United ne s’est pas fait du bien après les derniers résultats en demi-teinte, ne parvenant pas à faire mieux qu’un match nul à domicile face à Burnley, grâce à un doublé du SuperSub Jesse Lingard.

Après les deux déconvenues subies à Bristol en League Cup et Leicester en championnat, José Mourinho alignait Zlatan Ibrahimovic en numéro 10 derrière Lukaku. Au milieu, avec Mata et Rashford titulaires, c’est Martial qui faisait les frais de cette réorganisation. Pogba et Matic, indéboulonnables, commençaient dans l’axe. En défense, en l’absence de Smalling, blessé 3 jours plus tôt, Rojo et Jones formaient la charnière centrale, avec Luke Shaw et Ashley Young sur les côtés, devant David de Gea.

United plie et rompt d’entrée

A la 2e minute, United est puni sur la première occasion de la rencontre. Martin Atkinson estime irrégulière et sanctionne d’un jaune l’intervention de Marcos Rojo sur Hendrick dans le couloir gauche de Burnley. Le centre de Gudmunsson est mal dégagé par la défense mancunienne, et Ashley Barnes peut crucifier De Gea aux 6 mètres (1-0 Burnley, 2’).

United tente de réagir, mais c’est assez timide dans un premier temps, si ce n’est une frappe puissante de Luke Shaw détournée par Pope à la 10e minute. La pression s’intensifie sur la défense des Clarets au fil des minutes, mais pour toute leur possession de balle dans le dernier tiers du terrain, les Red Devils ne parviennent pas vraiment à se procurer des occasions très franches, pourtant poussés par un Old Trafford bouillant.

Tout sourit à Burnley

En dehors de ce temps fort, la possession a beau être de 70% pour les locaux après 25 minutes de jeu, United ne montre pas vraiment de signe d’une domination franche dans le jeu. Sous les yeux des circonspects Ryan Giggs et Michael Carrick présents dans les tribunes, les Mancuniens peinent à faire la différence dans les 30 derniers mètres, manquant, comme souvent dernièrement, de précision, de jugement et de rapidité dans leurs réalisations.

A l’inverse, avec peu de ballons, Burnley fait preuve d’un maximum de réussite. A la 35e minute, suite à une faute d’Ashley Young dans l’axe, Steven Defour nettoie la lucarne de David de Gea d’un coup franc magnifique (2-0 Burnley, 35’). 3 tirs, 2 cadrés, et 2 buts pour les Clarets.

Les Red Devils sonnent la charge immédiatement, mais la frappe de Rashford est repoussée sur sa ligne par Ben Mee. Les joueurs mancuniens sont dans l’ensemble trop statiques et rendent la vie facile aux défenseurs de Burnley qui n’en demandaient pas tant. Quelques banderilles sont lancées ici et là vers Nick Pope, comme cette frappe de Zlatan contrée ou ce missile de Pogba qui passe à quelques millimètres du cadre, mais sans succès.

Mourinho sonne la charge

Mourinho utilise la mi-temps pour faire entrer Jesse Lingard et Henrikh Mkhitaryan pour essayer de faire bouger les choses. Zlatan Ibrahimovic et Marcos Rojo font les frais de cette double décision. Ce qui signifie un Nemanja Matic repositionné en défense centrale à côté de Phil Jones, un choix peut-être risqué, mais que risque-t-on au final à 0-2 avec 45 minutes à jouer ?

A la 50e minute, énorme occasion pour United qui passe tout près de refaire une partie de son retard. Sur un très bon centre tendu depuis la droite, la reprise de Lingard est sauvée par Nick Pope du visage, le cuir rebondit deux fois sur la transversale avant d’être dégagé sur la ligne !

Les Red Devils ont plus de réussite à la 53e minute, et c’est un des entrants de la pause qui est à créditer d’une très jolie réalisation. Sur un nouveau centre tendu depuis la droite, signé Ashley Young, Jesse Lingard termine d’une superbe Madjer qui va se loger au ras du poteau droit d’un Nick Pope enfin battu (2-1 Burnley, 53’) ! Plus qu’un but à rattraper avec plus de 35 minutes à jouer.

United fait l’effort... mais n’y parvient pas

L’attitude des Mancuniens est désormais beaucoup plus en adéquation avec l’enjeu et la situation, et le pressing se fait plus insistant sur les Clarets. Mais la précision n’est encore pas toujours au rendez-vous, en témoigne ce coup franc obtenu par Mkhitaryan à la 65e minute et frappé par Rashford très fort... directement en six mètres. Des occasions à ne pas gâcher pourtant. De leur côté, les Clarets ne précipitent évidemment pas les choses, mais continuent à mettre beaucoup d’engagement dans leurs interventions, récoltant quelques cartons au passage.

Notamment à la 70e minute, l’ancien de la maison Phil Bardsley se rend coupable d’une grosse faute sur Mkhitaryan, et offre un coup franc à United dans la même position que celui ayant amené le second but de Burnley. Mais Pogba ne fait pas preuve de la même précision et le cuir file au-dessus.

Les Mancuniens sont bien obligés de lever le pied un tant soit peu, ne pouvant pas continuer sur ce rythme tout au long du match. Mais l’écart d’un but avec notre adversaire du soir est toujours bien réel, et au fur et à minute que les minutes défilent, les chances de revenir s’amenuisent. A dix minutes de la fin du temps réglementaire, Burnley semble toujours tenir sa victoire bien en main.

Lingard en héros

Les dix dernières minutes sont notre dernière chance de recoller au score. Les centres défilent au-dessus de la surface des Clarets, mais sans parvenir à faire la différence. Le manque de tranchant qu’on observe chez nos joueurs depuis des semaines maintenant est toujours d’actualité, en témoigne notre incapacité à mettre une vraie pression sur la défense adverse.

Cinq minutes d’arrêt de jeu viennent sanctionner les pertes de temps incessantes de nos hôtes du jour, alors que Phil Jones obtient un coup franc intéressant plein axe à 35 mètres du but. Juan Mata le frappe, Burnley ne parvient pas à se dégager, et le cuir tombe finalement dans les pieds de Lingard dont la demi-volée du droit se loge dans le petit filet gauche d’un Nick Pope battu (2-2, 91e) ! Un geste plein de la spontanéité qui semble tellement faire défaut à notre groupe.

 

2-2 score final donc. United est passé prêt du couperet, mais s’en sort avec un point presque inespéré au final. Les fêtes de Noël 2017 ne sourient décidément toujours pas à United.