Report : Arsenal 2-0 Manchester United

710 fois


Anesthésié face à une équipe d'Arsenal en mission reconquête, les Red Devils se sont laissé rouler dessus en première période à l'Emirates Stadium, et repartent avec un zéro pointé de leur déplacement à Londres.

Mer. 1 janv. 2020 - 21:00
Premier League - 21e journée
Arsenal
2
0
Manchester United

Voir la feuille de match - Noter les Red Devils

Les compos : Pogba, la rechute...

Alors qu'on le pensait proche du retour, Paul Pogba n'a pas fait partie du groupe qui a fait le déplacement à Londres pour affronter les Gunners. Ole Solskjaer a invoqué une nouvelle blessure, cette fois au tendon, pour expliquer l'absence du Français. Son agent Mino Raiola indiquait que la Pioche ne quitterait pas United cet hiver, il n'a pas dit non plus qu'il reportait le maillot rouge...

Entre une défense et une attaque classiques, Solskjaer alignait donc au milieu un trio Fred - Matic - Lingard. De son côté, Arteta opérait quatre changements par rapport à l'équipe battue à domicile par Chelsea il y a trois jours, Xhaka, Pépé, Kolasinac et Sokratis remplaçant Guendouzi, Nelson, Saka et Chambers.

Arsenal (4-2-3-1) : Pope - Kolasinac, Luiz, Sokratis, Maitland-Niles - Xhaka, Torreira - Aubameyang, Özil, Pépé - Lacazette.

United (4-2-3-1) : De Gea - Shaw, Maguire, Lindelöf, Wan-Bissaka - Matic, Fred - Rashford, Lingard, James - Martial.

Arsenal en feu, United en fumée

Tout dans cette première période est à jeter pour Manchester United, tant les Mancuniens ont été proches du néant que ce soit en termes de technique ou encore, et surtout, d'engagement et d'envie. Les Gunners ont commencé assez maladroitement, avec quelques déchets et un carton jaune rapide pour Kolasinac (3'), mais ont eu le mérite de frapper les premiers par le biais d'un joueur qui doit encore faire ses preuves, l'ex-Lillois Nicolas Pépé. Sur une action a priori anodine, la mauvaise couverture de la défense offrait une possibilité de débordement à Kolasinac, dont le centre dévié par James trouvait l'Ivoirien seul au point de penalty, lequel prenait De Gea à contrepied (1-0 Arsenal, 8').

Avec son milieu de terrain recomposé, incapable de trouver ses avants, United avait toutes les peines du monde à mettre du rythme dans la partie. Arsenal n'en demandait pas tant. D'abord dans la gestion de la situation, sans se précipiter, les Gunners appuyèrent soudainement sur l'accélérateur dans le dernier quart d'heure pour nous déposer en beauté. Lacazette d'abord, après avoir donné le tournis à Maguire, était malheureux de ne pas trouver le cadre (31'), tout comme Torreira dont la frappe tendue à mi-distance rasa le cadre (33').

Signe que le mal contaminait toute l'équipe, De Gea se montra coupable d'une relance complètement ratée qui manque de profiter à Pépé, dont la frappe spontanée trouva la base du poteau droit de l'Espagnol (38'). Et alors qu'aucun esprit de révolte ne semblait animer nos joueurs, trop longs, beaucoup trop longs à réaliser la moindre passe, complètement dépassés dans l'engagement, les Londoniens frappèrent une seconde fois sur un corner tiré côté droit. Lacazette décroisa sa tête sur le centre de Pépé, De Gea sauva comme il peut mais le ballon rebondit sur le dos de Lindelöf avant de se poser devant le pied de Sokratis qui termina en force (2-0 Arsenal, 43').

Un avantage ô combien mérité pour les joueurs de Mikel Arteta, bien loin de l'équipe en perdition que l'on avait pu voir ces dernières semaines. Et surtout, se posait désormais légitimement la question de si United allait pouvoir réagir... et comment.

Silence, on coule

Si Manchester United a été meilleur qu'en première mi-temps, il aura fallu attendre l'heure de jeu et les entrées d'Andreas Pereira et Mason Greenwood, à la place de Jesse Lingard et Daniel James, pour ajouter un peu d'envie à un effectif à côté de la plaque. Mais quoi qu'il arrive, cela reste bien trop insuffisant pour retourner la situation et accrocher notre chance de revenir à deux points de Chelsea, accroché plus tôt dans l'après-midi.

En dehors d'Anthony Martial, plutôt actif et impliqué dans la plupart des situations intéressantes, nos joueurs offensifs ont été anonymes dans les grandes largeurs et Bernd Leno a passé une soirée tranquille, sans avoir aucun arrêt réellement vital à réaliser. Fred, Pereira et Matic se sont employés à ressusciter notre équipe, mais aucun d'entre eux n'a le potentiel créatif nécessaire, au contraire d'un Pogba pour ne citer que lui, pour briser les défenses les plus imperméables. Il n'y aura donc pas grand chose à retenir de ce second acte non plus, surtout pas ce dernier coup franc de Fred complètement manqué à la 94e minute alors que, semble-t-il, Rashford avait jeté l'éponge. Dans un Emirates Stadium qui célèbre comme une Coupe du Monde sa seconde victoire en seize rencontres toutes compétitions confondues, Arsenal démarre parfaitement son année 2020. De notre côté, tout est à refaire.

Prochain match : Wolverhampton

Deux matchs de coupe vont suivre pour United, qui retrouvera la Premier League dans dix jours. Le premeir est un déplacement à Wolverhampton pour notre entrée en lice en FA Cup, au troisième tour. Le coup d'envoi sera donné à 18h31 CET, samedi 4 janvier.


Sur le forum