PSG 1 Man Utd 3 : au-delà du réel

2339 fois


Manchester United, sans de nombreux cadres et titulaires habituels, a réussi l'incroyable exploit de sortir Paris au Parc des Princes, en s'imposant 3-1 dans les arrêts de jeu. Surréaliste !

Paris Saint-Germain 1-3 Manchester United
Score à la mi-temps : 1-2
UEFA Champions League, 1/8e de finale retour
Mercredi 6 mars 2019

Buts : Bernat (12') pour Paris SG ; Lukaku (2', 30'), Rashford (90'+3 s.p.) pour Manchester United.

Les compos

Toujours privé de ses cadres, trop justes pour cette rencontre, Ole Gunnar Solskjaer aligne sans doute la meilleure équipe possible ce mercredi soir. Et il faut jeter un oeil sur notre banc pour s'en rendre compte. Tahith Chong, Angel Gomes, James Garner et Mason Greenwood, produits de l'Academy avec six apparitions à eux quatre avec les pros, doivent se demander ce qu'ils font là. Sur la pelouse, beaucoup de seconds couteaux donc, mais un seul changement par rapport à la victoire difficilement acquise contre Southampton ce week-end : Alexis Sanchez, blessé, n'est évidemment pas de la partie, et Solskjaer aligne une défense centrale à trois joueurs en complétant avec Eric Bailly.

Thomas Tuchel, de son côté, ne change pas une équipe qui a gagné à l'aller. Les onze joueurs alignés sont exactement les mêmes qu'à l'aller, et auront cette fois-ci le soutien du Parc des Princes, qui espère rêver plus grand en disputant son premier quart de finale depuis 2016.

Paris SG (4-2-3-1) : Buffon - Bernat, Kimpembe, Silva, Kehrer (Meunier 69') - Verratti, Marquinhos - Di Maria, Draxler (Paredes 69'), Alves - Mbappé.

Manchester United (5-3-2) : De Gea - Young (Greenwood 87'), Smalling, Lindelöf, Bailly (Dalot 35'), Shaw - McTominay, Pereira (Chong 80'), Fred - Rashford, Lukaku.

Venez voter pour le meilleur joueur mancunien du match, en cliquant ici.

Le match

Ils ont souffert. Ils ont fait le dos rond pendant de longues minutes. Ils ont eu des frissons à plusieurs, reprises en voyant Mbappé trop court de quelques centimètres pour reprendre un centre de Bernat, Di Maria marquer un but finalement refusé pour hors-jeu, ou Bernat frapper le poteau de De Gea.

Pas de Martial, de Lingard, de Pogba, de Matic, de Herrera. Autant de cadres, autant de titulaires qui auraient voulu être là ce soir, mais étaient trop justes ou suspendus. Quatre jeunes de l'Academy qui ont à peine eu la joie de goûter au bonheur de l'équipe première, un manager intérimaire sur le banc depuis moins de trois mois, et un retard de deux buts à rattraper, à l'extérieur qui plus est.

Comment expliquer ce qui s'est passé ce soir ? A vrai dire, on ne sait pas. On n'en est pas encore revenus.

Paris peut cependant s'en vouloir, et pas qu'un peu. Kehrer d'abord, auteur d'une passe en retrait désastreuse dès la 2e minute de jeu, qui lance Lukaku vers le but. Le Belge évite Thiago Silva et Buffon avant de tacler dans le but vide (2', 1-0 United). Buffon ensuite, à la demi-heure de jeu, lorsque sur cette frappe lointainte de Rashford, il relâche le ballon face à lui. Il n'en fallait pas plus au même Lukaku, décidément en feu, pour terminer une nouvelle fois à bout portant (30', 2-1 United).

Car sur le reste de la première période, ce serait mentir que d'écrire que Paris n'a pas été largement au-dessus. Ils auraient pu, voire dû, rentrer au vestiaire en tête. En égalisant avant même le quart d'heure de jeu, Bernat frappait un grand coup sur la tête des Red Devils, à la réception d'un centre de Mbappé sur lequel Bailly faisait malheureusement office de plot (12', 1-1). Mbappé se montrait évidemment dangereux, mais sans parvenir à conclure, sur ce centre de Bernat depuis la gauche (7'), puis bloqué par le tacle d'un Smalling excellent de bout en bout ce mercredi soir (11'). Bernat, très actif, butait sur De Gea après un excellent décalage de Di Maria (20'), qui envoyait ensuite une mine du gauche tout près du cadre (21').

A l'inverse, les Mancuniens étaient en énorme souffrance. Avec 20% de possession du cuir en première période, difficile d'imaginer comment le score allait pouvoir évoluer en notre faveur. La sortie de Bailly et l'entrée de Dalot dès la 35e minute a déjà apporté un premier élément de réponse. En vue immédiatement, le Portugais a encore des progrès à faire dans certains aspects de son jeu, mais a toujours apporté plus que l'Ivoirien qui a été absolument catastrophique, dans un système en 3-5-2 qu'il n'a jamais su appréhender. 2-1 à la pause pour United donc, mais avec un PSG tellement au-dessus, il semblait que ce ne soit qu'une question de temps avant qu'ils ne trouvent l'ouverture.

Mais il n'en a rien été. Entre deux équipes très prudentes en début de seconde période, c'est Paris qui a lancé les premières escarmouches avec ce but refusé à Di Maria pour un hors-jeu sur une passe de Mbappé (56'). Toujours dangereux, les Franciliens ont été ensuite systématiquement recalés par notre défense centrale, tellement blâmée dernièrement mais exemplaire sur cette rencontre. Ashley Young se fendait également de quelques interventions cruciales, comme celle-ci devant Mbappé à 20 minutes de la fin (72'). Dix minutes plus tard, le Parc pouvait se demander comment son équipe n'avait pas égalisé, lorsque Mbappé lancé dans la profondeur butait d'abord sur De Gea, puis sur le tacle salvateur de Smalling, avant que Bernat ne frappe le poteau (84'). Les Mancuniens ne semblaient pas prendre conscience de l'urgence, et continuaient à attaquer avec beaucoup de modération.

Vient alors le Fergie Time. Ou le Ole Time, c'est selon. Avec Chong et Greenwood sur le terrain, United commence à pousser, mieux vaut tard que jamais. Dans les arrêts de jeu, Dalot tente sa chance à 20 mètres. Cela passe au-dessus, mais c'est dévié en corner par Kimpembe. Et là, tout s'emballe. M. Damir Skomina s'en va consulter la VAR pour un possible penalty. Le tir de notre latéral droit a été dévié par le bras décollé de Kimpembe, qui a sauté en tournant le dos au frappeur. Penalty accordé ! Qui plus est, pour une faute de l'homme qui aurait dû prendre trois jaunes à l'aller, avant de finalement ouvrir le score. Le karma revient frapper Paris en pleine face.

Rashford s'élance, le premier penalty qu'il frappe avec l'équipe première. Buffon part bien, mais ne peut rien face à la puissance du tir de l'Anglais (3-1 United, 90'+3). Le reste n'est qu'anecdotique.

Les stats

Les statistiques du match sont fournies par SkySports.

 Paris SGMan Utd
Score 1 3
Possession (%) 72 28
Tirs 12  5
Dont cadrés 4 4
Passes réussies (%) 91 77
Passes réussies dans le dernier tiers adverse (%) 86 65
Centres réussis (%) 30 17
Positions de hors-jeu signalées 4 2
Tacles réussis (%) 63 59
Cartons jaunes reçus 2 1
Cartons rouges reçus 0 0

A bientôt

Manchester United enchaîne avec un second choc à l'extérieur en quelques jours, après cette rencontre face à Paris. Les Red Devils seront en effet sur le terrain d'Arsenal dimanche 10 mars (coup d'envoi 17h30 CET) pour la prochaine journée de Premier League. Dans la lutte pour les places qualificatives à la prochaine C1, cette rencontre est capitale.