Manchester United 6-2 AS Roma : un grand pas vers la finale !

Match Reports

Malmené en première période, United a réussi à renverser la tendance de façon éclatante pour mettre un pied et quatre orteils en finale de l'Europa League 2021.

Jeu. 29 avril 2021 - 21:00
Europa League - 1/2 finale
Manchester United
6
2
AS Roma

Manchester United : De Gea, Shaw, Maguire, Lindelöf, Wan-Bissaka, Fernandes (Mata 89'), Fred (Matic 82'), Pogba, McTominay, Rashford (Greenwood 75'), Cavani.

AS Roma : Pau Lopez (Mirante 27'), Smalling, Cristante, Ibanez, Karsdorp, Diawara, Veretout (Villar 4'), Spinazzola (Peres 37'), Pellegrini, Mkhitaryan, Dzeko.

Buts : Fernandes (9' ← Cavani, 71' s.p.), Cavani (48' ← Fernandes, 64'), Pogba (75' ← Fernandes), Greenwood (86' ← Cavani) pour Manchester United ; Pellegrini (15' s.p.), Dzeko (33') pour AS Roma.

Arbitre central : Carlos del Cerro Grande. Assistants : Juan Carlos Yuste, Roberto Alonso Fernandez. Quatrième arbitre : Jesús Gil Manzano. VAR : Alejandro Hernández. Assistant au VAR : Ricardo de Burgos.

Ces dernières semaines, il nous est arrivé de vivre de bons matchs. Il nous est arrivé aussi de vivre de sacrées purges, et peut-être plus que de raison. La rencontre de ce jeudi soir, clairement, a été dans la première catégorie. Une vraie demi-finale de Coupe d'Europe, dans laquelle nous sommes passés par toutes les émotions : la joie d'abord, avec l'ouverture du score mancunienne, le choc ensuite, en voyant la Roma revenir et même mener au score de façon à peine compréhensible, la frustration devant notre incapacité à revenir, le soulagement et l'euphorie enfin en voyant notre équipe dérouler, et rouler sur une Roma apathique. Bref, pour rendre ça parfait, il ne manquait qu'un Old Trafford plein et vibrant.

Cette rencontre aura eu deux artisans principaux nous concernant. Le premier s'appelle Bruno Fernandes, auteur de deux buts et deux passes décisives. Le second s'appelle Edinson Cavani, avec les mêmes statistiques ce soir. Les deux joueurs ont été impliqués dans tous les buts marqués par les Red Devils ce soir, une sacrée performance. Et cela a commencé dès les premiers instants, quand un Paul Pogba en mode soliste se défait de trois Romains pour trouver Cavani dans l'axe. Le décalage en première intention de l'Uruguayen vers le Portugais, dans l'intervalle, n'est égalé que par la finition subtile de ce dernier, qui pique au-dessus de Pau Lopez pour l'ouverture du score (1-0, 9').

Mais avant qu'on ne cède aux superlatifs, United a quand même traversé une période sombre. Génial sur le premier but, Pogba se rend coupable d'une faute de main (sur laquelle chacun se fera une idée) dans la surface en essayant de bloquer un centre depuis la droite. Confirmé par le VAR, le penalty est transformé par Pellegrini, qui remet les formations à égalité (1-1, 15'). Et les choses ne s'améliorent pas peu après la demi-heure de jeu, quand le même Pellegrini est parfaitement trouvé dans le dos de la défense par Mkhitaryan, alors que la couverture de la défense est franchement douteuse. Le natif de la capitale italienne n'a plus qu'à servir sur un plateau Edin Dzeko, qui conclut dans un but vide (1-2, 34').

United est en plein doute, complètement à côté de la plaque. Des latéraux introuvables, des centraux mous sur leurs joueurs et qui ne communiquent pas, une paire Fred - McTominay bouffée au milieu et qui multiplie les erreurs techniques, et des joueurs offensifs qui se précipitent, s'énervent et ratent le dernier et l'avant-dernier geste, et même celui d'avant. En témoigne l'énorme occasion de Cavani seul sur une passe en retrait complètement foirée par Ibanez, qui bute sur le portier adverse (45'). En témoignent les approximations de Rashford, quand il ne force pas son jeu. On en vient à espérer la pause, histoire de remettre les esprits à l'endroit.

La Roma, en face, n'a pas été brillante en première période, et a réussi sur ses deux seules actions à prendre l'avantage. Les joueurs de Paulo Fonseca ont en plus perdu trois joueurs sur blessure dans le premier acte : Veretout dès la 2e minute (remplacé à la 5e), leur gardien Pau Lopez à la 27e, remplacé par Mirante, et Spinazzola à la 37e. On se demande franchement comment une formation qui semble matraquée par le sort, et a montré si peu finalement, peut mener à Old Trafford. Heureusement, cela ne durera pas.

Le tsunami rouge peut enfin s'abattre. Dès la reprise, sur une bonne relance de Fred, les Red Devils se projettent vers l'avant dans une moitié de terrain romaine désertée par des Giallorossi ambitieux, mais naïfs. Pogba sert Fernandes qui fixe plein axe, sert Cavani sur sa gauche, l'Uruguayen finit en lucarne opposée (2-2, 48'). Edi rate le 3-2 dans la foulée, sur un bon centre de Shaw depuis la gauche, quand le but lui paraissait promis (53'). Il se rattrapera cependant peu après en redonnant l'avantage aux siens, sur un nouveau décalage trouvé par Bruno plein axe : le meneur de jeu trouve Wan-Bissaka à droite, Mirante fait une faute de main grossière, et Cavani peut conclure à bout portant (3-2, 64').

Le vent a définitivement tourné. La Roma se procure une dernière opportunité sur un centre de Mkhitaryan depuis la gauche, mais De Gea est vigilant sur la tête puissante de Dzeko (66'). Ce sera la dernière étincelle côté italien, qui vont ensuite sombrer dans le néant. Dépassés physiquement et techniquement, les visiteurs prennent le bouillon et craquent sur chaque incursion des locaux. Le quatrième but de United vient d'un penalty litigieux pour une intervention de 'Mike' Smalling sur Cavani, alors que le ballon semblait déjà sorti de la zone de contact. Pas de scrupule pour Bruno, qui transforme (4-2, 71'). Le Portugais offre ensuite sa deuxième passe décisive du soir à Pogba, sur un très bon centre conclu de la tête par le Français (5-2, 75'), et Cavani égalera cette stat en trouvant le nouvel entrant Greenwood sur un amour de transversale de l'extérieur du pied sans contrôle, le jeune attaquant finissant son face-à-face (6-2, 86').

Le seul regret qu'on pourra avoir, comme souvent, c'est peut-être la rotation à trois jours de recevoir Liverpool : premier changement à la 76e alors que le score est de 5-2, une certaine frilosité dans les remplacements (pas de Diallo, pas de van de Beek, qu'on ne verra sans doute pas ce week-end non plus), et trois remplacements effectués sur les cinq alors que cela aurait pu être l'occasion de faire souffler certains joueurs sans manquer de respect à notre adversaire.

On préférera se souvenir de l'essentiel : United a brillé en seconde période, aidé sans doute par une Roma qu'on n'attendait pas aussi dépassée. On espère que le capital confiance est à son paroxysme pour la suite de l'aventure.

Next

Ce dimanche, calé entre les deux manches de la demi-finale d'Europa League, c'est le Derby of England avec la réception de Liverpool à Old Trafford à 17:30. Au-delà de la rivalité, les Scousers croient toujours à la Ligue des Champions, et notre seconde place en championnat n'est pas encore assurée.


Sur le forum


Source(s) : r