Bien secoué par des Espagnols entreprenants et dominateurs, Manchester United peut s’estimer heureux de ne pas avoir perdu à Sanchez Pizjuan.

L’essentiel

Pogba et Martial sur le banc au coup d’envoi, McTominay et Herrera titulaires, Shaw absent de la feuille de match.

Ander Herrera se blesse après un quart d’heure de jeu dominé par le FC Séville, Paul Pogba le remplace.

Globalement, les Sévillans se montrent les plus dangereux en première période. United ne tire que deux fois au but adverse, contre dix pour Séville.

David de Gea sauve les siens avec deux arrêts en toute fin de première mi-temps, dont un extraordinaire sur une tête de Muriel.

Séville domine largement la seconde mi-temps au nombre d’occasions mais ne parvient pas à prendre l’avantage.

Romelu Lukaku a un but refusé – à raison – pour une faute de main à la 83e minute.

United aura fort à faire au retour, et tout résultat nul autre qu’un 0-0 éliminerait les Red Devils.

Les compos

La surprise était grande à l’annonce des compositions d’équipe, notamment celle de United. José Mourinho décide de reléguer sur le banc Paul Pogba, annoncé malade à Huddersfield le week-end dernier (victoire 2-0 des Mancuniens), et Anthony Martial, dans un système en 4-3-3, considéré par d’aucuns comme celui qui permettrait pourtant le mieux à notre numéro 6 d’exprimer tout son talent.

C’est l’occasion pour Scott McTominay et Ander Herrera de se mettre en avant, aux côtés de l’inamovible Nemanja Matic. Le trident offensif est composé d’Alexis, Mata et Lukaku. En défense, Luke Shaw n’est pas sur la feuille de match.

Côté sévillan, Vincenzo Montella aligne lui aussi un 4-3-3. L’ancien de City Jesus Navas est titulaire dans un rôle de latéral droit. Giflés à Eibar 1-5 au début du mois, les Sévillans, cinquièmes de Liga, se sont bien repris depuis, alignant trois succès consécutifs face à Leganes, Gérone, et à Las Palmas.

FC Séville (4-3-3) : Sergio Rico, Navas, Mercado, Lenglet, Escudero, Banega, N'Zonzi, Sarabia, Vázquez, Correa, Muriel. Banc : Martins Carriço, Ben Yedder, Soria, Pizzaro, Nolito, Mesa, Ramirez.

United (4-3-3) : De Gea, Valencia, Lindelof, Smalling, Young, Matic, Herrera, McTominay, Mata, Lukaku, Sanchez. Banc : Bailly, Pogba, Martial, Lingard, Rashford, Romero, Darmian.

Première période

Décidés à faire le jeu dans un stade Sanchez Pizjuan chaud bouillant, les Sévillans frappent les premiers par l’intermédiaire de Luis Muriel, dont la frappe à 20 mètres oblige David de Gea à se coucher sur sa droite pour arrêter la balle en deux temps (4e). Les Espagnols font preuve de beaucoup de vivacité et espèrent ainsi capitaliser sur le côté par moments friable que peut arborer notre défense dans les compétitions domestiques. Surtout que les équipes espagnoles ne réussissent traditionnellement pas vraiment à United, vainqueur dans seulement 13 matchs sur 50 joués (17 défaites – 20 nuls), et si la dernière a été en notre faveur, la saison passée face au Celta Vigo en Europa League, on se souvient encore de la leçon qui nous a été administrée par l’Athletic Bilbao dans la même compétition en 2012 (2-3 à l’aller, 1-2 au retour).

United laisse passer l’orage (75% de possession espagnole dans les 8 premières minutes), mais ne parvient pas vraiment à se projeter vers l’avant. Alexis Sanchez est bien trouvé dans l’espace, mais Jesus Navas fait l’effort pour déposséder le Chilien du ballon (10e). Deux minutes plus tard, Ever Banega tente sa chance de loin, mais cela passe au-dessus du cadre (12e). La tentative de Jesus Navas à la même distance avant le quart d’heure de jeu est également hors cadre, mais passe assez près du poteau pour provoquer une certaine inquiétude (15e).

Coup dur peu après le quart d’heure de jeu pour les Mancuniens : sur une action emmenée par Ander Herrera et Antonio Valencia côté droit, l’Espagnol demande le changement, semblant touché derrière la cuisse. L’occasion pour Paul Pogba de sortir le noir de chauffe et de rentrer bien plus tôt que prévu, en espérant que son entrée aura l’impact positif que nous attendons tous de sa part (18e).

Après 20 minutes de jeu, la possession s’est un peu plus équilibrée (59% pour les Espagnols), mais United n’a pas encore frappé au but, contre 4 occasions pour les locaux. Des locaux qui ne passent pas loin d’une déconvenue avec une semelle bien appuyée de Steven N’Zonzi sur Alexis Sanchez sur un ballon aérien disputé par les deux joueurs, et qui aurait pu lui valoir plus que le carton jaune brandi par Clément Turpin (22e). De l’autre côté du terrain, United se procure sa première opportunité 2 minutes plus tard. La passe au-dessus de la défense d’Alexis est reprise de volée par Romelu Lukaku dans une position difficile et le Belge ne cadre pas (25e), au contraire de l’Argentin Joaquin Correa pour Séville, qui pose quelques problèmes à la défense mancunienne (28e).

Non contents de ne pas se procurer énormément d’occasions, les Red Devils vont ensuite se mettre tout seuls dans des situations peu enviables, comme sur cette passe mal ajustée de McTominay vers Valencia qui force l’Equatorien à concéder une touche mal placée, ou sur un ballon mal ressorti dans l’axe par la défense qui est à deux doigts de permettre à Muriel de se retrouver seul face à De Gea (34e). Les Mancuniens concèdent en outre un nombre assez impressionnant de fautes, et on se demande quand Clément Turpin finira par céder à la pression de tout un stade qui réclame sanction, et de leurs joueurs qui semblent comme foudroyés par le destin à chaque décision qui ne va pas dans leur sens.

United parvient enfin à cadrer une frappe avant la pause, le tir enroulé du gauche de Scott McTominay après une bonne incursion d’Ashley Young étant boxée par Sergio Rico (38e). Mais cela n’est pas symptomatique d’un changement dans le cours du jeu : Joaquin Correa aura encore une belle occasion dans les 5 dernières minutes, forçant de Gea à se coucher sur sa gauche sur une frappe de près dans un angle fermé (42e).

De Gea sera le héros de cette fin de première période, alors que les locaux poussent et se montrent dangereux sur toutes leurs prises de balle. Tout d’abord, il claque au-dessus de sa barre une tête de Steven N’Zonzi consécutive à un ciseau retourné de Gabriel Mercado dans la surface (45e). Moins d’une minute plus tard enfin, abandonné par son arrière-garde, il sort un arrêt complètement invraisemblable sur une tête de Muriel quasiment à bout portant, permettant aux siens de ne pas rentrer au vestiaire en étant menés (45e+1).

Score vierge au terme de ces 45 premières minutes, mais United a souffert et est chanceux de toujours être sur un pied d’égalité avec son adversaire du soir.

Mi-temps : FC Séville 0 United 0

FC Séville

Stats BBC Sport

Manchester United

55%

Possession

45%

10

Tirs

2

4

Tirs cadrés

1

10

Corners

2

8

Fautes

12

Deuxième période

Même si la première occasion de la deuxième mi-temps est pour Séville et une frappe de Muriel dans un angle fermé (47e), United semble réagir un minimum et parvient à enchaîner un bon mouvement dans les 30 derniers mètres, avec Pogba et Young à la baguette. Le corner obtenu par le dernier cité ne donne rien (49e). Cela dit, les Espagnols reprennent rapidement le contrôle et profitent bien de leur justesse technique et leur excellente utilisation de la largeur du terrain pour se mettre dans de bonnes situations, et frapper deux fois au but dans des positions réalistes (51e, 53e).

La rencontre est désormais à sens unique. Les Sévillans arrivent trop facilement à se mettre en position de frappe dans les 25 derniers mètres, tandis que les Mancuniens ne parviennent qu’à toucher peu de ballons dans la même surface de jeu, de l’autre côté de la pelouse. Luis Muriel envoie une nouvelle frappe à un ou deux mètres du poteau gauche de De Gea (58e). Cinq minutes plus tard, ils passent près de convertir un coup franc consécutif à une faute de Valencia sur Correa, le centre de Banega est repris de la tête par Lenglet à dix mètres, mais De Gea s’impose (62e). Le même Correa, un poison pour la défense anglaise, ne trouve pas le cadre d’une frappe puissante depuis la gauche après une incursion dans la surface (63e). Séville en est désormais à 18 tirs contre 3 pour United !

Séville se balade un peu plus au fil des minutes, mais ne trouve heureusement toujours pas la faille. Sarabia se présente en un contre un face à De Gea (73e) mais rate le cadre – il était de toute façon signalé hors-jeu. José Mourinho lance Marcus Rashford à la place d’Alexis, espérant peut-être que la vitesse de son jeune attaquant fera la différence (75e). Cinq minutes plus tard, c’est au tour d’Anthony Martial de faire son apparition, avec 10 minutes pour essayer de faire ce que sa formation n’a pas réussi à faire en 80 (80e).

L’impensable semble se produire dans les dix dernières minutes, lorsque Romelu Lukaku conclut après une passe de Pogba au-dessus de la défense, mais le but est annulé pour un contrôle du bras du Belge – et les ralentis donnent raison au corps arbitral (82e). Marcus Rashford aura également une occasion sur coup franc en toute fin de temps réglementaire. A 32 mètres, son tir tendu à la trajectoire flottante semble surprendre Rico Sergio, mais passe de peu à côté du but gardé par l’Espagnol (89e).

Les deux minutes d’arrêt de jeu ne donneront pas plus de résultat, et les deux équipes devront attendre le 13 mars pour se revoir à Old Trafford pour le match retour.

Score final : FC Séville 0 United 0

FC Séville

Stats BBC Sport

Manchester United

57%

Possession

43%

25

Tirs

6

8

Tirs cadrés

1

12

Corners

4

12

Fautes

22

A bientôt !

United recevra Chelsea dimanche 25 pour la 28e journée de Premier League (coup d’envoi 15h05).