure une première occasion intéressante dès la 3e minute de jeu. Romelu Lukaku sollicité un une-deux avec Anthony Martial, qui lui rend le cuir plein axe à environ 18 mètres du but adverse. Le Belge se met sur son bon pied, le gauche, arme... et dévisse complètement sa frappe qui part loin dans la tribune. Et de regarder le gazon, espérant y trouver une taupe ou autre animal souterrain.

Dans la foulée, Brighton se met en évidence. Anthony Knockaert bénéficie d’une bonne combinaison à droite pour se retrouver idéalement décalé à droite de la surface mancunienne. Heureusement, son centre puissant à ras de terre, dans la zone des six mètres, ne trouve pas preneur.

Les premiers tirs cadrés pour Brighton

Après dix minutes assez animées mais sans vraie occasion à se mettre sous la dent, Brighton se procure le premier tir cadré de la partie. Bruno, côté droit, se défait de Young avant de centrer en retrait pour Gross dans l’axe, à l’entrée de la surface. Heureusement, la tentative de l’Allemand ne trompe pas la vigilance de De Gea.

A la 15e minute, le Français Anthony Knockaert tente sa chance de loin, mais sa frappe, bien que cadrée, est trop écrasée pour inquiéter le gardien espagnol.

Dans le jeu, si United a la possession du ballon (63% après 15 minutes), les visiteurs jouent crânement leur chance et n’hésitent pas à se projeter très rapidement vers l’avant lorsqu’ils ont le cuir. Les Mancuniens sont plus mesurés, comme à leur habitude.

Les joueurs offensifs mancuniens sont l’éteignoir

United n’est que très peu mis en danger par les Seagulls finalement, mais n’inquiète pas davantage Mathew Ryan, le numéro 1 de Brighton. Le premier tir cadré des Red Devils est une tête plutôt molle de Lukaku sur un centre de Young depuis la gauche à la 22e minute.

Surtout, Martial, Rashford et Lukaku restent trop discrets. Le premier pense se voir accorder un bon coup franc plein axe après une un-deux intéressant avec Lukaku, mais la faute du défenseur adverse n’est pas sanctionnée par l’arbitre. Comme souvent dans ce genre de contexte difficile, c’est Ashley Young qui offre les centres les plus intéressants et se voit accorder les coups francs dans les bonnes positions, mais sans que cela permette à ses coéquipiers de forcer la décision.

A la 35e minute, un centre de Valencia depuis la droite est repris par Lukaku de la tête, mais le Belge est sous étroite surveillance et ne peut cadrer sa reprise.

Brighton proche de l’ouverture

A la 39e minute, Brighton se voit accorder un coup franc dans le couloir gauche à environ 40 mètres du but, pour un tacle de Valencia avec les deux pieds. Sur ce coup franc, le ballon est dévié au point de penalty vers Glenn Murray absolument seul au second poteau... mais l’attaquant anglais ne peut heureusement pas reprendre de la tête, la balle passant à quelques centimètres de sa tête.

Un moment de déconcentration qui aurait pu coûter cher cependant. Il ne vaut mieux pas imaginer ce qu’aurait été la seconde mi-temps si Brighton était rentré au vestiaire avec un but d’avance.

United à quelques centimètres près

A 1 minute de la pause, United accélère et se procure ce qui est sans doute sa meilleure occasion de la première période. Un premier centre de Young côté gauche est contré mais profite à Rashford de l’autre côté du pré. Le jeune Anglais envoie un très bon ballon au second poteau : Lukaku reprend de la tête, de près, mais Ryan repousse tant bien que mal, le cuir revient sur Pogba qui se jette pour finir du pointu... mais Ryan est encore vigilant à bout portant et permet aux siens de rentrer au vestiaire sur un score de parité.

Neil Swarbrick siffle en effet la fin de la première mi-temps sur ce score nul et vierge.

Brighton redémarre fort, United réagit

Dès la reprise, les Seagulls se montrent entreprenants et confirment qu’ils ne sont pas venus jouer le 0-0. Gross, côté droit, se défait (trop) facilement de Smalling à droite avec un dribble derrière le pied d’appui, avant de centrer fort aux six mètres : Murray tente une Madjer dans l’axe mais rate le ballon. 30 secondes plus tard, Propper tente sa chance à 20 mètres mais cela passe assez loin du but de De Gea.

De l’autre côté du terrain, Mata frappe à 18 mètres mais sa frappe est complètement écrasée et Mathew Ryan s’en saisit sans problème. Quelques secondes après, Lukaku tente une belle passe dans l’intervalle pour lancer Martial dans le dos de la défense mais celui-ci est repris in extremis. Histoire quand même de montrer aux joueurs de Brighton que United n’a pas prévu de se laisser marcher dessus comme dans la seconde période à Bâle mercredi.

A la 53e minute, c’est au tour d’Ashley Young de tenter sa chance du gauche à 20 mètres, mais ce n’est pas cadré. Un choix intéressant de la part du latéral, un des joueurs les plus en vue sur le terrain.

United oublie le fair-play

A la 56e minute, alors que Brighton semblait partir en contre, Victor Lindelof sort le tacle parfait pour annihiler cette opportunité et relancer United dans le bon sens. Le Français reste au sol sous les protestations de ses coéquipiers, alors que les joueurs mancuniens continuent de jouer, l’arbitre n’ayant pas sifflé

Plus gênant, alors que ce sont les joueurs de Brighton qui sortent finalement le ballon en touche pour que Knockaert puisse sortir se faire soigner, les Red Devils gardent le ballon au moment de la rentrée en jeu, choisissant de ne pas le rendre à leurs adversaires, le tout sous les sifflets nourris des supporters de Brighton et les « United ! United ! » du reste de la foule.

Nettement plus classe, la réaction des joueurs visiteurs, qui ont choisi de ne pas surréagir après ce fait de jeu.

Chacun se fera une opinion sur la question, mais doit-on considérer comme normal de ne pas rendre la balle à un adversaire qui l’a sciemment sortie des limites du terrain ? Qu’est-ce qui peut bien justifier cela, à plus d’une demi-heure du terme d’une rencontre face à un adversaire qui devrait normalement être prenable à domicile ? Et quand bien même, cela serait-il plus justifiable face à un City, Liverpool ou Arsenal, quel que soit le score ? Le débat est ouvert.

Young, l’homme à tout faire (1-0, 66e)

Mourinho fait entrer Ibra à la place de Mata pour forcer la décision, mais ce n’est pas le Suédois qui va se montrer décisif. Si j’ai déjà souligné plusieurs fois la très bonne prestation de Young en cet après-midi pluvieux, ce n’est que justice que ce soit le latéral qui ouvre le score, même s’il faut admettre que la chance n’a clairement pas souri aux Seagulls sur le coup.

A l’origine du but, un corner qui aurait en fait dû être une sortie de but en faveur de Brighton, Lukaku étant le dernier à toucher le cuir avant sa sortie du terrain. Sur celui-ci, le ballon est repoussé dans l’axe sur Young face à deux joueurs, à environ 25 mètres. Notre numéro 18, sans doute inspiré par la nature scholesque de ce numéro, feinte la frappe du droit, se met sur son pied gauche et crée le décalage ce faisant, et voit sa frappe détournée adopter une trajectoire parabolique qui laisse Ryan sans réaction avant de filer en lucarne opposée.

La libération, enfin.

Les débats restent équilibrés

Le second changement mancunien voit Henrikh Mkhitaryan, pourtant pas épargné par son coach avant le match, remplacer Anthony Martial.

Mais ce sont les latéraux qui continuent à rendre la vie difficile aux défenseurs adverses, avec notamment une bonne incursion de Valencia à droite qui voit son centre détourné de la main dans la surface, sans que cela ne fasse réagir Neil Swarbrick.

De l’autre côté, les Seagulls restent dangereux cela dit. En deux occasions, Knockaert puis Gross font passer un froid dans les tribunes avec des centres au cordeau qui passent très près de la ligne de but de De Gea, sans qu’aucun joueur ne puisse cependant appliquer la touche décisive.

Pour son dernier changement, Mourinho sort Rashford et fait entrer Marouane Fellaini. Il reste alors 10 minutes à jouer.

United finit tranquille

Plus rien ne sera marqué, et United file tranquillement vers la victoire face à des adversaires paraissant fatigués, bien que n’ayant pas joué en milieu de semaine contrairement aux Red Devils. A noter quand même un magnifique mouvement à une touche de balle à la 90e entre Lukaku, Ibra et Pogba, le Français remettant instantanément au Suédois dont la reprise de volée, pas cadrée, aurait autrement constitué un but à voir et à revoir.

United revient ainsi à 5 points de City, qui joue dimanche à Huddersfield, et se met à l’abri de Chelsea, qui ira jouer à Liverpool à 18h30.

Sans trop forcer sur le talent donc, mais cela reste une victoire bienvenue, à 3 jours d’un déplacement à Watford qui a fait voler Newcastle en éclats à St James Park (3-0). Un voyage qui n’aura rien de simple.

Ma note du match

6/10. La victoire est là certes, mais sans briller outre mesure. Nos joueurs offensifs ont été bien trop discrets ou imprécis, et sans un Ashley Young décisif, nous aurions pu nous contenter d’un point plutôt que trois cet après-midi. Il y a quand même quelques satisfactions au tableau, comme la prestation solide de Victor Lindelof, mais aussi des déceptions, comme le manque de poids de Lukaku dans les 30 derniers mètres, approximatif dans la finition, même si on ne peut pas lui reprocher son engagement.

Mon joueur du match

En dehors de son but, Ashley Young avait déjà fait le match qu’il fallait. Juste dans ses passes, très vivant sur son côté gauche, il a été un vrai problème pour les joueurs adverses tout au long du match. Il est également un des joueurs qui a le plus souvent frappé au but, et a été récompensé en ouvrant le score. Il a beau ne pas avoir coûté 80 ou 100 millions d’euros, avoir été critiqué par le passé, mais force est de constater que quand on a besoin de lui, Young répond présent. Peut-être un hommage à un autre Young qui nous a quittés il y a une semaine tout juste, lui aussi un mec sur lequel son groupe a pu compter.