Manchester United 1-0 Copenhague (a.p.) : United dans le dernier carré

830 fois


Les Red Devils ont dû lutter jusqu'en prolongation pour se défaire de Copenhaguois bien collants, ce lundi soir à Cologne, mais sont finalement qualifiés grâce à un penalty de Bruno Fernandes (1-0).

Lun. 10 août 2020 - 21:00
Europa League - 1/4 de finale
Manchester United
1
0
FC Copenhague
(a.p.)

Manchester United (4-2-3-1) : Romero - Wan-Bissaka, Bailly (Lindelöf 71'), Maguire, Williams - Pogba, Fred (Matic 70') - Greenwood (Mata 90'), Fernandes, Rashford (Lingard 112') - Martial (McTominay 120'). Remplaçants : De Gea, Fosu-Mensah, Mengi, Pereira, Chong, James, Ighalo. Entraîneur : Ole Gunnar Solskjaer.

FC Copenhague (4-3-3) : Johnsson - Varela (Bartolec 105'), Nelsson, Bjelland, Boilesen (Bengtsson 15') - Pep Biel (Oviedo 58'), Stage (Mudrazija 105'), Zeca - Daramy (Kaufmann 58'), Wind, Falk (Bøving 111'). Remplaçants : Andersen, Grytebust, Papagiannopoulos, Hjælmhof. Entraîneur : Ståle Solbakken.

Arbitre central : Clément Turpin. Assistants : Nicolas Danos, Cyril Gringore. Quatrième arbitre : William Collum. VAR : François Letexier. Assistant au VAR : Jérôme Brisard.

Buts : Fernandes (95' s.p.).

Ole Solskjaer avait aligné une composition intéressante pour aborder cette rencontre, avec Sergio Romero titulaire dans les cages, Fred aux côtés de Pogba au milieu plutôt que Matic, et Bailly en défense centrale au lieu de Lindelöf. De quoi ajouter de la fougue et de la hargne au onze habituel du Norvégien, tandis que son compatriote alignait une composition sans surprise, si ce n'est l'absence de Michael Santos en pointe.

Malgré cela, les Mancuniens ont dû puiser dans leurs réserves, en allant au-delà du temps réglementaire et terminant avec des crampes pour certains, une vision qu'on aurait préféré éviter avant la demi-finale de dimanche contre le vainqueur de Séville - Wolverhampton (qui aura lieu demain). La victoire a mis beaucoup de temps à se dessiner, la faute au bloc bas danois qui a énormément gêné nos joueurs, à un gardien adverse en feu (treize arrêts pour Karl-Johan Johnsson, dont quelques pépites) et à des poteaux qui ont fait de la résistance (quatre poteaux touchés par les Anglais sur l'ensemble de la rencontre). 14 tirs cadrés contre 0 pour leurs adversaires, mais un sentiment de peur présent jusqu'au bout.

Il faut souligner la bonne performance de la défense centrale mancunienne qui a parfaitement bloqué les attaques danoises. Maguire et Bailly, puis Lindelöf après qu'il ait remplacé l'Ivoirien, se sont illustrés devant un Romero plutôt peinard. Le jeune Daramy, qui a pesé côté adverse de par sa présence athlétique dans la surface, n'a jamais pu dégager cinquante centimètres pour conclure un des centres en première intention que ses coéquipiers lui ont réservé. Côté mancunien, la première période n'a pas été du meilleur acabit, notamment sur le plan offensif : Marcus Rashford et Bruno Fernandes, notamment, ont mis beaucoup trop de déchets dans leur jeu pour être véritablement dangereux. Mason Greenwood a été plus en vue, mais a vu son but refusé juste avant la pause pour une position de hors-jeu d'un bon mètre, une très belle finition du droit dans un angle fermé (45').

Deux tirs cadrés pour United à la pause, il serait évidemment question de faire bien mieux en seconde période. Si l'intensité et les occasions ont été plus présentes, le score n'a pas bougé d'un iota pour autant. Déjà auteur d'une première frappe sur le poteau, Greenwood remettait ça peu après la pause, Rashford concluant dans le but vide mais voyant sa réalisation annulée pour hors-jeu (57'). Fernandes connaissait le même score peu de temps après d'une frappe du droit à mi-distance (63'). Les Danois, par intermittences, parvenaient à exister, comme sur ce numéro de Falk côté droit mal terminé par Oviedo (66'), mais c'était bien trop sporadique pour peser dans le match.

Copenhague n'en touchait plus une et pouvait s'estimer heureux d'arriver en prolongation, multipliant les fautes en fin de rencontre pour anéantir les possibilités de percussion mancuniennes. Anthony Martial, à l'inverse, devenait de plus en plus chaud au fil des minutes. Une frappe enroulée miraculeusement sortie de la lucarne (84'), un une-deux avec Rashford qui bute sur Johnsson (92'), un face-à-face perdu face au même gardien danois sur un excellent ballon de l'entrant Juan Mata (93'), et enfin la délivrance : fauché par Bjelland au point de penalty, le Français offrait une balle de match à Bruno Fernandes, qui ne se fit pas prier, en force sur le côté droit d'un portier enfin battu (1-0, 95').

Après avoir tout donné jusque-là, les Danois ne purent plus revenir et remercieront leur dernier rempart pour la prestation exemplaire livrée ce lundi. Un dernier poteau de Lindelöf plus tard consécutif à deux nouveaux arrêts du numéro 1 adverse, et United peut enfin remballer pour rentrer se poser à l'hôtel. Loin d'être une sinécure, espérons que ce match aura eu le mérite de rappeler aux Red Devils le niveau qu'ils sont censés dépasser s'ils veulent soulever un trophée cette saison.

Quelques stats avec Opta

  • Avec 21 penaltys obtenus, Manchester United est l'équipe qui a vu le plus de penalties sifflés en sa faveur cette saison dans l'ensemble des cinq grands championnats européens.
  • Le gardien de Copenhague, Karl-Johan Johnsson, a réalisé 13 arrêts ce soir, un record pour un gardien dans un match d'Europa League depuis 2009.
  • Bruno Fernandes est le meilleur buteur de la Ligue Europa 2019-2020 avec sept buts, dont deux inscrits avec United.
  • C'est la deuxième fois en quatre ans que Manchester United atteint le dernier carré de l'Europa League.

Sur le forum