Fin de saison : la clé Herrera?

4810 fois


Stuart Mathieson revient sur la saison d'Ander Herrera et sur le rôle-clé qu'il a eu et aura en cette fin d'exercice.

Le jour de la finale de la FA Cup face à Chelsea, le 19 mai 2018, cela fera un an jour pour jour depuis qu'Ander Herrera s'est réveillé pour la première fois en tant que Joueur de la Saison 2016-2017 de Manchester United.

La veille, la prestigieuse statuette de Sir Matt Busby, celle qui récompense le joueur plébiscité, venait d'être décernée au Basque. Ce fut le vote le plus serré dans l'histoire de cette distinction individuelle, mais Herrera parvint à obtenir plus de votes que le capitaine Antonio Valencia et Zlatan Ibrahimovic himself, rejoignant donc le club fermé des couronnés. Club qui comporte notamment Bryan Robson, David Beckham, Ruud van Nistelrooy, Roy Keane, Wayne Rooney, Cristiano Ronaldo ou David de Gea.

Un lapin Duracell, la gnaque et des buts en plus

Cete récompense est venue naturellement auréoler une saison où Ander Herrera a été sur tous les fronts, et pendant laquelle il a donné à son entraîneur José Mourinho exactement ce qu'il attendait de son numéro 21. De la façon la plus agréable qui soit, Herrera a été un vrai urticant pour ses adversaires, une douleur récurrente, comme un lapin Duracell avec de la gnaque et des buts en plus. Il était le moteur bien huilé sous la carrosserie rouge rutilante, et c'est pour cela que les fans l'ont plébiscité. Et ce n'était forcément qu'un début.

Ce 19 mai 2017, United était déjà qualifié pour la finale de l'Europa League face à l'Ajax Amsterdam. Et Mourinho lui accordait tellement de valeur dans son plan de jeu contre les Hollandais, que dès la qualification acquise en demi-finale face au Celta Vigo, il le laissa complètement au repos pour les trois derniers matchs de la saison en Premier League, histoire qu'il soit bien frais à la Friends Arena de Stockholm le 24 mai. Sans surprise, Herrera joua un rôle important dans le premier trophée européen des siens depuis 2008.

Car au-delà de sa performance, Herrera, que Mourinho aime à décrire comme un des joueurs les plus intelligents avec lesquels il a travaillé, a en réalité choisi de ne pas respecter les consignes de son coach pour aider son équipe à remporter cette finale.

Herrera, the smart one

Notamment, Henrikh Mkhitaryan avait reçu l'ordre de rester en retrait sur nos corners pour nous protéger d'un éventuel contre. Herrera devait quant à lui se positionner dans la boîte sur ces faits de jeu. Mais le Basque avait noté que l'Arménien, sanctionné d'un jaune à la demi-heure de jeu, pouvait vite se retrouver exclu s'il avait l'obligation de réaliser une intervention limite pour casser une contre-attaque.

En début de seconde période, Herrera a alors demandé à Mkhitaryan d'échanger leurs places, sous les yeux d'un Mourinho choqué sur la ligne de touche. Mais c'était une décision très intelligente, et Mkhitaryan finit par inscrire le second but d'un geste acrobatique, consécutif à un corner, à la... 48e minute.

Mourinho reconnut par la suite que ce changement avait été intelligent, et qu'il était ravi que des joueurs puissent prendre ce genre d'initiatives pendant un match. Pour couronner le tout, Ander Herrera repartit avec le trophée d'homme du match sous le bras. Et ce n'était forcément qu'un début.

De nombreux media annoncèrent durant l'été 2017 que le FC Barcelone était fortement intéressé pour signer notre numéro 21. Il leur fit savoir qu'il n'était pas intéressé. Old Trafford était sa maison, et tout ce qu'il voulait était progresser encore pour aller au-delà de son excellent niveau de la saison passée.

Les temps sont durs

Mais un événement vint changer la donne pour le Basque. Il est Serbe, porte le numéro 31 et a signé l'été dernier en provenance de Chelsea. Nemanja Matic était devenu, quelques jours après son arrivée, un titulaire indiscutable aux yeux de Mourinho qui l'avait déjà eu sous ses ordres chez les Blues.

Herrera devait se contenter de quelques bouts de match, n'étant titularisé pour la première fois en championnat que lors de la 4e journée à Stoke (2-2). Il eut bien une série de cinq matchs consécutifs joués en septembre, mais de façon plus générale, il allait et venait dans le onze de départ sans parvenir à garder sa place.

Pour ne rien arranger, en février, alors qu'il tentait une talonnade contre le FC Séville, une blessure au tendon l'envoya à l'infirmerie. Après avoir atteint les sommets la saison précédente, celle-ci tournait au vinaigre.

Zone of the Ander

Mais Ander s'est battu, et le voici de retour. Ce n'est peut-être pas la préférence de tous, mais un milieu à trois composé de Matic, Pogba et Herrera a donné de bons résultats en avril, un équilibre entre stabilité, sécurité, et danger pour nos adversaires. Cela a marché dans le derby de Manchester, United renversant remarquablement la tendance pour s'imposer 3-2 après avoir été menés 0-2 – et quelle passe décisive de la poitrine du Basque! – et de nouveau, notre milieu de terrain a joué un rôle-clé dans la victoire en demi-finale de Cup samedi dernier contre Tottenham.

Le milieu de terrain si souvent cité en exemple des Spurs a complètement coulé après l'égalisation d'Alexis Sanchez, et Herrera a parachevé sa performance avec le but de la victoire en seconde période. Initialement à la récupération du ballon, avec une tête en retrait très judicieuse vers De Gea quand d'aucuns auraient dégagé en catastrophe, plein axe aux 30 mètres, il remonta tout le terrain au pas de course lorsque son compatriote lança Alexis côté gauche, et termina l'action d'une frappe croisée après que Lukaku et Lingard aient plus ou moins volontairement laissé passé leur tour.

Ander Herrera a connu une saison difficile, mais la fin de celle-ci paraît soudainement s'éclaircir. Il devra rendre sa statuette de Sir Matt Busby dans quelques jours, mais il est très probable qu'il ait gagné sa place de titulaire face à Chelsea le 19 mai. Et s'il peut répéter sa performance contre les Blues d'avril 2017, qui avait vu les Red Devils l'emporter 2-0 en championnat alors que l'Espagnol avait littéralement mangé Eden Hazard, une prestation qui résonne encore dans les esprits, alors le trophée ne pourra pas nous échapper.

Un an après la statuette de Sir Matt Busby, quelques mois après un début de saison difficile, quelques semaines après avoir assisté à son renouveau, voir Herrera soulever ce trophée serait magique. Car comme notre club, il a la mentalité qui fait les grands champions. Comme Manchester United, never say die.

Source(s) : Adaptation par Manchester Devils de la version originale de Stuart Mathieson (ManUtd.com)