Liverpool 2-0 Manchester United : les Scousers trop forts pour United

1403 fois


Les Mancuniens ont pris l'eau dans les grandes largeurs à Anfield ce dimanche, malgré un sursaut en fin de match, et repartent logiquement sur une défaite.

Dim. 19 janv. 2020 - 17:30
Premier League - 23e journée
Liverpool
2
0
Manchester United

Voir la feuille de match - Noter les Red Devils

Les compos : Rashford out, cinq défenseurs titulaires

Ole Solskjaer était donc forcé de se passer de son meilleur buteur Marcus Rashford, qui est venu compléter l'infirmerie en milieu de semaine, et choisissait pour le déplacement à Anfield un onze inédit. Difficile de voir initialement ce qu'essayait de faire le Norvégien, qui s'apparentait à un système à trois centraux Shaw - Lindelöf - Maguire, Williams et Wan-Bissaka en pistons sur les côtés, et un milieu Fred - Matic.

En l'absence de Rashford, Pereira et James prenaient les couloirs, et Martial l'axe.

Manchester United (4-2-3-1) : De Gea - Shaw, Maguire, Lindelöf, Wan-Bissaka - Matic, Fred - Williams, Pereira, James - Martial.

Liverpool (4-3-3) : Alisson - Robertson, Van Dijk, Gomez, Alexander-Arnold - Wijnaldum, Henderson, Oxlade-Chamberlain - Mané, Firmino, Salah.

United prend l'eau

Les Scousers ont pris l'avantage très rapidement dans cette rencontre, après moins d'un quart d'heure de jeu sur un corner d'Alexander-Arnold. Ni Brandon Williams, ni Harry Maguire ne purent s'opposer à la montée de Van Dijk, danger pourtant connu en Premier League, qui crucifia un De Gea impuissant (1-0 Liverpool, 14').

Le fait que le score soit resté dans cet état jusqu'à la (presque) fin du match a plus à voir avec la maladresse des attaquants des Reds et aux arrêts de notre gardien qu'à l'équilibre de la rencontre. Car les Red Devils ont été littéralement noyés par leurs vis-à-vis à Anfield ce dimanche. Excellents dans la variation du jeu et exploitant le ballon avec très peu de déchets, les locaux auraient pu aggraver la marque en plusieurs occasions, et se sont d'ailleurs vu refuser deux buts logiquement dans le premier acte : le premier, un magnifique enroulé de Firmino, pour une faute de Van Dijk sur De Gea dans la construction (25'), le second, pour une position de hors-jeu de Wijnaldum sur le service d'Oxlade-Chamberlain avant de conclure (35'). Juste avant le break, De Gea sauva du pied en face à face avec Mané pour éviter que la messe ne soit dite trop tôt (45').

Les Mancuniens, de leur côté, ramassaient les miettes, et encore. Une seule grosse opportunité en trois quarts d'heure, c'est peu, trop peu, pour espérer prendre à revers les leaders du championnat. Sur un excellent ballon depuis la gauche, Wan-Bissaka, altruiste, choisit la remise en première intention au second poteau, où Andreas fut trop court de quelques centimètres pour venir tacler à bout portant dans le but (42'). Devant une défense qui compensait comme elle pouvait, notre milieu était trop léger face à celui de Liverpool, avec notamment un Matic souvent en retard, un Pereira volontaire mais faisant rarement les bons choix, et n'alimentait pas du tout notre ligne d'attaque qui se retrouvait dépourvue de ballons.

1-0 à la pause, c'était donc un score mérité pour nos hôtes, mais pas suffisant au vu de la pression mise sur notre surface dès le retour des vestiaires. United se retrouvait suspendu à un fil tandis que les déferlantes rouges s'abattaient sur nous, et ne devait encore son salut qu'aux arrêts de De Gea, notamment sur une frappe lourde d'Henderson déviée sur son poteau (49'), ou au raté énorme de Mohamed Salah, seul à six mètres, qui ratait sa reprise du gauche et la laissait filer en dehors du cadre (47').

Un sursaut insuffisant

D'aucuns auraient prédit, ou redouté, que nos joueurs ne prennent une leçon ce dimanche soir, et ne nous cachons pas derrière des oeillères : dans le jeu, cela a souvent été le cas. Mais au tableau d'affichage, l'écart d'un seul point laissait entrevoir une lueur d'espoir qui ne s'éteignit que dans les arrêts de jeu.

Car pendant la dernière demi-heure de jeu, les Mancuniens eurent plusieurs fois l'occasion de revenir à égalité, et leur plus grand regret sera sans doute de ne pas avoir réussi à troubler la soirée tranquille d'Alisson plus que cela. Juste avant l'heure de jeu, Fred (57') et surtout Martial (58'), en très bonne position, ne parvinrent même pas à accrocher le cadre, le premier après un rush solitaire sur vingt mètres, le second à moins de dix mètres du cadre et avec un mètre d'espace autour de lui, choisissant la frappe en force pour expédier le cuir dans les travées d'Anfield. En l'absence de Rashford, qui est désormais annoncé blessé pendant deux à trois mois, ce sont ces deux hommes qui ont le plus tenté face au but, mais même leurs frappes cadrées (66', 67') auraient même été captées facilement par Loris Karius.

Les entrées de Mata et Greenwood à un quart d'heure du terme n'y changeraient rien. Les Reds, de leur côté, sûrs de leur coup, nous laissaient venir, et c'est certain que les supporters présents au stade ce dimanche n'ont pas vécu cela avec sérénité, quand on sait que tout peut basculer en un claquement de doigts. Mais finalement, sur un ultime corner, alors que Solskjaer venait de refuser à De Gea de monter dans la surface adverse, Alisson lança Salah en contre, et ce dernier n'eut plus qu'à ajuster l'Espagnol en face à face après avoir facilement contenu Daniel James (2-0 Liverpool, 90'+3).

Que retenir donc de cette rencontre ? United n'est pas au niveau de Liverpool, mais cela, nous le savions déjà. Il aurait fallu commencer par jouer avec une équipe au complet pour espérer les accrocher, et même ainsi, ce n'est pas dit que nous ayons retiré quoi que ce soit de ce Derby of England. Quand on voit où étaient les Scousers il y a dix ans, et où était United, deux sentiments émergent : l'espoir de se dire qu'un retour au niveau est possible, et le sentiment de gâchis de se dire que nous avions tout pour réussir et que cela a filé entre nos doigts. L'objectif reste le même : le Top 4. La saison ne se jouait pas aujourd'hui, ni pour Liverpool, ni pour United : les prochaines échéances seront sans doute plus importantes que celle-ci.

Prochain match : Burnley

United enchaînera avec la réception de Burnley mercredi 22 janvier, coup d'envoi à 21h15 CET. Ce sera pour le compte de la 24e journée de Premier League. Les Clarets viennent de s'imposer face à Leicester, troisième, 2 buts à 1.


Sur le forum