Manchester United 0-2 Manchester City : on continue de creuser

Match Reports

Manchester United s'est incliné à Old Trafford dans le derby ce samedi (0-2). Entre les deux formations, il n'y a jamais eu match.

Sam. 6 nov. 2021 - 13:30
Premier League - 11e journée

Manchester United : De Gea, Shaw (Telles 73'), Bailly (Sancho 46'), Lindelöf, Maguire, Wan-Bissaka, Fred (van de Beek 80'), Fernandes, McTominay, Greenwood (Rashford 67'), Ronaldo.

Manchester City : Ederson, Walker, Stones, Dias, Cancelo, Gündoğan, Rodri, B. Silva, Gabriel Jesus, De Bruyne, Foden.

Buts : Bailly c.s.c. (7'), B. Silva (45') pour Manchester City.

 ⭐ Notez les joueurs mancuniens ici ⭐

Le score était déjà acté dès la pause, et comme il y a deux semaines, on pourra presque remercier notre adversaire d'avoir joué 45 minutes en marchant. Pourquoi ne pas corser l'addition ? Est-ce pour se préserver avant les prochaines échéances ? Ou pour ne pas trop couler Ole Gunnar Solskjaer et pouvoir continuer à profiter de notre manager pour se marrer ? Quoi qu'il en soit, il y a un monde, une galaxie d'écart entre ce qu'on a vu de City et de United ce samedi. Et une cassure de cette taille ne se résorbera pas juste avec du travail à l'entraînement ou une ou deux signatures. United continue de creuser, et de couler.

City comme à la maison

Le premier acte a fait émerger des souvenirs pas si lointains d'une autre rencontre dans laquelle nous avons coulé également, même si le score à la pause est deux fois moins lourd qu'il y a deux semaines. Mais comme face aux Scousers, United s'est fait tourner dans les grandes largeurs, courant dans le vide face à une équipe qui a obtenu près de 70% de la possession, et se faisant prendre trop rapidement le ballon sous la pression de City.

Auteur d'un gros match mardi, Eric Bailly est malheureusement l'homme par lequel la sentence est exécutée. Après un premier centre depuis la droite que Gündogan ne peut concrétiser, le cuir reste dans les pieds bleus et arrive jusqu'à Joao Cancelo dans le couloir gauche. Son centre au cordeau est mal jugé par l'Ivoirien, qui reprend de volée dans son propre but (8', 0-1).

Sans franchement forcer leur talent, les joueurs de Pep Guardiola monopolisent le cuir, et le système ultra-défensif choisi par Solskjaer renforce encore de façon criante le sentiment d'impuissance. Dans les rares cas où nous avons le ballon, comment construire une situation de jeu capable de faire vaciller le champion en titre quand on compte sur les seuls Greenwood, Fernandes et Ronaldo ? Le Portugais passe près de l'égalisation lorsqu'il reprend d'une belle volée un centre de Shaw, mais Ederson s'interpose (26').

Cela aurait été très illogique de revoir les deux formations sur un pied d'égalité, et les visiteurs vont s'employer à faire le break, mais se heurtent à un excellent David de Gea. Devant Jesus (29'), de Bruyne (34'), Lindelöf (33') qui cherche à émuler l'ouverture du score de son coéquipier, l'Espagnol sort le grand jeu. Mais à force de recouvrir tant bien que mal les trous dans le mur, il finit par craquer lui aussi, pas aidé par sa défense. Un ballon au-dessus de la défense de Cancelo est très mal jugé par Shaw, qui pense le laisser sortir. Bernardo Silva, au second poteau, s'arrache pour terminer dans les cinquante centimètres qui séparent de Gea de son premier poteau (45', 0-2).

They do what they want, they do what they waaaant...

Un peu de changement à la pause, avec l'entrée de Jadon Sancho et la sortie d'un des trois centraux en la personne d'Eric Bailly, histoire peut-être d'essayer de faire vaciller le voisin bruyant. Mais ce dernier est en totale maîtrise dans l'entame de la seconde période, faisant circuler tranquillement en attendant que United se jette vers l'avant.

Le problème, forcément, c'est que face à un bloc solide et qui n'a pas prévu de forcer, et sans renforcer le milieu de terrain, obtenir des situations de but se révèle bien compliqué. Une frappe à plus de vingt mètres de Mason Greenwood juste avant l'heure de jeu manque le cadre sans jamais inquiéter Ederson (60'). L'entrée de Marcus Rashford (67') ne produit pas non plus d'effets, face à un City qui continue de jouer au ralenti (un seul tir en trente minutes).

La 80e minute est enfin l'occasion de faire entrer un milieu de terrain à vocation plus offensive, en la personne de Donny van de Beek qui remplace Fred. Mais le mal est fait. Phil Foden passe à quelques millimètres de corser encore l'addition, sa frappe croisée à l'entrée de la surface heurtant la base du poteau de de Gea (82'). Une reprise de John Stones après un corner mal dégagé frôle l'autre poteau quelques minutes plus tard (86'). Nous aurions pu jouer 900 minutes sans marquer : la victoire, ce week-end, n'était apparemment pas une option.

Next

Les Mancuniens vont désormais rejoindre les sélections nationales (encore...) et feront leur retour samedi 20 novembre, soit dans deux semaines, pour un déplacement à Watford en championnat. Retrouvez le calendrier complet ici.


Sur le forum